> ACTEURS > Chercheurs > La nouvelle idéologie scolaire, un article de François Dubet dans "La vie des (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

La nouvelle idéologie scolaire, un article de François Dubet dans "La vie des idées" qui analyse la politique du ministre, conservatrice mais aussi réformatrice et fondée sur l’expertise

19 octobre 2017 Version imprimable de cet article Version imprimable

La nouvelle idéologie scolaire
par François Dubet , le 17 octobre

Le nouveau ministre de l’Éducation nationale paraît incarner une politique conservatrice en matière scolaire. Pourtant, un examen approfondi de ses propositions signale un changement profond de méthode et d’orientation, fondé sur l’expertise. Ceci appelle un déplacement de la critique sur le terrain de la recherche.

[...] Il est toujours possible, voire nécessaire, de critiquer le recyclage de quelques mesures du sarkozisme scolaire et de reconduire ainsi les termes usés d’un vieux débat sur « les moyens » et les politiques libérales. Mais on peut craindre que ces critiques, désormais aussi rituelles que celles de la droite contre la gauche accusée de « niveler par le bas », ratent l’essentiel du projet de Jean-Michel Blanquer.

En étayant une politique scolaire sur la recherche, Jean-Michel Blanquer a pris le risque d’être discuté et démenti par cette dernière. Il faut donc que les acteurs de l’école, les associations, les syndicats, les mouvements pédagogiques, les chercheurs et les partis se saisissent de cet enjeu. Il ne s’agit plus de défendre un imaginaire scolaire contre le changement, mais d’avoir la maîtrise des mutations de l’école. Le lyrisme des querelles scolaires y perdra ce que l’école pourrait y gagner.

À l’heure où j’écris ces lignes, la popularité de Jean-Michel Blanquer ne peut cacher les contradictions dans lesquelles s’engage la politique scolaire. La phase conservatrice dans laquelle nous nous trouvons est-elle une première étape avant le chantier des réformes, ou sera-t-elle toute la politique scolaire du quinquennat ? Il y a peu de chances que ceux qui en approuvent le conservatisme aujourd’hui soutiennent la politique réformiste qui se déploierait demain. Il existe aussi une contradiction entre les projets et le style du ministre : comment concilier un projet qui en appelle à l’autonomie des acteurs de l’école et à leur professionnalisme avec les déclarations jacobines d’un Ministre définissant la bonne méthode et la bonne pédagogie comme, selon la légende, Jules Ferry pouvait le faire depuis la rue de Grenelle ? [...]

Extrait de laviedesidees.fr du 17.10.17 : La nouvelle idéologie scolaire

Répondre à cet article