> ENSEIGN. SUPERIEUR et OUVERTURE SOCIALE > Ouverture sociale > Ouverture sociale. Sciences Po > Les conventions ZEP-Sciences Po (Généralités) > 20e anniversaire de la première promotion ZEP Sciences Po. Témoignages (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

20e anniversaire de la première promotion ZEP Sciences Po. Témoignages d’anciens élèves (Le Monde)

1er juin 2021

Il y a vingt ans, la première « promotion ZEP » : « Pour moi, Sciences Po est arrivé comme un cheveu sur la soupe »
En 2001, Richard Descoings crée une nouvelle voie d’entrée pour imposer plus de diversité sociale dans l’école. Quatre anciens élèves racontent.

« Remise en cause de l’égalité républicaine », « méritocratie en péril », « sélection au rabais »… Rarement réforme éducative aura autant enflammé le débat. Au printemps 2001, la procédure des conventions éducation prioritaire (CEP) élaborée par le directeur de Sciences Po de l’époque, Richard Descoings, et trois anciens élèves (Cyril Delhay, Madani Cheurfa et Vincent Tiberj) envahit les journaux et l’arène politique. La voie spécifique que la prestigieuse école veut réserver à des élèves issus d’une zone d’éducation prioritaire (ZEP) brise le tabou du concours à la française, dont Sciences Po était l’étendard.

Décidé à « démanteler le trafic de la démagogie », le syndicat étudiant de droite Union nationale interuniversitaire saisit les tribunaux administratifs, en vain. Le 17 juillet 2001, une loi, approuvée par le Conseil d’Etat, conforte Sciences Po et lui laisse la main pour mener une expérience inédite avec sept lycées partenaires. Vingt ans plus tard, ils sont au nombre de 166.

Extrait de lemonde.fr du 01.06.21

 

rubrique559oir la sous-rubrique Ouverture sociale. Sciences Po

Répondre à cet article