> EDUCATION. Généralités (hors EP) > Education. Généralités (Positions) > Education. Généralités (Positions de chercheurs et experts ex-responsables du (...) > En marge de son "Que sais-je" sur les inégalités scolaires, Georges Felouzis (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

En marge de son "Que sais-je" sur les inégalités scolaires, Georges Felouzis fait une analyse désabusée de l’éducation prioritaire

10 septembre 2014 Version imprimable de cet article Version imprimable

[...] "C’est ce phénomène de discrimination systémique qui permet de rendre compte à la fois du renforcement massif des inégalités scolaires en France et de l’échec des politiques d’éducation prioritaire". Alors que le gouvernement lance une énième réforme de l’éducation prioritaire et que certaines collectivités territoriales, comme le Conseil régional francilien, s’emparent de la question, la publication de ce livre éclaire à cru les mécanismes et les enjeux. On ne pourra plus dire qu’on ne savait pas.

 

Extraits de l’interview du Café pédagogique

[...] La déségrégation est-elle la méthode la plus efficace pour lutter contre les inégalités ? C’est difficile à dire. Quand on regarde pourquoi l’éducation prioritaire en France ne marche pas on voit bien que c’est lié au fait qu’elle stigmatise et qu’elle ne compense pas. Il n’est pas vrai qu’il y ait plus de moyens en éducation prioritaire. On ne donne pas plus à chaque élève déjà parce que les enseignants sont débutants.
Il faut voir aussi comment on utilise les financements : donner des primes peut être souhaitable mais ça ne permet pas aux enseignants d’être plus efficaces. Il y a d’autres politiques possibles. On critique beaucoup par exemple No Child Left Behind, aux Etats-Unis qui lie les moyens aux résultats des élèves. Mais cette politique permet aux élèves de progresser. N’aurait-on pas intérêt à fixer des objectifs liés à la progression des élèves ?

[...] La nouvelle politique d’éducation prioritaire décidée par le gouvernement vous semble-t-elle en rupture ? Si non, pourquoi rien ne change ?

Ca me semble plutôt dans la continuité. Si l’on voulait réformer en profondeur l’enseignement prioritaire il faudrait une politique très volontariste. Ca demanderait une micro révolution dans l’Ecole et personne n’y est prêt. Pourtant je suis très choqué quand je vois l’évolution des indicateurs de l’Ecole française. PISA nous dit que l’école française est, avec la néo zélandaise, celle où les inégalités sont les plus fortes. Les études de la DEPP (direction des études du ministère) disent la même chose. Mais j’ai l’impression que ça ne choque pas grand monde. On ne voit pas les choses changer. Ca me révolte.

Extrait de cafepedagogique.net du 09.09.14 : Georges Felouzis : Que savons-nous des inégalités scolaires ?

Voir aussi
"Les inégalités scolaires", un "Que sais-je" par Georges Felouzis (PUF, août 2014)

Répondre à cet article