> EDUCATION PRIORITAIRE (politique d’) > EDUC. PRIOR. Types de documents > Educ. prior. (Rapports officiels) > Educ. prior. Rapports statistiques : Depp, Insee, Cereq, Injep, (...) > Les évaluations nationales 2022 : - "une percée en REP+" (MEN) - Revue de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les évaluations nationales 2022 : - "une percée en REP+" (MEN) - Revue de presse

28 novembre 2022

DANS LA RUBRIQUE PRESSE DU SITE DU MEN

Évaluations nationales de septembre 2022 en CP, CE1 et 6e : Une percée en REP+

[...] Les passations des évaluations nationales des élèves en cette rentrée 2022 se sont tenues du 12 septembre au 23 septembre pour les classes de CP et CE1, et du 12 septembre au 30 septembre pour les classes de 6e. Une nouvelle fois, les professeurs se sont fortement mobilisés pour les organiser : le taux de participation des élèves atteint en effet 98% en CP-CE1 et 96% en 6e.

Les évaluations de la rentrée 2022 interviennent après une année 2021 qui a de nouveau été marquée par la crise sanitaire, notamment aux mois de janvier et février derniers, par une nouvelle vague de Covid sur l’ensemble du territoire.

Les résultats des évaluations révèlent deux tendances principales : la poursuite sensible de la réduction des écarts entre les élèves de REP+ et les élèves hors éducation prioritaire, à tous les niveaux ; des évolutions inégales selon les compétences évaluées et les niveaux.

En CP, les élèves, qui avaient fortement progressé à la rentrée 2021, obtiennent des résultats au même niveau ou en progrès, aussi bien en français qu’en mathématiques, comparés à ceux de 2019.

Ainsi, par exemple, le taux de maîtrise en compréhension des mots à l’oral progresse de 2019 à 2022 de 70,3% à 71,8% des élèves. En mathématiques, les évolutions sont encore plus notables : en résolution de problèmes, qui constitue un enjeu majeur en termes d’apprentissage, la proportion d’élèves aux résultats satisfaisants passe de 66,1% en 2019 à 67,5% en 2022. En comparaison de nombre, la même proportion passe de 76,6% à 80,4%.

Le second fait marquant en CP est la réduction très sensible des différences de performance entre les élèves scolarisés en REP+ et ceux du secteur public hors éducation prioritaire, entre 2019 et 2022, dans tous les domaines, excepté pour l’exercice de compréhension de phrases à l’oral. En pratique, les écarts qui s’étaient creusés en 2020 à la suite du confinement sont non seulement entièrement résorbés, mais désormais plus faibles qu’en 2019.

Ainsi, les écarts de performance pour connaître les lettres et les sons qu’elles produisent passe de 11,5 à 10,6 points. En mathématiques, les écarts en résolution de problèmes tombent de 24,7 points en 2019 à 23 points en 2022. Ceci témoigne des premiers effets positifs des dédoublements des grandes sections en REP+, qui permettent pour la première fois de réduire substantiellement les écarts à l’entrée en classe de CP.

En CE1, les élèves, qui avaient également fortement progressé en 2021, ont des résultats stables ou en baisse selon les compétences évaluées en français, et globalement stables en mathématiques. Par rapport aux résultats de 2019, dernière année avant la crise sanitaire, les résultats sont en hausse en mathématiques et globalement comparables en français.

En pratique, par rapport à 2021, les résultats en français sont stables, ou en baisse en particulier pour les domaines "écrire des mots" et "lire à voix haute des mots". Ceci s’explique très probablement par la situation sanitaire des mois de janvier et février 2022, moment charnière de l’année de CP pour l’apprentissage de la lecture et de l’écriture.

En mathématiques, les résultats progressent dans plusieurs compétences entre 2021 et 2022. Par rapport à 2019, les résultats connaissent des progrès sensibles. Ainsi, les élèves qui ont des résultats satisfaisants pour "reproduire un assemblage" sont 84,1% en 2022 contre 80,3% en 2019.

Comme en CP, le principal fait marquant pour les résultats de CE1 est la réduction des écarts de résultats en 2022 par rapport à 2021 en mathématiques entre les élèves du secteur public hors éducation prioritaire et ceux scolarisés en REP+. A titre d’exemple, pour la compétence "lire des nombres entiers", les écarts se sont réduits de 12,6 à 11,9 points.

En 6e, les résultats augmentent en fluence : entre 2021 et 2022, la proportion d’élèves au niveau satisfaisant dans ce domaine (55,6 %) progresse de 3 points par rapport à 2021.

Si les résultats sont stables en mathématiques et en légère baisse en français entre 2021 et 2022, ils marquent une nette hausse par rapport à ceux de 2017, plus marquée en français. Le niveau en français des élèves de REP+ augmente plus rapidement que celui des élèves hors éducation prioritaire, permettant ainsi de réduire les écarts.

L’ensemble de ces résultats témoignent de l’amélioration, sur plusieurs années, du niveau des élèves de CP, CE1 et 6e, et de l’efficacité de la priorité pédagogique mise sur la réduction des inégalités, notamment à l’égard des élèves d’éducation prioritaire. Ils constituent également des repères précieux sur les points d’amélioration de notre système éducatif, qui incitent à poursuivre le déploiement des plans français et mathématiques et à améliorer la scolarité au collège, notamment en classe de 6e, pour remédier aux principales difficultés scolaires.

Ils montrent enfin l’investissement des professeurs pendant l’année scolaire 2021-2022, encore marquée par la crise sanitaire.

Extrait de education.gouv.fr du 25.11.22

 

REVUE DE PRESSE

Evaluations nationales de CP, CE1 et 6e : les élèves les plus faibles réduisent l’écart
Les résultats aux évaluations nationales de la rentrée 2022 sont globalement stables. Les élèves scolarisés dans les écoles REP+, considérés comme les plus fragiles, réduisent l’écart avec les autres enfants.

[...] Les écarts de niveau entre les élèves les plus défavorisés et les élèves hors éducation prioritaire continuent de se réduire. C’est le principal enseignement des évaluations nationales de CP, de CE1 et de 6e réalisées dans les classes à la rentrée 2022 et dont les résultats ont été diffusés le 25 novembre par le ministère de l’éducation nationale. En français comme en mathématiques, les élèves scolarisés dans le réseau d’éducation prioritaire renforcé (REP+), considérés comme les plus fragiles sur le plan scolaire, ont « surperformé » cette année, s’est félicité le directeur général de l’enseignement scolaire, Edouard Geffray, qui présentait ces résultats. Ceux-ci sont globalement stables sur toutes les compétences évaluées dans les trois niveaux – à l’exception du français en CE1 et en 6e, où le niveau se dégrade légèrement.

Extrait de lemonde.fr du 26.11.22

 

Maths, français : le niveau des élèves globalement stable
Après une « chute post-confinement » en 2020, les résultats des CP, CE1 et sixièmes sont remontés et se maintiennent désormais.

[...] En début d’élémentaire, les écarts entre les élèves scolarisés en réseau d’éducation prioritaire renforcé (REP+) et ceux scolarisés dans le public hors éducation prioritaire « se réduisent », note aussi le ministère. Une « excellente nouvelle », se félicite la Rue de Grenelle, qui fait « a priori » le lien avec le dédoublement des classes de grande section, CP et CE1 de l’éducation prioritaire. [...]

Extrait de lefigaro.fr du 25.11.22

 

En 6e, le niveau de français repart à la baisse

Cette année, les résultats des élèves de 6e sont stables en mathématiques par rapport à 2021, mais chutent en français. Le ministre de l’Éducation nationale, Pap Ndiaye, devrait présenter prochainement des mesures pour renforcer l’apprentissage des fondamentaux à l’entrée au collège.

Extrait de etudiant.fr du 28.11.22

 

Evaluations nationales : les élèves ont retrouvé leurs niveaux pré-Covid
Ces tests, réalisés en septembre dans les classes de CP, CE1 et sixième, sont défendus par Pap Ndiaye comme une volonté d’« ancrer la culture de l’évaluation ». Le ministre compte particulièrement scruter les résultats au collège.

Le niveau des élèves est à peu près revenu à celui d’avant la crise sanitaire. Le ministère de l’Education nationale a publié ce vendredi les résultats des évaluations nationales, en mathématiques et en français, menées en septembre dans les classes de CP, CE1 et sixième. Quels grands enseignements retenir du dédale de statistiques déballé avec précision devant la presse ? D’abord, les élèves ont globalement un niveau stable en français et en maths par rapport à l’an dernier, après la chute enregistrée en 2020 à la suite de la fermeture des établissements scolaires à cause de la crise sanitaire. En CP, les élèves, qui avaient beaucoup progressé à la rentrée 2021, obtiennent des résultats au même niveau ou même en légère amélioration, comme en compréhension des mots à l’oral, en capacité à résoudre des problèmes ou à comparer des nombres.

« On fait de plus en plus bachoter les élèves »
Bonne nouvelle sur le plan des inégalités scolaires : les écarts entre les élèves de REP + et les élèves hors éducation prioritaire se réduisent à tous les niveaux, surtout en CP, entre 2019 et 2022. Les élèves de REP + (éducation prioritaire renforcée) « surperforment », constate Edouard Geffray, directeur général de l’enseignement scolaire. La raison ? C’est « très probablement la conséquence du dédoublement des classes [instauré à partir de 2017 par l’ex-ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer

Extrait de liberation.fr du 25.11.22

 

Voir aussi la revue de presse des cahiers-pedagogiques.com du 27.11.22

 

SUR LES SITES PEDAGOGIQUES

Évaluations nationales : Le bilan médiocre des années Blanquer
Les résultats des évaluations nationales de CP, Ce1 et 6ème , conçues et organisées par l’Éducation nationale, plaident guère en faveur de la politique éducative menée sous le premier quinquennat Macron et poursuivie sous le second. Si les résultats sont meilleurs à l’entrée en CP, ils baissent à l’entrée en Ce1 en 2022 par rapport à 2021. En 6ème on observe une nette chute aussi bien en français qu’en maths pour la génération qui a connu les premiers dédoublements.

Des élèves mieux préparés au test en maternelle

Evaluations nationales : Le bilan médiocre des années BlanquerQue dire d’évaluations où l’Éducation nationale s’autoévalue et où le politique s’invite pour commenter les résultats, d’évaluations où certains exercices sont changés d’année en année, interdisant toute comparaison ? Rien ne peut remplacer les évaluations internationales qui, jusque-là ne plaident pas en faveur des politiques éducatives menées par la rue de Grenelle. Se pose aussi la question de la normalité des résultats. Alors que les politiques commentent longuement la moindre variation de pourcentage il n’y a aucun commentaire sur l’énormité du taux d’échec en Rep+ et même du taux moyen.

En CP, à la rentrée 2022, 81% des élèves connaissent le nom et le son des lettres, 82% savent manipuler des syllabes et 83% des phonèmes. Ces résultats sont légèrement meilleurs (de 0.5 à 1%) qu’à la rentrée 2021. Et le ministère s’en félicite. Nous y voyons plutôt une progression dans la préparation aux tests en maternelle, sans que cela soit forcément un progrès. Un tiers des enfants a encore du mal à comprendre des mots à l’oral ou à résoudre un problème.

Baisse des résultats en CE1

En CE1, « on observe une baisse des résultats pour les exercices écrire des mots et lire à voix haute des mots » (-2 à -3%). « Pour le reste, les résultats sont stables sou en légère baisse. En maths, « on observe une stabilité des résultats sauf pour l’exercice « lire des nombres entiers » pour lequel on observe une baisse de 1.5 points ». On n’a pas de comparaison possible pour la résolution de problèmes car les exercices ont été modifiés.

Les écarts de genre sont déjà là avec des filles meilleures en français et les garçons en maths. Pour additionner par exemple, un point majeur du plan maths, 67% des garçons ont un niveau satisfaisant et seulement 53% des filles. Une fille sur deux ne sait pas bien additionner en ce1 et un tiers des garçons.

Les inégalités sociales maintenues

On sait où se trouvent ces élèves qui échouent. En rep+ seulement 57% des élèves savent lire à voix haute des mots de façon jugée correcte contre 73% hors éducation prioritaire et 81% dans les écoles privées. 47% seulement ont un niveau correct en résolution de problème en rep+ contre 70% en école publique hors éducation prioritaire et 76% dans les écoles privées. Il semble que l’on soit encore très loin, et même plus loin, après 5 années de réforme Blanquer en ce qui concerne la promesse du « 100% de réussite »… « En CE1, entre 2021 et 2022, les écarts de performances entre les élèves du secteur public hors EP et ceux scolarisés en EP varient peu (de -0,3 point à +0,6 point) à l’exception de l’exercice « comprendre des phrases lues seul » dont l’écart augmente de près d’un point (+0,9 point)… Entre 2019 et 2022, les écarts augmentent plus significativement en français pour les domaines suivants : « écrire des syllabes », « lire à voix haute des mots » et « comprendre un texte lu seul » (respectivement 1,6 point, 1,5 point et 1,7 point) entre les élèves du secteur public hors EP et ceux scolarisés en EP. Le même constat peut être fait pour les mêmes domaines et dans les mêmes proportions entre les élèves du secteur public hors EP et ceux scolarisés en REP+.

En mathématiques, les écarts de performance dans les domaines comparables ne sont pas significatifs (de –0,1 à +0,5 entre hors EP et EP ; de –0,4 à +0,5 entre hors EP et REP+). »

Chute des résultats en 6ème

En 6ème, le score moyen en français passe de 261 en 2020 et 2021 à 256 en 2022. « Les élèves accueillis dans les établissements publics appartenant à un REP+ ont des difficultés particulièrement marquées : ils sont 53,7 % à appartenir aux deux groupes de bas niveaux, soit 27,7 points de plus que ceux scolarisés dans le secteur public hors EP. La baisse des performances constatée en 2022 par rapport à 2021 touche tous les secteurs de scolarisation de façon comparable, y compris le privé ». Les disparités sont très fortes selon l’IPS des collèges : 277 pour le groupe d’IPS 1 et 234 pour le groupe 5.

En maths, globalement, les écarts de réussite, liés également au niveau social, se sont renforcés tout au long du premier quinquennat. « Au niveau national, en début d’année scolaire 2022-2023, le score moyen est stable (253,3 points en 2022 pour 253,5 points en 2021). La part des élèves dans les bas niveaux (groupes 1 et 2) (32,5 %) est comparable à celle observée en 2021. Il en va de même concernant la part des élèves dans les hauts niveaux (groupes 5 et 6) (31,4 % en 2022). Sur la période 2017-2022, la part des élèves dans les bas niveaux a légèrement augmenté, passant de 30,8 % à 32,5 % (+1,7 point). Dans le même temps, la proportion d’élèves dans les hauts niveaux a connu une hausse plus importante, passant de 28,2 % à 31,4 % (+3,2 points) ». L’écart selon le profil social des collèges est important : 276 pour le groupe IPS 1 et 227 pour le groupe 5.

Pas d’effet positif pour les dédoublements

Ce recul de performance mérite d’être souligné, car les élèves qui entrent en 6ème à la rentrée 2022 sont les premiers qui ont connu les dédoublements en CP en 2017. Certes, en 2017 tous les CP n’avaient pas été dédoublés et on ne peut pas généraliser. Mais cette première indication sur l’effet durable des dédoublements est nettement négative. Rappelons que cette mesure est couteuse et a remplacé, sans évaluation, les « plus de maitres que de classes ».

Des évaluations inutiles pour la moitié des enseignants

Ajoutons un dernier aspect à propos de ces évaluations. En 2022, il n’y a encore que 57% des enseignants de Ce1 qui estiment que cette évaluation les aide à déceler les difficultés de leurs élèves. Pour la moitié des enseignants, 5 années après avoir imposé ces évaluations, elles ne servent pas à grand-chose.
François Jarraud

Extrait de cafepedagogique.net du 28.11.22

 

Evaluations en CP, CE1, 6ème : Des élèves de REP+ qui “sur-performent“ (DGESCO et DEPP)

C’est une “percée en REP+“ avec des élèves qui “sur-performent“, décrit le ministère de l’Education suite aux premiers résultats des évaluations nationales de septembre 2022 en CP, CE1 et 6ème.

Le service statistique de l’Education nationale (DEPP) évoquait en effet lors d’un briefing à la presse ce vendredi 25 novembre “la poursuite sensible de la réduction des écarts entre les élèves de REP+ et les élèves hors éducation prioritaire, à tous les niveaux“ avec cependant “des évolutions inégales selon les compétences évaluées et les niveaux“.

En CP, en Français et en Mathématiques, la proportion d’élèves qui obtiennent des résultats satisfaisants est “au moins au même niveau ou en progrès“, indiquait Fabienne Rosenwald, directrice de la DEPP, que ce soit par rapport à 2019 (avant la crise sanitaire) ou par rapport à l’an dernier. Il faut cependant noter que les résultats des élèves restent moins bons pour les compétences “comprendre des mots à l’oral“ en Français et “résoudre des problèmes en Mathématiques“.

Les écarts de résultats selon le secteur d’enseignement fournissent d’autres enseignements. En Français, ils baissent ou sont assez stables entre élèves évoluant en éducation prioritaire (REP) et ceux hors éducation prioritaire (HEP) entre 2022 et 2021, mais sont stables ou légèrement en hausse par rapport à 2019. Ils sont surtout très marqués pour la compétence “comprendre des mots à l’oral“.

“En REP+ on observe une sur-performance, les élèves progressent plus vite, plus fortement“, assure pour sa part Edouard Geffray, DGESCO, quant aux écarts de ceux qui y sont scolarisés par rapport à ceux hors éducation prioritaire. Entre HEP et REP+ en effet, la tendance est à la baisse en 2022, par rapport à 2021 et même par rapport à 2019, sauf pour l’item “comprendre des phrases à l’oral“. Une fois encore, les écarts de performance restent très importants pour la compétence “comprendre des mots à l’oral“.

En mathématiques, on retrouve la dynamique exposée ci-dessus. Que ce soit entre REP et HEP, ou entre REP+ et HEP, les compétences “résoudre des problèmes“ et dans une moindre mesure “comparer des nombres“ font apparaître de forts écarts de performance entre élèves.

Au CE1, en Français les résultats de 2022 en français sont stables ou en baisse par rapport à 2021, en particulier pour les domaines “écrire des mots“ et “lire à voix haute des mots“, mais pour Fabienne Rosenwald les élèves sont “beaucoup moins touchés que la fois d’avant“, la baisse des résultats étant moins forte qu’entre 2019 et 2020. Si l’on compare 2019 et 2022, les résultats sont comparables sauf pour l’écriture de mots. En mathématiques par contre, les résultats des élèves sont en hausse par rapport à 2019, mais divers par rapport à 2021 (en baisse pour la “lecture des nombres entiers“, en hausse pour “la soustraction“).

Les écarts en Français entre les élèves HEP et REP augmentent par rapport à 2019 et 2021. Ils se réduisent entre les élèves de HEP et de REP+ entre 2021 et 2022, mais ne retrouvent pas les niveaux de 2019. “En mathématiques, déclare Edouard Geffray, on observe une amélioration sensible des résultats en soustraction sur 3 ans. On arrive à avoir des écarts moins importants, en 4 ans jamais les élèves de CE1 en REP+ n’ont eu de résultats aussi près que ceux hors EP que cette année“.

En 6ème, sont notés des résultats en 2022 “supérieurs“ en français comme en mathématiques par rapport à ceux de 2017 (+ 7 points en français), et “les élèves en REP+ sont ceux qui ont le plus progressé“, indique Fabienne Rosenwald. Mais comparés à 2021, les résultats de 2022 sont stables en mathématiques et en baisse en français (- 4 points).

En français, la proportion d’élèves dans les groupes de niveaux les plus bas a baissé, tandis qu’elle a augmenté dans les groupes les plus hauts. En mathématiques est par contre constatée une hausse des taux d’élèves dans les groupes les plus bas.

Enfin, les résultats sont “encore fragiles en fluence mais en hausse entre 2021 et 2022, notamment en REP+“. En 2022, le score moyen est de 126 mots lus en une minute (versus 123 en 2021) et la proportion d’élèves au niveau satisfaisant (55,6 %) progresse de 3 points par rapport à 2021. Edouard Geffray parle cette fois de “surperformance“, un “fait marquant (sur la fluence en REP+, qui augmente de près de 4 points) important car cela fait partie des priorités pédagogiques les plus portées“.

Il y a malgré tout 15 % des élèves qui se situent en dessous du seuil 1 (16 % en 2021), un taux qui monte à 30 % en REP+ (31 % en 2021).

Extrait de touteduc.fr du 27.11.22

 

Voir aussi sur le site OZP :
Evaluations 2022 : Repères CP, CE1 - Premiers résultats [Extraits de la comparaison EP/hors EP]
Les évaluations nationales 2022 : - "une percée en REP+" (MEN) - Revue de presse
Journée nationale OZP : Intervention de la Depp sur les effets de la réduction de la taille des classes en CP et CE en REP+ (diaporama de 52 p.)

Répondre à cet article