> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES (en EP) > PEDAGOGIE. Généralités > Jeunes des quartiers : "La politique, elle se fait à côté" (3) et "2005, ça a (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Jeunes des quartiers : "La politique, elle se fait à côté" (3) et "2005, ça a marqué l’histoire" (4) (Série d’été de The Conversation)

13 août

« Jeunes de quartier » : « La politique elle se fait à côté »

Les jeunes des quartiers populaires s’engagent de multiples façons. À l’échelle locale comme à l’échelle internationale. Sur des enjeux de solidarité, d’accueil de justice. S’ils expriment un éloignement vis-à-vis de la politique institutionnelle, cela ne les empêche pas de prendre la parole, y compris en se présentant aux élections locales ?

Pour parler de la question de l’engagement et de la solidarité, nous recevons Marie-Hélène Bacqué chercheuse à l’université Paris-Nanterre, sociologue et coordinatrice du projet Pop-Part auquel ont participé Thibaut Noël et Djieneba Konte.

[Près de 70 000 lecteurs font confiance à la newsletter de The Conversation pour mieux comprendre les grands enjeux du monde. Abonnez-vous aujourd’hui.]

Thibaut a 26 ans. Originaire de Pantin, militant politique, il a notamment participé au mouvement des « gilets jaunes » et a participé à la création d’un collectif pour venir en aide aux réfugiés. Djienaba a 20 ans. En deuxième année de droit à l’université de Nanterre, elle s’est présentée sur une liste citoyenne aux élections de sa ville, Aubervilliers et s’engage régulièrement auprès de lycéens avec son association, Parle, afin de les initier aux concours d’éloquence.

Loin de l’image d’une jeunesse désintéressée de la vie politique, les parcours de ces jeunes nous éclairent sur d’autres type d’engagements qui se font bien souvent en dehors des partis politiques.

Extraits
● « Broke for free », Something Elated, 2011.
● Covid-19 : la solidarité s’organise dans les quartiers nord de Marseille, France 3 PACA, 2020.
● Concours d’éloquence dans le 93 : la parole comme une arme, France Inter, 2016.

Extrait de theconversation.com du 21.04.22

 

« 2005 ça a marqué l’histoire »
Publié : 7 avril 2022, 20:57 CEST •Mis à jour le : 10 août 2022, 19:32 CEST

auteur
Hélène Hatzfeld
Politologue spécialisée dans l’urbanisme, laboratoire Architecture Ville Urbanisme Environnement (UMR CNRS 7218), Université Paris Nanterre – Université Paris Lumières

En 2005, il était adolescent lorsque sont survenues les révoltes en réaction à la mort de Zyed Benna et Bouna Traoré à Clichy-sous-Bois qui gagnent rapidement l’ensemble du pays. Le gouvernement instaure l’état d’urgence. Lors de son premier discours après ces événements, le président de République de l’époque, Jacques Chirac, promet de créer plus d’opportunités pour les jeunes de quartiers. Les gouvernement suivant mettront également en place des mesures similaires durant leurs mandats.

Extraits
● « Broke for free », Something Elated, 2011.
● Émeutes des banlieues : retour 10 ans en arrière, France 24.

Extrait de theconversation.com du 7 avril 2022

Répondre à cet article