> ACTEURS /POSITIONS > POSITIONS > Positions syndicales > Les premières réactions syndicales à l’annonce de l’intégration-fusion des RAR (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les premières réactions syndicales à l’annonce de l’intégration-fusion des RAR dans le dispositif Eclair

14 janvier 2011 Version imprimable de cet article Version imprimable

Interrogés, les syndicats enseignants Snes-FSU, Sgen-CFDT et SE-Unsa, opposés au recrutement sur profil, se sont dits en « colère » et ont déploré « l’absence de concertation », critiquant la généralisation d’un dispositif avant son évaluation.

« Le gouvernement fait l’amalgame entre la difficulté scolaire et les questions de violence. Or ce n’est pas lié », a affirmé le SE-Unsa. « L’évolution de l’éducation prioritaire autour de la question de la violence ne nous va pas du tout », a renchéri le Sgen-CFDT.

Extrait, de liberation.fr du 13.01.11 : L’éducation en zone difficile va être réorganisée

 

Le même article de Libération, inspiré d’une dépêche de l’AFP, cite la réaction de l’OZP :

Le président de l’Observatoire des zones prioritaires (OZP) Marc Douaire s’est demandé « pourquoi cet entêtement à mettre en place "Clair" » alors qu’un récent rapport, préfacé par M. Blanquer, dresse un « bilan encourageant » des RAR, en terme de réduction des écarts avec les autres établissements.

« N’y a-t-il pas la volonté de retirer des moyens aux établissements ? », s’est-il interrogé.

Note du QdZ : La citation est incomplète. Il faut lire « N’y a-t-il pas la volonté de retirer des moyens aux établissements en réseau de réussite scolaire (RRS) ? », s’est-il interrogé.

 

[...] À peine expérimenté et déjà étendu ! Le ministère de l’Éducation a annoncé, hier, que 200 lycées et collèges ainsi que 1 700 écoles allaient rejoindre l’expérimentation «  Clair  » dès la rentrée prochaine.

[...] En colère, les syndicats ont déploré hier «  l’absence de concertation  ». «  Au-delà des questions de statut, le gouvernement fait l’amalgame entre la difficulté scolaire et les questions de violence, déplore Frédérique Rolet, cosecrétaire général du Snes-FSU. C’est très inquiétant.  »

Extrait de lhuma.fr du 14.01.11 : Tout devient "Clair" pour l’éducation prioritaire

Répondre à cet article