> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > ACTIONS LOCALES par niveau et discipline/ > Actions locales au LYCEE > Lycée (EAC) > B* "Machin’Art", lier formation professionnelle et activité artistique au LP (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* "Machin’Art", lier formation professionnelle et activité artistique au LP d’excellence le Chatelier de Marseille

27 mars 2013 Version imprimable de cet article Version imprimable

Machin’Art
Expérimentation art.34 présentée aux journées de l’innovation de mars 2013.

Lycée professionnel [site d’excellence] Le Chatelier
108 Avenue Roger Salengro, 13003 Marseille 3e arrondissement
Site du lycée
Auteur : Giacomi Colette
Mél : ce.0130055p@ac-aix-marseille.fr

Deux professeurs d’Arts Appliqués, Mme Fabry et Mme Hassaïri, après 4 ans de projets communs, avec leurs élèves et leurs collègues du domaine professionnel des métiers de l’enseigne du LPP La Cabucelle de Marseille ou de carrosserie, de peinture, de maintenance industrielle du lycée pilote, ont entrepris en septembre 2011 d’adjoindre à la signalétique du lycée Le Chatelier un grand totem machine et une table d’orientation, en y intégrant mécanismes et lumière.
Accompagnés par un artiste plasticien marseillais sur les plans technique et artistique, ils ont réalisé dessins puis maquettes. Un professeur de construction - dessin industriel en a fait concrétiser une. Les deux années scolaires suivantes sont consacrées à la fabrication, l’assemblage et l’installation. En parallèle, un making of est réalisé en vidéo par les élèves de l’option cinéma du LP [ex-DERS] Montgrand de Port de Bouc.

Plus-value de l’action
La première réalisation concrète, au printemps 2013, devrait être valorisée dans le cadre de MP2013, « Marseille Provence 2013 », la ville étant capitale européenne de la culture. Le film sera diffusé auprès des établissements scolaires.

Nombre d’élèves et niveaux concernés
Une centaine d’élèves, de trois lycées, des classes : terminale Artisanat et Métiers d’Art (AMA) du LPP La Cabucelle ; regroupement d’élèves en option cinéma du LP Montgrand ; terminale CAP Carrosserie et Peintre en Carrosserie, terminale Bac Pro Maintenance des Equipements Industriels du LP Le Chatelier.
En périphérie, des élèves de seconde bac Pro, en module de « raccrochage » ou en formation par la Mission Générale d’Insertion.

A l’origine
Un élève arrivant dans un lycée professionnel du 3ème ou 15ème arrondissement de Marseille est souvent d’un niveau scolaire faible, peu enclin à la fréquentation de lieux culturels et affecté par défaut. Depuis 2008, refaire la signalétique du lycée pilote a constitué un biais pédagogique pour l’accès à l’Art. L’amélioration du cadre de vie au lycée, objectif traduisible très concrètement, a créé une dynamique : En étant créateurs, les élèves sont passés de passifs à créatifs. Le fait que les professeures d’arts appliquées s’appuient sur les compétences professionnelles dans les travaux qu’elles font réaliser a élargi la vision de leur futur métier.
En s’appuyant sur les acquis constatés les quatre dernières années, les deux professeures d’Art Appliqués ont impliqué cinq professeurs du domaine professionnel et deux professeurs d’enseignement général et contacté un artiste plasticien. Le projet signalétique changeant d’échelle, Machin’Art naissait.

Objectifs poursuivis
- Développer des compétences scolaires disciplinaire et transversales selon les référentiels et textes officiels.
- Acquérir et développer des compétences extra-scolaires.
- Elargir et modifier le regard sur les métiers, sur l’art contemporain, sur l’orientation professionnelle.
- Lutter contre le décrochage scolaire et l’absentéisme.
- Rétablir l’estime de soi en laissant la trace, belle et identifiable, de deux à quatre ans de lycée.
- Explorer des méthodes innovantes d’enseignement et expérimenter des dynamiques informelles d’apprentissage.

Description
Projet tripartite réunissant établissements publics et privé, Machin’Art permet aux élèves de pratiquer leur métier de manière artistique et laissant sur le lieu de leur formation une trace pérenne. La diversité des métiers sensibilise à la complémentarité, à l’ouverture, et permet l’apprentissage par les pairs.
Trois phases :
- 1°) création, confrontation, dessins techniques ;
- 2°) réalisation des éléments des sculptures ;
- 3°) assemblage et installation.
Par la suite, une autre action valorisera les métiers en mettant l’accent sur la santé et la sécurité : il s’agit du projet "Ingéniérie du rêve et de l’absurde" avec la fondation GIM’s-Maryse Léca.

Modalité de mise en œuvre
Après une première année où les concertations entre professeurs, avec les élèves et avec l’artiste plasticien a permis de préciser les objets à réaliser, le financement des interventions extérieures, des matières ou matériaux à utiliser, les deux LP marseillais réalisent le travail en atelier, essentiellement pendant les cours en le validant en CCF, les tâches à effectuer développant les compétences attendues dans le référentiel du diplôme préparé. Des pièces sont échangées pour un travail commun ou successif dans l’un ou l’autre des lycées.
Deux réunions plus larges, pour faire un bilan d’étape, sont prévues.
En parallèle, la revue de tournage réalisée par les élèves du LP Montgrand suit le processus de gestation puis de transformation d’une pièce par l’un puis l’autre. L’objectif de la vidéo est de montrer le geste professionnel, le savoir faire de chaque corps de métier, l’attention portée à la santé, la sécurité, la complémentarité, la coordination, tant par les élèves que par leurs professeurs.

Difficultés rencontrées
Peu de financeurs à ce jour malgré un environnement porteur (entreprises partenaires accueillant les élèves lors de leurs stages). Difficultés financières (la Région Paca est le seul sponsor) .
- Difficulté de mobilisation (élèves décrocheurs)
- Difficulté de partenariat artistique : l’ambition d’une résidence d’artiste s’est transformée en intervention de conseil de l’artiste sur quelques mois

Moyens mobilisés
La quasi intégralité des moyens sont accordés par le Conseil Régionale dans le cadre des Conventions Lycéennes et Apprenties (CVLA). Quelques heures supplémentaires sont attribuées aux enseignants sur la DGH quand des séquences se déroulent hors du temps de cours. Une demande de subvention pour une action spécifique de fonctionnement est demandée à la Région pour le FSE. En revanche, la sollicitation de partenaires (cinéma, résidence d’artiste, entreprises pour les matières premières, ...) n’a pas abouti

Partenariat et contenu du partenariat
Artiste : compétences. Commande d’une oeuvre d’art par EDF au lycée.

Liens éventuels avec la Recherche
Le CIRVA (Centre International de Recherche sur le Verre et les Arts plastiques) a été sollicité pour la fabrication de globes incassables. Malgré un accord de principe, la coopération n’a pas lieu, faute de moyens financiers suffisants. En revanche, un élève de la classe AMA (artisanat et métiers d’art) a pu suivre un stage d’observation dans la structure.

Evaluation
Pratique de l’élève, pratiques des enseignants, compétences acquises dont socle commun, orientation dont post-bac, engagement scolaire dont taux d’absentéisme

Modalités du suivi et de l’évaluation de l’action
Auto-évaluation de la production des élèves, appuyé par les corps d’inspection. Evaluation des changements de pratiques et professionnalisation des enseignants (CARDIE). Pratique de l’élève, pratiques des enseignants, compétences acquises dont socle commun, orientation dont post-bac, engagement scolaire dont taux d’absentéisme.

Effets constatés
- Sur les acquis des élèves : La 1ère année : Dossiers CCF en arts appliqués. Acquisition de compétences transversales. Appréhension de la nécessité de rigueur et d’organisation pour une intervention sur un même chantier de corps de métiers différents.
- Sur les pratiques des enseignants : Expérience d’un travail en équipe pluridisciplinaire, notamment entre professionnels de métiers différents : hybridation des méthodes. Co-animation sur un groupe d’élèves : recentrage, adaptabilité. Expérimentation, le programme étant un repère et non une contrainte.
- Sur le leadership et les relations professionnelles : Le professeur, expert, est celui qui alerte sur les contraintes techniques, qui rationalise et s’efface devant l’acte de création du groupe d’élèves. Les relations professionnelles sont modifiées : de dispensateur d’un savoir vertical, le professeur est la personne ressource, le chef d’équipe à l’autorité et au savoir reconnus.
- Sur l’école / l’établissement : Adhésion et soutien des collègues. Concernant les élèves, l’effet de contagion pour un climat plus paisible n’est pas perceptible.
- Plus généralement, sur l’environnement Au bout d’un an : plus grande facilité de contact avec les lieux culturels environnants, agréablement surpris que la culture soit connue comme un point d’appui important pour socialiser et motiver les jeunes.

Extrait du site Expérithèque : Machin’Art

Répondre à cet article