> POLITIQUE DE LA VILLE > Insertion professionnelle > Insertion professionnelle (Actions d’entreprises et associations) > Trente-huit nouvelles entreprises déclarent vouloir aider les jeunes de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Trente-huit nouvelles entreprises déclarent vouloir aider les jeunes de ZEP

16 février 2008

Extrait de Localtis.info du 18.02.08 : Plan Banlieue : 38 entreprises s’engagent, le contrat d’autonomie se précise

Dans le cadre du plan Banlieue de Nicolas Sarkozy, 37 grandes entreprises (dont Axa, Areva, Coca-Cola, Eiffage, Rhodia, Total...) ont signé le 15 février un engagement national pour l’emploi des jeunes des quartiers. Objectif : réduire le taux de chômage des moins de 26 ans, qui reste dans les quartiers populaires le double de la moyenne, et pallier les difficultés de recrutement des entreprises. Pour l’année 2008, ces entreprises vont proposer un total de 10.900 emplois, 1.900 contrats de travail en alternance et 9.030 stages. Elles s’engagent aussi à déposer systématiquement leurs offres à l’ANPE, à promouvoir leurs métiers et à développer les opportunités de stages, y compris pour les élèves de classe de troisième de ces quartiers. Un bilan intermédiaire de ce dispositif doit être réalisé en juin. Un rendez-vous annuel est également prévu.

[...]

Lire l’article intégral

------

Extrait de « La Croix » du 15.02.08 : Trente entreprises à la rencontre des jeunes des quartiers sensibles
Des grands patrons doivent signer aujourd’hui à Bercy un « engagement pour l’emploi des jeunes des banlieues », par lequel ils leur promettent 10 000 postes

Les chiffres sont on ne peut plus précis ! La ministre de l’économie et des finances Christine Lagarde a indiqué mercredi 13 février que 30 grandes entreprises s’étaient engagées à la création de 10 700 emplois en 2008 pour les jeunes des banlieues. Parmi elles, L’Oréal, France Télécom, Axa, Casino, Carrefour, Accor, Suez, ou encore Total...

[...)

Un « dispositif national » pour l’insertion dans le BTP

Pour nombre de spécialistes, l’emploi est, de fait, l’une des causes majeures de la crise des banlieues. Si le taux de chômeurs tourne autour de 22 % dans les quartiers populaires, il atteint parfois 40 % des jeunes, par manque de qualification, éloignement géographique ou discriminations. Déjà, le 9 janvier, le ministre du logement et de la ville Christine Boutin et la Fédération française du bâtiment (FFB) avaient lancé un « dispositif national » pour permettre l’insertion dans les entreprises du BTP de 10 000 jeunes issus des quartiers fragiles en 2008.

[...]

Lire l’article intégral

Répondre à cet article