> 7 - PEDAGOGIE, FORMATION > ACTION LOCALE par niveau et discipline > Action locale AU COLLEGE > Collège (Français et Langues) > B* Réécriture des "Orientales" de Victor Hugo au collège REP+ Lamartine de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Réécriture des "Orientales" de Victor Hugo au collège REP+ Lamartine de Villeurbanne en liaison avec un lycée de Décines

27 février Version imprimable de cet article Version imprimable

Réécriture : les Orientales 2017

En 1829, Victor Hugo écrit le recueil « Les Orientales » dans le contexte bien particulier de la guerre entre la Grèce et l’Empire Ottoman. Comment en favoriser une vivante appropriation par les élèves ? Et si les élèves l’actualisaient par la réécriture ? C’est le défi réalisé par 3 classes de troisième du collège Lamartine à Villeurbanne et 2 classes de seconde du lycée Charlie Chaplin à Décines. Sur le site lettres de l’académie de Lyon, Caroline Allingri propose une description du projet et des exemples de recréations d’élèves. Le site Jokabox a été utilisé pour aider à compter les syllabes et respecter les règles de la versification.

Des Orientales aux Occidentales
Réécriture contemporaine d’un recueil poétique du XIXe siècle et édition

- Contexte pédagogique

Classes de troisième/seconde (3 classes de 3e et 2 classes de seconde)

Durée  : 10 heures d’AP (dont 2h de rencontre interclasses).
Projet en parallèle de l’étude de l’œuvre intégrale pour les élèves de seconde,
de quelques poèmes pour les élèves de collège.

Problème posé : Pour les élèves, la littérature est souvent une perte de temps ou une obligation scolaire car ils ont l’impression qu’elle n’explique pas leur monde, qu’elle ne raconte que des faits imaginaires ou déconnectés de leurs réalités. Il nous a donc semblé essentiel de leur montrer que, bien au contraire, les livres sont un pont entre le passé et le présent, entre des êtres fictifs et les lecteurs, entre des lieux lointains et le monde dans lequel ils vivent.

Travail disciplinaire autour des Orientales de V. Hugo.

Pourquoi le choix de ce texte ? Les Orientales, recueil daté de 1829, s’inscrit dans le contexte bien particulier de la guerre entre la Grèce et l’Empire Ottoman et a été écrit à un moment où l’Orient était l’objet de tous les fantasmes. Cependant ces poèmes contiennent non seulement des thèmes très actuels comme la guerre, la souffrance des populations ou la place de la femme dans la société mais encore ont une force d’évocation à même de toucher nos élèves les plus réfractaires à la poésie. Par leur forme narrative voire théâtrale, ils suscitent des images facilement transposables dans un monde actuel miné par la pauvreté, l’immigration, les conditions de travail, le terrorisme ou dans un Occident qui est aussi capable de les faire rêver au travers notamment des stars ou des festivités populaires ; autant de sujets qui traversent le quotidien des jeunes que nous avons dans les classes.

Objectifs principaux :
• s’approprier un texte littéraire
• réinvestir des notions techniques ou littéraires afin de leur donner du sens via la création de poèmes et d’une édition
• collaborer lors d’un projet inter-établissement afin de créer de la motivation supplémentaire
• utiliser les ressources numériques afin de s’informer (définition de l’Orient/Occident, l’actualité de l’Orient, le travail d’édition …), avoir confiance en soi (Jokabox pour vérifier la justesse du mètre, enrichissement du vocabulaire via des sites sur les rimes …) et rendre esthétique (travail d’édition) pour valoriser le travail fait et se valoriser.

Stratégies pédagogiques :
• rendre actif l’élève : créer un poème, devenir éditeur.
• faire des liens entre le passé et le présent, entre un auteur classique et les élèves-auteurs, entre l’Orient et l’Occident afin de donner du sens au « cours de français » et à la « lecture d’un classique ».
• proposer une critique personnelle, faire des choix personnels : chaque élève propose une critique que l’on peut formuler sur l’Orient et sur l’Occident, chaque groupe choisit le poème qu’il veut transposer, chaque groupe choisit l’actualité qu’il veut traiter car elle le touche plus particulièrement, chaque groupe choisit l’orientation critique/la tonalité qu’il veut donner à son poème.

Principaux outils numériques :
• logiciel de traitement de texte et de mise en page pour le travail d’édition
• recherches documentaires sur internet (usage raisonné d’internet)
• site Jokabox ou dictionnaire des rimes

- Mise en œuvre

Si V. Hugo assure dans Les Contemplations que « nous ne voyons jamais qu’un seul côté des choses », nous avons commencé notre projet en les interrogeant sur ce que pourrait penser un oriental de l’Occident d’aujourd’hui afin, grâce au décentrement, de les amener à envisager les aspects enviables mais aussi critiquables du monde dans lequel ils vivent. Les réponses ont été spontanées, parfois drôles et souvent émouvantes.
Une fois le thème du projet posé, les troisièmes se sont mis à lire quelques poèmes des Orientales tandis que les secondes ont étudié tout le recueil.
Ensuite, à partir de « Clair de lune », nous avons défini ce qui fait la poéticité d’un texte : créer une émotion à travers une écriture sonore, imagée et rythmée.
Dès lors, il ne nous restait plus qu’à donner du sens à la leçon faite si souvent en collège comme en lycée, à savoir la versification, un aspect très technique mais souvent rébarbatif et peu utile selon les élèves. Une fois le décompte des syllabes maîtrisé, chaque groupe a choisi un poème des Orientales à étudier puis à transposer dans l’Occident contemporain à partir d’une liste proposée par les professeurs. Nous avons privilégié des textes dont le sens était suffisamment clair et pour lesquels nous venaient des idées d’adaptation. Nous avons guidé leur lecture du texte-source par une question générale sur le sens ainsi que sur la forme qu’ils allaient devoir respecter.
Une fois l’analyse du texte de V. Hugo faite, pour les aider à trouver des idées, nous avons pu proposer des contraintes pour certains groupes : un titre et un nombre de strophes à respecter ainsi que les types de vers employés par V. Hugo. Ils se sont rapidement pris au jeu et même s’il a parfois fallu les aiguiller, ils ont écrit avec succès.
Dans la perspective d’une édition, nous leur avons proposé de travailler sur les différentes parties d’un livre. Chacun a choisi selon ses goûts entre la première ou la quatrième de couverture - lieux plus artistiques -, les annexes, la préface et la biographie d’un auteur fictif rassemblant les caractéristiques des élèves du projet.
Enfin, les poèmes rédigés et les travaux d’édition achevés, nous avons souhaité que les élèves se rencontrent enfin autour d’une écriture collaborative amusante : « Les Djinns » ou le passage terrifiant d’une horde de démons devenant « Les Djeuns » ou l’arrivée et le départ d’un groupe d’élèves bruyants. La mémoire proche leur a suffi comme source d’inspiration !

Limites et ajustements

L’année prochaine, nous passons de 2 à 3 établissements engagés dans le projet ; nous aimerions donc utiliser le numérique comme un lieu de collaboration afin que les élèves puissent échanger tout au long du projet et non pas seulement lors de la rencontre finale.

Les élèves étaient contents et, pour la joie des enseignants, ont parlé des Orientales chez eux..
Un petit bilan avec les secondes ayant participé au projet sur le site du lycée Charlie Chaplin

Annexes (exemples de réécriture en regard des textes de V. Hugo)
[...]

ac-lyon.fr du 17.07.17 Projet et exemples

Logiciel Jokabox sur le compte des syllabes

Sur le site du lycée

Extrait de cafepedagogique.net du 18.09.17 : Réécriture : les Orientales 2017

Répondre à cet article