> POLITIQUE EDUCATIVE DE LA VILLE > QUARTIERS : Culture, Insertion prof., Jeunes, Médias, Sport > Jeunes des quartiers (généralités) > "Les jeunes des quartiers", dossier Diversité Ville-Ecole-Intégration (n° (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

"Les jeunes des quartiers", dossier Diversité Ville-Ecole-Intégration (n° 167, janvier 2012)

25 janvier 2012 Version imprimable de cet article Version imprimable

Les jeunes des quartiers

Sommaire N° 167 - janvier 2012

Éditorial, Marie Raynal

[...] C’est pourquoi on pourrait renverser l’habituelle façon de
penser la sécurité dans les banlieues pour se demander
comment assurer la sécurité des jeunes en priorité ?
Comment, par exemple, tout faire pour éviter les humiliations
des échecs successifs, comment révoquer le sentiment
de vide existentiel qui en découle et comment protéger
de l’angoisse d’un avenir flouté ?
La majorité des jeunes et de leur famille redoutent en
effet la mise au ban scolaire, pourvoyeuse de ruptures et
annonciatrice de chômage.

Il ne s’agit évidemment pas de se placer dans une
posture d’indulgence a priori à leur égard ni d’excuser
leurs errements au prétexte de l’injustice initiale, mais
bien de leur assurer cette sécurité première qui consiste
à pouvoir se penser partie prenante d’un destin collectif.
La responsabilité des adultes envers ceux qui commencent
à vivre et cherchent en tâtonnant leur chemin est
donc grande. En somme, il faudrait se rappeler toujours
que les jeunes des milieux populaires, comme tous les
autres jeunes, n’ont d’autre choix que ceux qu’on leur
trace et qu’ils devraient pouvoir compter sur un appui
sans faille des adultes pour un jour se sentir capables de
trouver le droit fil de leur vie.

Lire (PDF, 98 ko)

« La dynamique sociale a besoin que certaines lois soient enfreintes pour pouvoir éduquer à la loi », Entretien avec Marc Hatzfeld

[...] Je parle de deux ordres de reconnaissance, d’abord
de la reconnaissance en tant que personne. Je crois que
beaucoup de ces jeunes garçons s’insurgent contre une
méconnaissance à leur égard. On ne les reconnaît pas
comme des personnes estimables pour toutes les raisons
que l’on imagine et en particulier pour la vitalité dérangeante
dont on parlait tout à l’heure, cette imagination
fertile et brouillonne. Leur capacité relationnelle très riche
pourrait d’ailleurs nourrir des fictions romanesques. Ils
demandent à être reconnus, maladroitement c’est vrai,
et leur façon de réclamer cette reconnaissance consiste à
se montrer au grand jour de façon agressive par des grands
gestes défendus. Les enseignants devraient en être conscients,
mais aussi les policiers car cela crève les yeux. Ils
demandent donc d’abord à être reconnus comme des
personnes dignes d’estime.
L’autre revendication de reconnaissance est plus complexe
et plus difficile à comprendre car elle porte sur la dimension
socialement nécessaire de leur geste transgressif
individuel. Ils sont transgresseurs, ils font des bêtises au
regard de la loi, quelquefois au regard de leur propre
morale, quelquefois au regard de rien du tout car ce sont
des bêtises tout court, des bêtises sans qu’ils en aient
même conscience parfois, bêtises qui sont le résultat d’un
trop-plein de vitalité. Donc ils le font. Mais je tente de remettre les choses d’aplomb par rapport à la
loi. Qu’est ce que transgresser la loi ? Qu’est
ce que signifie la transgression en général ? Ils
ne réclament pas d’être reconnus en tant que
transgresseurs mais nous qui sommes adultes
et sommes censés réfléchir avec distance à
ces gestes, nous nous devons de demander à
ce qu’ils soient reconnus en tant que transgresseurs
pour ce que le risque de la transgression
implique en regard de la fécondité
sociale ou morale ou historique de la transgression.
Car c’est la transgression de
quelques-uns qui permet à la loi de bouger
pour tous ; et qui, finalement, permet au regard
collectif de changer. [...]

Lire (PDF, 122 ko)

I - Un âge négligé

  • Les « embrouilles » de jeunes en discothèques - Fêtes urbaines, violences ritualisées et compétitions masculines, Éric Marlière
  • Jeunes des quartiers populaires et forces de police – Analyse d’un processus de réification réciproque, Manuel Boucher
  • Relégation urbaine, stigmatisation scolaire – Un enchaînement inextricable, Jean-Pierre Garnier
  • Comment porter sa différence ? – La place de la confiance en éducation, Catherine Mathey-Pierre
  • Les modes d’accès à l’emploi des jeunes Français d’origine maghrébine des cités, Jacques Chavanes
  • L’engagement associatif des jeunes dans leur quartier – Quel espace de politisation ?, Elsa Lagier
  • Comprendre les émeutes, Laurent Mucchielli
  • La tache aveugle – La santé des jeunes de quartiers, Joël Dutertre
  • Angleterre : les émeutes de l’inégalité des chances ?, Jules Donzelot
  • Les jeunes en difficulté sociale face à l’école et l’emploi – L’observation des travailleurs sociaux, FNARS
  • Filles/garçons : l’offre de loisirs – Asymétrie des sexes, décrochage des filles et renforcement des stéréotypes, Édith Maruéjouls, Yves Raibaud

II - La jeunesse comme danger ?

  • L’école contre « la rue » – Ethniciser pour déscolariser, Fabrice Dhume
  • Sujets dits « incasables » – d’une trajectoire individuelle à une trajectoire institutionnelle, Gillonne Desquesnes, Didier Drieu, Nadine Proia-Lelouey
  • Départ ZEP, arrivée Sciences Po, moyen de transport : le langage, Maria Candea
  • Les quartiers de l’éducation prioritaire : un bouquet d’Iris oubliés ?,
  • Patrice Caro, Rémi Rouault
  • Regards sur les quartiers sensibles et les discriminations – Enquête Credoc, juin 2009, Régis Bigot
  • Manquements aux obligations scolaires, risque, danger et délinquance
  • Étienne Douat
  • Habitus et lien social : la question des jeunes de cités, Sylvain Aquatias
  • Poupées mannequins et lolitas – ou les liaisons dangereuses entre les adolescentes et les médias, Philippe Lacombe
  • Les jeunes « des quartiers », cible ambiguë du service civique, Valérie Becquet
  • Présumés coupables ? – Pourquoi tant de méfiance à l’égard des jeunes « des cités » ? Malika Mansouri, Marie-Rose Moro
  • Fatia, Zora, Nadia et les autres n’aiment pas le henné et la couture, Johanna Dagorn
  • Orientation scolaire et inégalités de traitement selon « l’origine » – une synthèse critique des connaissances, Fabrice Dhume, Suzana Dukic

III - Des actions en partage

  • Réflexion sur l’identité sociale des jeunes « d’origine maghrébine », Claire Lefebvre
  • Migration, langue et identité, Abdelkader Benarab
  • D’une langue à l’autre - Reconnaître le bilinguisme des enfants de migrants, Michel Rabaud
  • Construction de soi, rapport à l’autre – Des initiatives pour les jeunes des quartiers en Rhône-Alpes, Frédérique Bourgeois

Rétrospective
Reconnaître la souffrance des jeunes faute de leur trouver un emploi
(Diversité n° 143, décembre 2005), Marc Loriol
Lire (PDF, 138 ko)

Retour sur
Culture romani, singulière et plurielle, Julien Radenez
Lire (PDF, 175 ko)

Climat
Les leçons de l’enquête de victimation et climat scolaire en collège, Éric Debarbieux
Lire (PDF, 370 ko)

Je
Ne dites pas à ma mère que je suis un jeune de banlieue, elle me croit enfant de la République !, Pascal Dubernet, Président de l’association Quartier Sans Cible
Lire (PDF, 104 ko)

Lecture
Les conséquences du harcèlement pour la santé (Journal of Aggression, Conflict and Peace Research), Maria M. Ttofi, David P. Farrington, Friedrich Lösel
Lire (PDF, 211 ko)

Bibliographie
Lire (PDF, 99 ko)
Autour du thème, une sélection d’ouvrages du réseau SCÉRÉN(PDF, 78 ko)

 

Extrait du site Ville-Ecole-Intégratioon le 22.01.2012 : Les jeunes des quartiers

Répondre à cet article