> INEGALITES SCOL., MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE, OUVERTURE (...) > MIXITE SOCIALE et CARTE scolaire > Mixité sociale et Carte scolaire (Positions politiques et syndicales) > Le SGEN-CFDT exige un engagement clair sur la remise à plat du classement (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le SGEN-CFDT exige un engagement clair sur la remise à plat du classement des écoles en fonction d’un indicateur social unique (exemples dans les académies de Rouen et de la Réunion)

19 décembre 2014 Version imprimable de cet article Version imprimable

Communiqué de la Fédération des Sgen-CFDT

Le Sgen-CFDT est favorable à la remise à plat de la carte de l’éducation prioritaire selon un indicateur social unique. À l’issue du Comité Technique Ministériel, il dénonce le manque de transparence, voire la manipulation des indicateurs dans certains groupes de travail académiques. Il fustige le refus obstiné du ministère de reconnaître que l’entrée uniquement par les collèges conduit, pour certaines écoles, à des solutions de bricolage insatisfaisantes, tant pour les élèves que pour les personnels.

Sur le premier point, l’exemple le plus criant de manipulation des indicateurs est celui de la Réunion, où le recteur s’affranchit de l’indicateur ZUS pour établir la carte académique, et conditionne l’accès au label REP+ à une appartenance à la carte précédente : curieuse méthode pour une remise à plat !

Sur le deuxième point, le Sgen-CFDT regrette que le ministère ne veuille pas revenir sur le choix de l’entrée par les collèges et refuse de retravailler sur les écoles « orphelines » pour mettre en œuvre un classement selon un indicateur unique.
Ce refus amènera à faire perdurer de vraies injustices (comme par exemple à Fécamp) où des écoles qui ne sont pas défavorisées rentreront dans le périmètre de l’éducation prioritaire alors que d’autres en seront de fait exclues, malgré leur situation très difficile. Et ce ne sont pas les Conventions Académiques de Partenariat Éducatif qui solutionneront durablement cette difficulté. C’est, par ailleurs, un très mauvais signe envoyé aux territoires où l’on a réussi une vraie mixité sociale pour l’établissement de la carte scolaire des collèges.

Le Sgen-CFDT exige du ministère la révision du classement du collège les Alizés, à la Réunion, en REP+, et un engagement clair sur la remise à plat du classement des écoles en fonction d’un indicateur social unique.

Extrait de cfdt.fr du 17.12.14 : Éducation prioritaire : la communication ministérielle ne résiste pas à l’analyse des mesures prises en académies

Répondre à cet article