> ACTEURS et PARTENAIRES (Identité et Statut) > Journalistes, personnalités... (Positions) > Le dispositif ECLAIR vu par le "petit lexique impertinent et critique » (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le dispositif ECLAIR vu par le "petit lexique impertinent et critique » (2011) de Francis Vergne, l’un des auteurs de "La nouvelle école capitaliste"

22 mai 2012 Version imprimable de cet article Version imprimable

Francis VERGNE. Mots et maux de l’école. Petit lexique impertinent et critique. Editions Armand Colin. Octobre 2011

[...] Eclair fait l’objet d’une analyse dans le « petit lexique impertinent et critique » du même Vergne. La nocivité de ce dispositif « innovant » que les deux principaux partis politiques représentés à l’Assemblée nationale s’accordent pour ne pas remettre en cause vient de ce qu’il introduit dans le champ scolaire un « esprit de calcul » économique qui lui était étranger.

Les établissements Eclair se distinguent en effet par deux caractéristiques jusque-là inédites : le pouvoir discrétionnaire du chef d’établissement, qui peut recruter par voie contractuelle des enseignants titulaires sur des postes à profil et faciliter leur avancement de carrière en évaluant leur « investissement » ; la présence d’un « préfet aux études » chargé selon les documents officiels de « mobiliser une équipe » grâce à de « fortes capacités relationnelles et de négociation tant en direction des adultes que des élèves ». Contractualisation et management, en somme. « Peut-on faire plus clair ? », conclut l’auteur.

Extrait monde-diplomatique.fr, mai 2012 : L’école rongée par l’esprit de calcul,
par Allan Popelard (Paris VIII)

 

La présentation du livre par l’Institut de recherche de la FSU

Répondre à cet article