> POLITIQUE DE LA VILLE > QUARTIERS : Culture, Jeunes, Médias, Sport > Jeunes des quartiers (Généralités) > Jeunes des quartiers : "Regarde-moi !" (1) et "Pantin, là où tout le monde se (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Jeunes des quartiers : "Regarde-moi !" (1) et "Pantin, là où tout le monde se croise (2) (Série d’été de The Conversation)

12 août

Jeunes des quartiers "6 épisodes"
The Conversation

Dans cette nouvelle série d’été nous rediffusons les 6 épisodes du podcast Jeunes de quartier. Des jeunes issus de différents quartiers populaires franciliens s’expriment sur leur quotidien, leur place dans la société française et leurs espoirs.

Premier épisode avec Hachimia Ibouroi et Jeanne Demoulin qui démontent les clichés sur les jeunes de quartier.

À lire aussi : Comment écouter les podcasts de The Conversation ?

Banlieues, quartiers, cités. En France ces mots ont trop souvent une connotation négative. Ce que l’Etat français nomme depuis 2018 les quartiers prioritaires de la politique de la ville regroupe 5,4 millions d’habitants dont 40 % ont moins de 25 ans. Mais qu’est-ce qu’être jeune dans un quartier populaire ? La recherche participative Pop-Part, conduite dans dix villes ou quartiers de l’Île-de-France, et portée notamment par l’Université Paris Nanterre, s’est associée à 120 jeunes pour se saisir du sujet.

Regarde-moi (1)

Le regard médiatique porté sur les quartiers populaires enchaîne les clichés. De la beurette des années 80 à la femme voilée puis aux jeunes à capuches ou aux bandes violentes, les représentations sont souvent biaisées si ce n’est parfois ouvertement racistes. Pourtant de nombreuses voix émergent, notamment aujourd’hui pour se réapproprier l’image de ces quartiers.

[Près de 70 000 lecteurs font confiance à la newsletter de The Conversation pour mieux comprendre les grands enjeux du monde. Abonnez-vous aujourd’hui.]

Pour en parler avec nous dans « Jeunes de quartier » nous recevons Hachimia Ibouroi, 22 ans, originaire de Pantin en Seine-Saint-Denis, étudiante en master image et société à l’université Paris-Saclay. Hachimia accompagne des classes de lycéens dans leur processus de création théâtral.

Avec nous également, Jeanne Demoulin, chercheuse en sciences de l’éducation à l’Université Paris Nanterre au laboratoire CREF (Crise école terrain sensible). Jeanne Demoulin a aussi co-coordonné le projet participatif Pop-Part.

Extraits

« Something elated », Broke for Free, 2011.

« Admire ma peau noire », H. Ibouroi, 2020.

Jeunes de quartier, 2021. Couverture de l’ouvrage Jeunes de quartier
La recherche Pop-Part a donné lieu à un ouvrage, « Jeunes de quartier. Le pouvoir des mots », coordonné par Marie-Hélène Bacqué et Jeanne Demoulin, paru chez C&F Editions, ainsi qu’un site Jeunesdequartier, des dizaines de vidéos , réalisées par les jeunes mais également une pièce de théâtre, mise en scène par le Kygel Théâtre à partir de textes de l’ouvrage, et un film sur le processus de la recherche, réalisé par Géraldine Kouzan.

Crédits : Conception et animation, Clea Chakraverty. Réalisation, Romain Pollet. Chargé de production, Rayane Meguenni.

Extrait de theconversation.fr du 24 mars 2022

 

Pantin, là ou tout le monde se croise (2)

Dans ce nouvel épisode de Jeunes de quartier, nous recevons Claudette Lafaye, sociologue à l’université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis associée, dans le cadre de la recherche PopPart, à l’université Paris Nanterre et Ahmad Zeidan 25 ans qui a grandi à Pantin.

En 1996, la manufacture de tabac de Patin qui employait plusieurs centaines d’ouvriers est détruite. Elle est aujourd’hui remplacée par 50 000 mètres carrés de bureaux destinés à l’implantation d’entreprises de l’économie créative. Située dans le département de la Seine-Saint-Denis, au nord-est de Paris, Pantin est aujourd’hui une commune de 59 000 habitants.

[Près de 70 000 lecteurs font confiance à la newsletter de The Conversation pour mieux comprendre les grands enjeux du monde. Abonnez-vous aujourd’hui.]

Souvent qualifiée par la presse de « nouveau Brooklyn », Pantin connaît comme beaucoup de communes limitrophes de la capitale des transformations urbaines de grande ampleur qui se sont accentuées depuis le milieu des années 2000. De nouveaux immeubles de bureaux et d’habitations sortent de terre, de nouveaux cafés ouvrent, de grandes entreprises y établissent leur siège social, des friches industrielles sont utilisées par des théâtres. La jeunesse parisienne vient y faire la fête. Mais certains habitants s’interrogent : pourront-ils continuer à vivre dans le lieu où ils ont grandi ?

Extrait de theconversation.fr du 31.03.22

Répondre à cet article