> 9 - POLITIQUE DE LA VILLE > PLAN ESPOIR BANLIEUES 2008-2009 (archives) > Déclarations gouvernementales sur l’ensemble du plan Banlieues > Le compte rendu complet officiel du Comité interministériel des Villes (CIV) (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le compte rendu complet officiel du Comité interministériel des Villes (CIV) du 20 janvier 2009

28 janvier 2009 Version imprimable de cet article Version imprimable

Chapitre « Excellence et réussite éducative »

L’éducation est au coeur de la dynamique Espoir banlieues. La responsabilité de l’action publique est d’offrir à tous les mêmes chances de réussir et de sécuriser les parcours de chacun, de l’école maternelle jusqu’au marché du travail. De plus, l’école, qui permet un apprentissage de l’égalité et de la citoyenneté, est le creuset de la République.

Les mesures décidées par le CIV du 20 juin 2008 en faveur de l’égalité des chances, de la promotion de la diversité, de l’accès à l’excellence et de la deuxième chance se mettent en place de manière efficace. Le président de la République a encore réaffirmé sa volonté de promouvoir ces mesures de manière très forte dans son discours du 17 décembre 2008 en faveur de la promotion de la diversité et de l’égalité réelle des chances.

Accompagner la réussite éducative

>> Un accompagnement éducatif a bénéficié à plus de 171 000 élèves d’écoles primaires depuis la rentrée 2008, dans près de 4 000 établissements, soit 75 % des écoles classées en zone d’éducation prioritaire.

>> Des actions de soutien scolaire pendant les vacances ont été mises en place dans 200 lycées généraux, technologiques et professionnels depuis août 2008.

>> Les programmes de réussite éducative mis en place depuis 2005 ont permis d’aider individuellement plus de 250 000 enfants et jeunes de 2 à 16 ans. Ils continuent à se développer et bénéficieront d’une enveloppe de 90 millions d’euros en 2009.

>> Des banques de stages (bases de données d’entreprises) se créent dans 14 académies (Aix-Marseille, Besançon, Caen, Créteil, Clermont-Ferrand, Nantes...) pour aider les élèves à trouver un stage. Elles seront généralisées à tout le territoire à la rentrée 2009.

>> 450 élèves issus des quartiers populaires sont déjà scolarisés dans des « internats d’excellence » dotés d’un projet éducatif adapté qui bénéficieront à 2 500 élèves en 2010 et à 4 000 élèves en 2012.

>> Les 100 premières « Cordées de la réussite » ont été lancées en 2008. Elles visent à accompagner les lycéens des quartiers prioritaires à l’enseignement supérieur d’excellence (grande école, université, ou classe préparatoire aux grandes écoles), notamment par des actions de tutorat.

>> Un plan spécifique a été développé en 2008 en faveur du diplôme d’accès aux études universitaires (DAEU) dans les académies qui connaissent les plus faibles taux de réussite au baccalauréat.

Renforcer la mixité sociale

>> 30 lycées situés dans les quartiers prioritaires ont été labellisés « sites d’excellence » et proposent des projets pédagogiques innovants attractifs pour les jeunes d’autres quartiers (section internationale, artistique ou lycée des métiers). 26 000 élèves étaient concernés à la rentrée 2008.

>> En 2008, les 40 000 lycéens boursiers les plus méritants issus de l’enseignement général et technologique dans les quartiers prioritaires ont bénéficié d’un accès aux classes préparatoires aux grandes écoles.

>> 7 communes ont choisi d’expérimenter la mixité sociale choisie (busing) des élèves de CM1/CM2, afin de leur faire découvrir un autre environnement scolaire et de renforcer leur chance de succès. Cette expérimentation sera évaluée en juin 2009.

>> Les collèges les plus dégradés donnent lieu à des opérations de destructionreconstruction.

Promouvoir les dispositifs éducatifs de deuxième chance

Dans son discours du 8 février 2008, le président de la République a fait de la deuxième chance l’une des priorités de son quinquennat. Il est en effet intolérable qu’autant de jeunes, qui représentent les forces vives de la République, quittent chaque année le système scolaire sans qualification.

>> Une instance locale de lutte contre le décrochage scolaire, co-pilotée par le préfet et l’inspecteur d’académie, est en cours d’installation pour chacun des 215 quartiers prioritaires. Elle permettra un repérage, un suivi et un accompagnement « sur mesure » en faveur des jeunes en cours de décrochage.

>> En 2008, 4 129 jeunes sans diplôme ni qualification ont pu intégrer le réseau des Écoles de la 2e chance, soit une augmentation de 54 % d’inscrits entre 2006 et 2008. 43 sites-écoles sont ouverts à ce jour, dont 6 nouveaux en 2008. Les crédits dédiés au réseau des Écoles de la 2e chance sont doublés et portés à trois millions d’euros dans la loi de finances 2009 pour permettre la création d’une vingtaine de sites supplémentaires. De plus, un amendement de la loi de modernisation de l’Économie permet l’élargissement de la collecte de la taxe d’apprentissage de ces écoles.

>> Les 22 centres « Défense 2e chance » (EPIDE) existants ont accueilli, en 2008, plus de 2 000 jeunes volontaires, âgés de 18 à 22 ans, sans qualification ni emploi, en risque de marginalisation.

Lire le compte rendu complet ci-dessous : fichier PDF

Le site de la DIV

Documents joints



  • PDF - 2.1 Mo

Répondre à cet article