> TYPES DE DOCUMENTS : Annuaires, Textes et Rapports officiels,... > RAPPORTS OFFICIELS > Rapports statistiques : Depp, Insee, Cereq > Le poids de l’origine sociale sur l’orientation des bacheliers (étude de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le poids de l’origine sociale sur l’orientation des bacheliers (étude de l’Insee)

6 juin 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

Les résultats d’admission post-bac ne traduisent pas uniquement le choix mûri d’un futur étudiant concernant son orientation. Ils sont aussi le fruit d’une détermination sociologique, dont le lycée d’origine, la situation familiale et la situation géographique de l’élève sont autant de facteurs clés.
C’est ce que révèle une étude de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) menée sur les 23 700 lycéens scolarisés dans l’académie de Toulouse, et ayant postulé sur la plate-forme APB en 2014.

[...] A contrario, les enfants catégorisés par l’étude comme issus de familles percevant de faibles revenus (moins de 10 000 euros) se tournent plus spontanément vers l’université et privilégient des lieux d’études proches du domicile familial.

Les choix d’orientation sont aussi déterminés par la position sociale des parents. Le futur étudiant cherchant à se calquer sur le modèle familial. Si deux élèves obtiennent les mêmes résultats scolaires, celui issu d’une famille considérée comme « très favorisée » par l’étude se dirige plus spontanément vers les CPGE et les écoles d’ingénieurs.

Extrait de lemonde.fr du 25.05.16 : Le poids de l’origine sociale sur l’orientation des bacheliers

Répondre à cet article