> AGENDA > Site OZP. Archives d’articles non indexés (2004-2008) > année 2004 > juin > 30/06 - Une ZEP du 93 vue de Morlaix (Le Télégramme de Brest)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

30/06 - Une ZEP du 93 vue de Morlaix (Le Télégramme de Brest)

2004 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait du « Télégramme de Brest » du 30.06.04 : une ZEP du 93 vue de Morlaix

La distribution des prix
Un collège de ZEP, en Seine-Saint-Denis, vient de renouer avec la tradition de la distribution des prix... Une excellente idée que ce retour à l’excellence. Les élèves distingués sont heureux : ils ont décidé de réussir malgré tout. Malgré les copains qui les traitent de « bouffons », malgré les conditions de vie difficiles, la télévision allumée, les nombreux frères et sœurs, les problèmes linguistiques ou économiques. Félicités par le proviseur, ils ne peuvent dissimuler leur fierté. Et les parents, présents dans la salle, laissent éclater leur joie ; leurs enfants auront sans doute une vie meilleure que la leur parce qu’ils feront de bonnes études. Devant un tel tableau (d’honneurs), il faut espérer qu’une telle initiative soit reprise dans tous les établissements scolaires et surtout dans les plus difficiles.
Jadis, lorsque de telles cérémonies, aujourd’hui qualifiées de ringardes, existaient, les enfants étaient heureux de voir leurs efforts récompensés. On ne parlait pas alors « d’élitisme », on ne craignait pas la jalousie des médiocres, on tirait les élèves vers le haut. Les adultes, eux, savent bien combien les distinctions sont importantes, témoin la ruée vers les prix littéraires ou cinématographiques, les Oscars, les Molière ou César, les hochets et les médailles. Pourquoi seuls les enfants devraient-ils être exemptés de cette forme de reconnaissance ?

Michele Fitoussi

Répondre à cet article