> VIE SCOLAIRE : Climat, Décroch., Internats, Rythmes, Santé > Décrochage, Absentéisme > Décrochage (Rapports officiels) > Le rapport de la MAP sur la politique de lutte contre le décrochage scolaire (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le rapport de la MAP sur la politique de lutte contre le décrochage scolaire relève "les points de convergence" avec la politique d’éducation prioritaire et avec le PRE

21 juin 2014 Version imprimable de cet article Version imprimable

Communiqué de presse du MEN

La lutte contre le décrochage scolaire est un enjeu essentiel pour notre société, enjeu humain, enjeu économique et enjeu de lutte contre la reproduction des inégalités sociales.

Pour la première fois, dans le cadre de la modernisation de l’action publique conduite par le Gouvernement, un diagnostic est posé de manière partagée par tous les acteurs impliqués dans la lutte contre les 150 000 sorties sans qualification par an du système scolaire (ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche comme pilote, ministère en charge de l’Emploi, ministère en charge de la Ville ; collectivités locales ; associations ; usagers).

‎Le Président de la République a fixé pour objectif de diviser par deux au cours de sa mandature le nombre de décrocheurs. C’est pourquoi Benoît Hamon a décidé de mettre en discussion ce diagnostic lors de la grande conférence sociale des 7 et 8 juillet, afin ‎de nourrir le plan d’actions qui sera annoncé à l’automne.

Les constats appellent à une forte mobilisation pour garantir aux jeunes un droit de retour à une formation qualifiante. La lutte contre le décrochage s’inscrit dans les priorités de « la stratégie Europe 2020 » pour une économie durable, intelligente et inclusive. En France, le taux de sortants précoces, qui avait baissé régulièrement depuis les années 80, stagne depuis une dizaine d’années.

Le rapport de diagnostic partagé souligne les limites de l’action actuelle, remarquant notamment que le traitement de ce processus complexe se fait actuellement essentiellement en aval, via des mesures de remédiation, que son pilotage est inégal selon les territoires et que sa mesure peut être améliorée.

Des orientations structurantes se dégagent à la lumière de ce diagnostic :
mettre en place une politique dédiée, intégrée et partenariale de lutte contre le décrochage sur les trois volets : prévention/intervention/remédiation ;
mieux évaluer les dispositifs en suivant des cohortes de jeunes ;
mettre en place une communication à la hauteur des enjeux.

Télécharger le rapport sur l’évaluation partenariale de la lutte contre le décrochage et ses annexes (151 p.)

Télécharger la synthèse du rapport sur l’évaluation partenariale de la lutte contre le décrochage (4 p.)

Extrait de education.gouv.fr du 18.06.14 : Publication du rapport "Évaluation partenariale de la politique de lutte contre le décrochage scolaire"

 

EXTRAITS

[...] (pp 16-17) (Les facteurs de risque... )

[...] La difficulté scolaire apparaît comme un facteur de décrochage. On note une corrélation élevée entre les résultats scolaires de 6° et la proportion de décrocheurs. Une étude de la DEPP montre que 50% des décrocheurs avaient un niveau faible à l’entrée en sixième. [Figure 6]. Le redoublement touche les trois quarts des jeunes décrocheurs, et pour un quart d’entre eux il intervient dès le début de la scolarité (CP, CE1), au moment de l’apprentissage des fondamentaux.
Cependant, tous les décrocheurs ne présentent pas forcément de difficultés scolaires : un sortant sur cinq était un bon élève en sixième. Les autres déterminants significatifs de la sortie sans diplôme sont la catégorie sociale du père, le diplôme de la mère, le niveau de revenus (perçu par la famille), la structure du ménage, l’orientation (selon qu’elle est subie ou choisie) [Figure 7].
Les sortants sans diplôme proviennent ainsi plus fréquemment de milieu social défavorisé : « 34% ont un père ouvrier, 31% un père employé et moins de 10% un père cadre supérieur ou exerçant une profession libérale. »

[...] Une voie vers une politique territorialisée de prévention a été ouverte par le CEREQ qui a établi une cartographie des zones à risques de sortie précoce de formation initiale à partir de sept indicateurs de conditions de vie (revenu moyen par foyer fiscal, part de chômeur chez les 15-64 ans, taux d’emploi en CDI des salariés, part des familles monoparentales, part des familles nombreuses, part des ménages logeant en HLM et taux de non diplômés chez les 45-54 ans). Cette cartographie présente bien des similitudes avec celle des jeunes sans diplôme et confirme l’impact des caractéristiques socio-économiques d’un territoire et de sa population sur le décrochage scolaire.

[...] pp.62-63
3.5. Une cohérence avec d’autres politiques éducatives qu’il est nécessaire de renforcer

3.5.1. La politique d’éducation prioritaire et la politique de lutte contre le décrochage scolaire présentent des points de convergence

Le périmètre en termes de bénéficiaires n’est pas le même. La politique d’éducation prioritaire concerne les établissements et réseaux écoles-collèges marqués par la concentration la plus importante de difficultés socio-économiques, alors que la politique de lutte contre le décrochage scolaire porte sur l’ensemble du système éducatif, et ce même si certains facteurs augmentent le risque de décrochage, comme vu précédemment (en 1.2).
La politique d’éducation prioritaire est caractérisée par le ciblage sur la plus grande difficulté, destinée à « donner plus à ceux qui en ont le plus besoin » afin de lutter contre le déterminisme social si prégnant en France, comme l’ont montré à nouveau les résultats récents de l’étude PISA. Les chiffres de l’absentéisme sont ainsi plus élevés dans les collèges d’éducation prioritaire.
[…] Cartes

Cependant, les convergences sont évidentes dans le domaine des leviers d’action.
Ainsi un enseignement plus explicite, ou la mise en oeuvre d’une école bienveillante, exigeante et ouverte aux partenaires et aux parents, principes d’action prônés dans le référentiel de l’éducation prioritaire, sont particulièrement nécessaires en éducation prioritaire mais contribuent à la persévérance scolaire dans l’ensemble du système scolaire.

3.5.2. Des points d’articulation à trouver entre la politique de réussite éducative et la prévention du décrochage scolaire
La politique de réussite éducative portée en majeure partie par le ministère délégué à la Ville (notamment par le biais des Programmes de Réussite Educative, PRE) et par le ministère délégué dédié depuis sa création en 2012 recouvre 7 thématiques : l’accompagnement scolaire, les relations école-familles, l’ouverture culturelle et sportive, la santé, la persévérance scolaire ou lutte contre le décrochage, l’école bienveillante et la lutte contre les discriminations.
Ayant pour principal objectif d’inciter la communauté éducative et notamment les enseignants à appréhender l’enfant et le jeune dans le cadre d’une approche globale et interprofessionnelle, elle vise également à construire et faire vivre les partenariats, assurer cohérence et continuité des actions de réussite éducative et les évaluer, croiser les pratiques professionnelles à l’intérieur de l’école (entre équipes enseignantes, éducatives, médico-sociales,etc.). Sur ces dimensions, cette politique se rapproche de la politique de lutte contre le décrochage scolaire, notamment dans son volet prévention.
Aujourd’hui, même si un comité de pilotage national de la réussite éducative rassemble les principaux partenaires (ministères de la Ville et de la Famille, Collectivités, ACSé, ANARé, CAPE, ANDEV, etc.), la co-construction stratégique de la politique nationale doit pouvoir être renforcée. [...]

 

Un rapport pointe les travers français de la lutte contre le décrochage scolaire. Le ministre de l’Education compte en faire une grande cause nationale lors de la conférence sociale.

[...] François Hollande avait promis, durant la campagne présidentielle, de diviser par deux le flux de « décrocheurs » d’ici à 2017, soit 70.000 au lieu des 140.000 actuels. Pour y arriver, Benoît Hamon envisage un plan d’action à l’automne, qui sera discuté durant la conférence sociale. Il compte bien ne pas s’y atteler seul, mais impliquer les ministères de l’Emploi, de la Jeunesse et de la Ville, les régions et les branches professionnelles. [...]

Extrait de lesechos.fr du 19.06.14 : Décrochage scolaire ; benoît hamon veut impliquer aussi les entreprises

 

Note du QZ : Ce rapport interministériel confirme le bien-fondé du choix qu’a fait le site de l’OZP, dédié à l’éducation prioritaire, de couvrir également le champ de la lutte contre le décrochage scolaire.

Voir la rubrique (dans VIE SCOLAIRE) et les nombreuses sous-rubriques

Voir le mot-clé (dans le groupe DISPOSITIFS) (plus de 400 articles)

Répondre à cet article