> 10 - AGENDA > 51- Archives > Revue de presse : archiv. 2008-2001 (non classées en rubriques (...) > Revue de presse. Archives 2008 à 2004 > année 2005 > juin > 02/06 - Ancienne élève de la ZEP de Chelles (77)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

02/06 - Ancienne élève de la ZEP de Chelles (77)

2 juin 2005 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait du site « Voilà.fr », le 02.06.05 : le bac à 13 ans après un passage en ZEP

Elénie, 13 ans, la plus jeune des candidates au bac 2005

Elénie Godzaridis n’a que 13 ans et pourtant elle figure parmi les quelque 620.000 candidats au baccalauréat 2005 : cette parisienne est la plus jeune de tous.

Elénie, en série scientifique, se concentre dans l’attente de l’épreuve de philo qui inaugure jeudi 9 juin la session et ne doit pas être dérangée. Mais sa maman, Catherine Bertrand, a plaisir à parler de cette petite fille "née comme ça", qui "savait ses lettres à un an et lisait comme vous et moi à 3 ans", qui "a réussi la dictée de Pivot sans fautes à 5 ans".

"Elénie est épanouie, équilibrée, heureuse de vivre. Elle est forte et elle s’assume. Elle a des amis et elle vit bien sa différence. De plus, elle est jolie, c’est objectif bien que moi, sa mère, je pense qu’elle est très belle", confie à l’AFP Catherine Bertrand.

Toutefois, la scolarité a été parfois difficile et parsemée d’incompréhensions : "Elle est entrée à 3 ans en maternelle comme tout le monde mais sachant lire et écrire parfaitement, ayant un niveau CM1, et cela s’est très mal passé. La directrice l’a prise en grippe, lui a interdit de lire, m’a dit que tout était de ma faute et qu’elle ne voulait pas s’intéresser à ma petite fille", raconte la maman.

"Alors, j’ai quitté Paris, je suis partie à Chelles en Seine-et-Marne, ma ville d’enfance. Elénie y a fait sa scolarité primaire (en deux ans) dans une ZEP, avec plein d’enfants d’origine immigrée. Tout s’est bien passé, très bien même, du côté copains mais moins de la part de l’Education nationale qui ne supportait pas qu’à 7 ans, elle puisse briguer le collège, qui voulait même l’envoyer chez les débiles pour s’en débarrasser", ajoute Catherine Bertrand.

(...)

Lire l’article

Répondre à cet article