> 5 - Education prioritaire > VIE SCOLAIRE (climat, décrochage, parents, pauvreté, rythmes, santé, (...) > DECROCHAGE (12 SR) > Les microlycées > Rythmes. Un dossier de La Croix avec les points de vue d’une adjointe à la (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Rythmes. Un dossier de La Croix avec les points de vue d’une adjointe à la ville de Nantes et de deux chronobiologistes, tous hostiles au retour à 4 jours

20 juillet Version imprimable de cet article Version imprimable

« La réforme des rythmes scolaires a permis de travailler sur l’éducation partagée »

ENTRETIEN – Alors qu’un tiers des communes ont décidé de revenir sur la réforme des rythmes scolaires à la rentrée 2017, Myriam Naël, adjointe à l’éducation et à la politique de la ville, explique pourquoi la commune de Nantes en fait un choix assumé.

[...] De quelle manière avez-vous mis en place la réforme ?

M. N. : Toute l’année 2013 a été consacrée à des discussions avec les parents d’élèves et les enseignants dans le cadre d’un comité de suivi. 60 % des familles ont répondu sur le choix par exemple du mercredi ou du samedi matin. En la matière, un consensus a vite émergé. À la suite de la suppression du samedi matin – regrettée par le corps enseignant comme un moment d’échange avec les parents – des habitudes familiales ont été prises, notamment en cas de séparation. Nous avons donc fait le choix du mercredi matin, en réorganisant la garde des enfants le mercredi après-midi : à la fin de l’école, des équipes les prennent en charge et les amènent dans les différents centres de loisir.

Car, logiquement, l’évolution des rythmes scolaires a entraîné une réforme des temps périscolaires sur lesquels nous avons toujours investi d’un point de vue éducatif. À Nantes, nous disposons d’une association pour le temps périscolaire qui compte aujourd’hui 700 agents.

Extrait delacroix.fr du 18.07.17 : La réforme des rythmes scolaires a permis de travailler sur l’éducation partagée

 

Selon le chronopsychologue François Testu, le retour à la semaine de 4 jours dans certaines écoles aura un impact négatif sur les élèves de primaire.

Pour François Testu, chronopsychologue interrogé ce mardi par la Croix, ce retour sera néfaste pour les écoliers. « Cela va allonger les journées, surtout l’après-midi alors que c’est à ce moment que les enfants sont le moins réceptifs », explique-t-il. D’autant plus que pour lui, « rien ne prouve scientifiquement que la réforme a plus fatigué les enfants »

Claire Leconte, chronobiologiste également citée par la Croix, estime que l’épuisement des enfants, dont on a souvent accusé la réforme des rythmes scolaires, est liée à une mauvaise mise en place du dispositif, et à des emplois du temps mal conçus. « On a oublié la notion de base : celle de concentrer le temps de travail le matin », souligne-t-elle, estimant que la réforme partait « d’une bonne intention », mais que « tout a été fait à l’envers ». Elle met également en cause le rythme de vie des élèves en dehors de l’école.

Extrait de vousnousils.fr du 19.07.17 : Le retour à 4 jours sera néfaste pour les élèves

Répondre à cet article