> ACTEURS /POSITIONS > POSITIONS > Positions politiques > Le Sénat souhaite un "électrochoc républicain" pour les banlieues (Colloque) (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le Sénat souhaite un "électrochoc républicain" pour les banlieues (Colloque) (ToutEduc)

25 juillet 2018 Version imprimable de cet article Version imprimable

Le Sénat souhaite un "électrochoc républicain" pour les banlieues (Colloque)

Le Sénat Gérard Larcher va mettre en place un "baromètre des banlieues" et fera prochainement des propositions pour corriger nombre des anomalies constatées lors d’un débat organisé le 19 juillet sur le thème "Banlieues : pour un électrochoc républicain", une réponse "transpartisane" de la chambre haute à la mise hors jeu du plan Borloo et à l’annonce d’un fonds de 15 millions d’euros pour 1500 quartiers prioritaires. "Chacun aura vite fait les comptes !" commente le président du Sénat.

Le sociologue Renaud Epstein estime d’ailleurs que "ces quartiers ne bénéficient pas de crédits prioritaires" et parle même de "mensonge d’État" à propos de la politique de la ville qui ferait de la discrimination positive.

Philippe Dallier (LR) trouve "très bonne" la mesure de dédoublement des classes de CP, "mais il faudrait la passer en CE1, CE2, CM1, CM2, il manque une vision d’ensemble".

Pour Catherine Arenou, maire LR de Chanteloup-les-Vignes, "la reconquête républicaine" suppose un objectif commun, la réussite de tous, mais, "on a besoin de ne pas faire partout pareil", dans les territoires ruraux et en banlieue. Elle porte plainte pour diffamation contre Eric Zemmour pour qui "La Grande Borne, ce n’est pas la France" : "Le gamin qui vient de là et qui cherche un stage ne peut y parvenir ; de plus en plus nombreux sont les jeunes qui changent leur origine territoriale dans leur CV."

Philippe Rio, maire PCF de Grigny, veut sortir du mensonge. "Nous avons plus d’enfants à scolariser et nous avons les mêmes crédits. 30 à 40 % d’élèves de plus que la moyenne, c’est pour nous une augmentation de charges supplémentaires de 2 à 3 millions d’euros." C’est pourquoi, à l’instar de plusieurs autres intervenants, il souhaite une réforme globale du système de dotation et de péréquation, à côté de la mise en place d’une "Cour pour l’équité territoriale" inscrite dans le rapport Borloo.

Nombre d’intervenants évoquent également pour cet "électrochoc", des "démarches d’ouverture du regard". Franck Montaugé, sénateur socialiste du Gers, donne l’exemple de la politique culturelle de la Ville d’Auch et dit qu’il a trouvé le président de la République attentif et favorable à un enseignement du théâtre à l’école. Patrick Kanner, ancien ministre PS de la Ville, de la Jeunesse et des sports, ajoute que les 7 000 associations financées par la politique de la ville à hauteur de 200 millions d’euros "ne peuvent pas devenir une variable d’ajustement du budget de l’État". Marie-Noëlle Lienemann (socialiste) demande la mise en place d’ "un grand ministère de l’éducation populaire".
Michel Delachair.

Extrait de touteduc.fr du 22.07.18 : Le Sénat souhaite un "électrochoc républicain" pour les banlieues (Colloque)

 

Vidéos du Sénat

/

Répondre à cet article