> 6 - DISPOSITIF > VIE SCOLAIRE (climat, décrochage, pauvreté, rythmes, santé) > CLIMAT SCOLAIRE > Climat (Rapport officiel et Etude) > Troisième enquête de climat scolaire et de victimation (Depp) : 94 % des (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Troisième enquête de climat scolaire et de victimation (Depp) : 94 % des collégiens déclarent se sentir bien dans leur collège. En REP+, la perception du climat est moins bonne que dans les autres collèges mais, de manière générale, les écarts sont faibles

26 décembre 2017 Version imprimable de cet article Version imprimable

94 % des collégiens déclarent se sentir bien dans leur collège
Depp. Note d’information - N° 17.30 - décembre 2017

En 2017, 94,1 % des collégiens déclarent se sentir bien dans leur établissement. Cette proportion est en augmentation par rapport aux enquêtes de 2013 et 2011. Plus positive pour les filles que pour les garçons, l’opinion des collégiens sur le climat scolaire devient légèrement moins favorable au fil de la scolarité. Les insultes, les vols de fournitures scolaires, les surnoms désagréables et l’ostracisme sont les quatre atteintes les plus souvent citées. De façon globale, le nombre de collégiens déclarant un nombre d’atteintes pouvant s’apparenter à du harcèlement est en légère baisse par rapport aux autres années (5,6 %). Cette multivictimation concerne plus souvent les garçons et est plus fréquente pour les élèves de sixième. Contrairement aux autres années, les élèves de REP+ ne déclarent pas davantage de multivictimations mais ont toujours une opinion moins favorable sur le climat scolaire.

[...] Une perception du climat scolaire moins bonne au fil de la scolarité et dans les collèges REP+
L’opinion des élèves est moins positive au fil de la scolarité. Alors que 94 % des élèves de sixième pensent que l’on apprend bien ou très bien dans leur collège, ils ne sont plus que 87 % parmi les élèves de troisième. De même, 23 % des élèves de sixième trouvent les punitions injustes contre 35 % des élèves de troisième. Pour ces derniers, les relations avec les enseignants se sont légèrement dégradées : 13 % trouvent qu’il y a beaucoup ou plutôt beaucoup d’agressivité entre eux et les enseignants (contre 10 % en sixième).

Le sentiment de sécurité au sein du collège, en hausse depuis 2013, n’est pas dépendant du niveau des élèves (90 %). En revanche, dans le quartier autour de l’établissement, il s’accroît tout au long de la scolarité : 83 % des élèves de troisième déclarent se sentir en sécurité aux abords du collège contre 68 % pour les sixièmes. Cet écart d’environ 15 points entre plus jeunes et moins jeunes s’est du reste renforcé en quatre ans ; il était inférieur à 9 points en 2013.

Les élèves scolarisés en réseau d’éducation prioritaire renforcée (REP+) ont une perception moins positive du climat scolaire (En 2011, les résultats portent sur les collèges appartenant au réseau ambition réussite [RAR]. En 2013, la quasi-totalité des établissements de RAR ont été intégrés au programme École, collège, lycée pour l’ambition, l’innovation et la réussite [ECLAIR], puis en 2014 les établissements sont devenus des REP+). Ils ne sont que 66 % à avoir un indice synthétique élevé contre 75 % en moyenne pour les autres collégiens. Près de 8 % des élèves de REP+ ont donné moins de la moitié de réponses positives contre seulement 4 % dans les autres collèges.

Plus précisément, 64 % de ces collégiens déclarent ne pas ressentir de violence dans leur établissement, soit près de 16 points de moins que les élèves des autres établissements. Par ailleurs, 80 % trouvent l’ambiance entre les élèves très bonne ou plutôt bonne, soit 5 points de moins que dans les autres établissements urbains. Les relations avec les enseignants sont moins souvent qualifiées de bonnes : 18 % des élèves pensent qu’il y a de l’agressivité dans ces relations contre 10 % pour l’ensemble des collégiens.

La perception plus négative du climat scolaire par les élèves de REP+ se retrouve dans d’autres dimensions, comme le sentiment de sécurité au sein du collège, celui de bien apprendre ou encore l’avis sur la qualité des locaux. Toutefois, les écarts sont faibles concernant le sentiment de bien-être au collège et dans une moindre mesure les relations avec les autres adultes. De plus, à la différence des autres années, les élèves de REP+ sont autant à se sentir en sécurité dans les transports pour venir au collège et à trouver les punitions justes.

[...] Un niveau de violence en REP+ équivalent aux autres établissements
De manière générale, les brimades sont tout aussi fréquentes dans les collèges de REP+. Les insultes le sont également, mais des différences sont observables dans les types d’injures proférées : les insultes par rapport à l’origine et la religion sont plus fréquentes en REP+ alors que les insultes sexistes sont au même niveau que dans les autres établissements. Par ailleurs, les mises à l’écart et le voyeurisme sont
moins courants.
Les élèves de REP+ remontent plus d’incidents graves comme les jeux dangereux, les lancers d’objet ciblés ; ils se déclarent plus souvent victimes de racket. Toutefois, ils ne sont pas davantage touchés par la multivictimation (5,8% contre 5,5% dans les autres collèges)
 figure 5
. De manière plus globale, il semblerait que le phénomène de multivictimation touche les élèves de tous les établissements dans des proportions comparables : dans les collèges appartenant aux 25% les plus aisés socialement
 « Définitions », la part d’élèves concernés est de 5,2% ; cette part est à peine supérieure dans les collèges les moins favorisés (5,9%).

Extrait de education.gouv.fr de décembre 2017 : 94%% des collégiens déclarent se sentir bien dans leur collège

 

Climat scolaire : ça s’améliore
"Cherchez des entreprises où les relations sont aussi bonnes !" Pour Fabienne Rosenwald, directrice de la Depp (division des études du ministère de l’éducation nationale), les résultats de l’enquête de climat scolaire sont vraiment bons. Qu’on en juge : 94% des collégiens se sentent bien dans leur établissement. 87% déclarent avoir de bonnes relations avec leurs enseignants, 90% estiment qu’on apprend bien dans leur collège. Un vrai referendum qui prend à rebrousse poil l’image donnée fréquemment des collèges. Des résultats qui s’améliorent, preuve que la prise de conscience initiée par Eric Debarbieux est réelle dans l’Education nationale. Mais il reste des progrès à faire notamment pour le bien être des enseignants.

Extrait de cafepedagogique.net du 22.12.17 : Climat scolaire : ça s’améliore

 

[...] Un climat scolaire moins bon en REP+
Selon l’enquête de la Depp, les élèves scolarisés en réseau d’éducation prioritaire renforcée (REP+) ont « une perception moins positive » du climat scolaire : 64 % de ces collégiens déclarent ainsi « ne pas ressentir de violence » dans leur établissement, alors que ceux qui sont hors zone prioritaire oscillent entre 78 % (en ville) et 84 % (à la campagne). En outre, 80 % trouvent l’ambiance entre les élèves très bonne ou plutôt bonne, contre 84 % des autres collégiens urbains mais hors REP+.

Les relations avec les enseignants sont aussi « moins souvent » qualifiées de bonnes. Ainsi, 18 % des adolescents en REP+ « pensent qu’il y a de l’agressivité dans ces relations », contre 10 % pour l’ensemble des collégiens.
Harcèlement scolaire / Pixabay / Licence CC

En ce qui concerne les violences scolaires, le niveau en REP+ est en revanche équivalent aux autres établissements. « De manière générale, les brimades et les insultes sont tout aussi fréquentes », écrit la Depp. Toutefois, les collégiens des réseaux d’éducation prioritaire renforcée remontent « plus d’incidents graves, comme les jeux dangereux ou les lancers d’objet ciblés », et « se déclarent plus souvent » victimes de racket.

Extrait de vousnous.ils.fr du 22.12.17 : 25% des collégiens ont déjà été victimes de cyber-violences

 

Harcèlement : « La très grande majorité des élèves se sent bien au collège »

Fabienne Rosenwald, qui dirige la direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance, détaille les résultats de l’enquête « Climat scolaire et victimation », menée en 2017 dans les collèges.

Extrait de lemonde.fr du 22.12.17 : la très grande majorité des élèves se sent bien au collège

 

Voir aussi la Note d’Information n° 17-29, décembre 2017) de la Depp :

Lorsqu’elle s’exprime, la violence des élèves envers le personnel est essentiellement verbale

Au cours de l’année 2016-2017, 13,8 incidents pour 1 000 élèves ont été déclarés dans les établissements publics du second degré, un taux stable depuis plusieurs années.

Dans un établissement sur cinq, aucun acte grave n’est déclaré. À l’inverse, d’autres établissements, en particulier des lycées professionnels, concentrent un grand nombre d’incidents. Les violences verbales représentent la moitié des atteintes aux personnes.

Les violences physiques sont surreprésentées en collège ; les actes liés à la consommation de stupéfiants et d’alcool le sont dans les lycées.
Environ quatre incidents sur dix sont commis par des élèves envers le personnel. Cette violence, verbale dans plus de 80% des cas, est avant tout commise par des garçons.
Elle se produit surtout en salle de classe ou en atelier et donne lieu à une exclusion, temporaire ou définitive, dans plus de 90% des cas.

Extrait de education.gouv.fr de décembre 2017 : Lorsqu’elle s’exprime, la violence des élèves envers le personnel est essentiellement verbale

 

Note du QZ : Cette note d’information ne donne pas de chiffre concernant l’éducation prioritaire.

Répondre à cet article