> VIE SCOLAIRE : Climat, Décroch., Internats, Rythmes, Santé > Climat scolaire > Climat (Actions et Situations locales, Protestations) > Encore une fois, on veut être en ZEP pour motif de violences (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Encore une fois, on veut être en ZEP pour motif de violences !

19 janvier 2006 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait du site de « TF1 », le 19.01.06 : Une enseignante agressée à Bagnolet

Une enseignante du collège Travail à Bagnolet a été agressée mardi par un élève de 6ème qui s’est introduit dans son cours alors qu’il n’était pas de sa classe. Les professeurs ont exercé leur droit de retrait après l’agression.

L’incident, révélé dans l’édition de Seine-Saint-Denis du Parisien, a opposé une professeure d’anglais de 5ème et un élève du collège Travail, à Bagnolet, qui s’était introduit dans son cours alors qu’il n’était pas de sa classe. "Notre collègue a vu cet élève pénétrer dans la classe, elle lui a demandé son carnet de correspondance, il n’a pas voulu. Elle lui a alors demandé de sortir, et c’est là qu’il lui a donné des coups de poing", a déclaré un professeur de l’établissement. Selon la même source, l’enseignante a porté plainte mardi mais n’a pas souhaité être immédiatement examinée par un médecin, et l’élève a été exclu du collège.

Les professeurs ont exercé mardi leur droit de retrait après l’agression. Ils doivent tenir une assemblée générale, jeudi à 7 h 30, pour décider de la suite de leur mouvement. Les professeurs réclament un classement de leur collège en Zone d’éducation prioritaire (ZEP) et des postes : un conseiller principal d’éducation (CPE) supplémentaire, le remplacement d’un surveillant et d’une infirmière en congé formation. Les professeurs entendent réunir samedi les parents d’élèves au collège, par classes, pour "poursuivre avec eux un travail en profondeur sur la violence".

"Cette année est plus dure que d’habitude. Il y a beaucoup de bagarres, d’incivilités entre les élèves. Malgré tout, on arrive à travailler tant bien que mal", selon Martine David, professeur de lettres.

Répondre à cet article