> PILOTAGE, ACCOMPAGNEMENT, ÉVALUATION, ORIENTATION > Accompagnement éducatif, personnalisé et Devoirs faits > Accompagn. éduc. (Positions) > Continuité pédagogique, rôle des parents et inégalités sociales : - Claude (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Continuité pédagogique, rôle des parents et inégalités sociales : - Claude Lelièvre sur France Culture - Philippe Meirieu dans "The Conversation"

16 mars Version imprimable de cet article Version imprimable

Enseignement à distance : "On peut craindre un élargissement des inégalités" dans l’éducation

Entretien. Emmanuel Macron a annoncé la fermeture des établissements scolaires, "jusqu’à nouvel ordre". Une mesure de santé publique nécessaire, mais qui soulève de nouvelles problématiques : comment assurer un enseignement égal pour tous les élèves ?

[...] Mais malgré la bonne volonté du corps enseignant, la dématérialisation des cours va nécessiter une attention particulière des familles, ne serait-ce que pour s’assurer de la présence et du suivi des étudiants. L’enseignement à distance pose ainsi la question de l’égalité de l’enseignement, quand les familles ne sont pas toutes en mesure d’apporter le même soutien à leurs enfants. "Il y a un risque corollaire d’inégalité renforcé selon les familles", affirme Claude Lelièvre. L’historien de l’éducation estime que la mise en place des dispositifs d’école à la maison "va être un élément fondamental dans les semaines à venir" :

[...] On peut penser que l’école ne retournera pas indemne à son ancien fonctionnement. Au fond, si ça dure quelques mois, il va y avoir un déplacement de gravité, alors qu’actuellement ce sont les professeurs qui sont au centre [du système éducatif]. [...] Je suis persuadé que si cela dure quelques mois, ce qui n’est pas invraisemblable, un bon nombre de familles se seront investies pour soutenir ou faire soutenir concrètement beaucoup plus que d’habitude leurs enfants. Elles vont se sentir à la fois attirées par des problèmes de pédagogie, de didactique, etc. Il faut aussi considérer que, beaucoup plus qu’avant, elles ont leur mot à dire là-dessus. En France, c’est un débat continuellement renouvelé dans les fédérations de parents d’élèves de savoir jusqu’où elles peuvent aller dans leurs interventions par rapport à l’Éducation nationale. La pédagogie, ou le didactique, est un point extrêmement sensible qui, à mon avis, sera très présent après [cette crise], avec certainement des points de non-retour. Si la famille fait école, elle pourra dire qu’elle peut continuer à faire école, et être co-éducateur dans l’école.

Extrait de franceculture.fr du 13.03.20

 

Écoles fermées aux élèves : les leçons du virus (et quelques pistes pour les parents)
Philippe Meirieu, Université Lumière Lyon 2

[...] Il reste que la réussite de tout cela est subordonnée à la possibilité qu’auront les parents d’accompagner leurs enfants pendant ces journées. Or, sur ce point, l’inégalité est de mise… et c’est pour cela, précisément, qu’on a inventé l’école !

Peut-être faut-il profiter de cette crise pour le redire haut et fort : nos enfants vont en classe pour bénéficier d’un enseignement qui permet à chacune et chacun d’accéder aux œuvres les plus exigeantes de la culture, quelles que soient leurs origines, les ressources matérielles et intellectuelles de leur famille, les accidents de la vie auxquels ils ont eu à faire face.

C’est affaire de professionnels bien formés, affaire d’une pédagogie nécessairement différenciée associant la construction d’un cadre commun et des accompagnements spécifiques, affaire de volonté de l’État, aussi, pour donner plus et mieux à ceux qui ont moins. Enjeu scolaire, mais, plus largement, enjeu politique : le combat contre les inégalités scolaires est inséparable du combat contre les inégalités sociales : le coronavirus nous le rappelle. Espérons que sa leçon ne soit pas trop vite oubliée.

Extrait de theconversation.com du 15.03.20

 

Dans les collèges Rep+ de Lille, la perspective des cours à la maison inquiète

Ce vendredi, les enseignants lillois ont mis en place en urgence l’organisation des « cours à la maison » dont doivent profiter les élèves au moins jusqu’aux vacances. Mais comment accéder à l’enseignement numérique lorsqu’on n’a pas internet à la maison ? Dans les établissements Rep+ qui accueillent les enfants des quartiers les plus en difficultés, on s’inquiète.

Extrait de lavoixdunord.fr du 13.03.20

Répondre à cet article