> ACTEURS /POSITIONS > ACTEURS > Enseignants > Enseignants (Rapports officiels et Etudes) > Le phénomène du décrochage des nouveaux enseignants prend de l’ampleur, en (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le phénomène du décrochage des nouveaux enseignants prend de l’ampleur, en particulier chez ceux issus de milieu défavorisé (étude québécoise)

7 août Version imprimable de cet article Version imprimable

Pour quelles raisons les nouveaux enseignants décrochent-ils ?

Le décrochage des nouveaux enseignants est un phénomène qui prend de plus en plus d’ampleur dans le système éducatif des pays développés, notamment celui du Québec. Nombreux sont en effet les enseignants débutants qui quittent prématurément la profession, c’est-à-dire qui ne passent pas le cap des cinq premières années d’exercice.

Le décrochage des nouveaux enseignants est un phénomène qui prend de plus en plus d’ampleur dans le système éducatif des pays développés, notamment celui du Québec. Nombreux sont en effet les enseignants débutants qui quittent prématurément la profession, c’est-à-dire qui ne passent pas le cap des cinq premières années d’exercice. Et ce phénomène du décrochage enseignant[1] touche encore plus les milieux défavorisés. Les raisons expliquant une telle situation ont longtemps été associées à un manque de motivation des enseignants qui, de façon générale, entreraient dans la profession non pas pour confirmer leur vocation d’enseignant, mais plutôt pour faire de cette occupation un tremplin. Or, les conséquences et les coûts de ce phénomène, ainsi que ses retombées sur la qualité de l’enseignement, sont considérables.

Par Patrice Cyrille Ahehehinnou

En 2015, le professeur Thierry Karsenti et des collaborateurs ont réalisé une étude qui portait sur trois points précis :

L’analyse des facteurs qui expliqueraient le phénomène du décrochage chez les nouveaux enseignants ;
L’analyse de pistes de solution pour régler ce problème ;
L’analyse des conséquences du décrochage enseignant sur la réussite scolaire des élèves.

L’étude a mobilisé 1 252 acteurs de l’éducation, soit 260 futurs enseignants en quatrième année de formation, 603 enseignants exerçant leur profession depuis moins de cinq ans, 72 enseignants ayant quitté l’enseignement, 264 témoins d’un enseignant ayant quitté la profession et 53 directeurs d’école. Ces participants ont dû répondre à un questionnaire en ligne et à des questions lors d’entrevues individuelles et de groupe.

Les résultats de l’étude ont permis d’identifier non seulement six principaux facteurs explicatifs du décrochage des nouveaux enseignants, mais aussi plusieurs pistes de solution à ce décrochage.

[Est-il possible de prévenir le décrochage des jeunes enseignants ?]

Les facteurs
Karsenti et son équipe ont identifié six facteurs explicatifs du phénomène de décrochage des enseignants débutants, dont le plus mentionné par les participants demeure la charge de travail trop importante. Les autres facteurs sont la gestion de classe, le climat à l’école, le manque de formation (initiale ou continue), le manque de ressources, et la gestion difficile des élèves en difficulté. Pour la majorité des enseignants décrocheurs interrogés, le climat à l’école constitue la deuxième raison, en ordre croissant d’importance, qui expliquerait pourquoi ils ont décroché, la charge de travail représentant la première raison.

Karsenti et son équipe ont aussi cherché à connaître les facteurs qui constituent des irritants pour les enseignants en poste afin de mieux comprendre comment ces irritants peuvent conduire au décrochage. Les facteurs rapportés par les futurs et nouveaux enseignants sont les suivants : insatisfaction liée aux conditions d’embauche et d’affectation ; insatisfaction liée aux conditions de travail ; difficultés à concilier vie personnelle et vie professionnelle ; climat de l’école.

[Causes de l’épuisement professionnel chez les enseignants et conséquences pour les élèves]

Les pistes de solution
Les participants ont aussi émis des recommandations pour lutter contre le décrochage enseignant. Au premier rang de ces recommandations, on trouve le mentorat, perçu comme le moyen le plus efficace pour faciliter l’insertion professionnelle et pour contrer l’abandon de la profession par les enseignants. Viennent ensuite les recommandations suivantes : l’attribution de classes dites « régulières » aux nouveaux enseignants ; la mise en place d’une charge et d’un horaire de travail adaptés afin de les aider à s’habituer progressivement aux conditions inhérentes à leur tâche ; la mise en place de mesures de soutien pour eux ; la création d’espaces où les enseignants d’expérience pourraient prendre le temps d’aider ces jeunes enseignants. Enfin, les participants ont aussi fait part de l’aide que peuvent apporter aux enseignants débutants les nouvelles technologies, en fonction de leurs besoins.

[Pourquoi les jeunes enseignants quittent-ils la profession ?]

Pour consulter le rapport de recherche

Référence

Karsenti, T. P. (2015). Analyse des facteurs explicatifs et des pistes de solution au phénomène du décrochage chez les nouveaux enseignants, et de son impact sur la réussite scolaire des élèves (Rapport de recherche ; no de projet 2012-RP-147333). Repéré à

[1] Par le terme décrochage enseignant, on entend le départ volontaire et prématuré de la fonction enseignante.

Extrait de rire.cetreq.qc.ca du 29.07.19

 

Voir au milieu de la colonne de gauche la liste des MOTS-CLES liés à cet article,
en particulier les mots-clés du groupe 1 : Canada, Québec et du groupe 3 : *Enseignant (Métier) (gr 3)/ et *GRH (Débutants) (gr 3)/
Croiser le mot-clé choisi avec d’autres (en repérant sa place dans le groupe-colonne avec les *)

Voir en haut de la page le chemin de la RUBRIQUE de cet article Enseignants (une des 5 sous-rubriques de ENSEIGNANTS : Métier, Statut)

Répondre à cet article