> AGENDA > 51- Archives > Revue de presse : archiv. 2008-2001 (non classées en rubriques (...) > Revue de presse. Archives 2008 à 2004 > année 2005 > mars > 28/03 - Dans la ZEP d’Echenon - Val-de-Saône

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

28/03 - Dans la ZEP d’Echenon - Val-de-Saône

30 mars 2005 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait du « Bien Public » du 28.03.05 : à Echenon (Côte d’Or), les 10 écoles de la ZEP ne sont pas d’accord.

Les dix écoles élémentaires et maternelles de la ZEP d’Echenon, réunissant cinq communes du Val de Saône, ne sont pas d’accord sur le plan de l’inspection académique destiné à harmoniser le temps de travail scolaire.

Depuis quelque temps, les délégués de parents d’élèves et les parents d’élèves des écoles élémentaire et maternelle d’Echenon ne sont pas contents. En effet, le plan d’aménagement du temps scolaire proposé par l’inspection académique demande aux écoles d’ouvrir leurs portes aux mêmes jours de la semaine. Dans la ZEP (zone d’éducation prioritaire) d’Echenon, les six écoles élémentaires et maternelles de Saint-Jean-de-Losne, Losne et Trouhans travaillent le samedi matin, suivant la règle nationale (deux samedis sur trois), mais souhaitent ouvrir leurs portes un samedi sur deux avec deux jours et demi travaillés en juillet (pour cela, il faut une dérogation).
Cependant, les quatre écoles de Saint-Usage et Echenon disposaient déjà d’une dérogation reconduite tous les trois ans, permettant un travail scolaire deux mercredis sur trois, et ce depuis neuf ans. Une dérogation renouvelée par l’inspection académique après décision du conseil des maîtres, avis de l’inspectrice du secteur et du conseil d’école, dont les conditions d’applications imposaient une uniformité sur le groupe scolaire et sur la commune. Les délégués de parents et les parents d’élèves des communes concernées souhaitent que cette dérogation soit reconduite et n’acceptent pas cette uniformité vivement souhaitée également par le coordonateur de la ZEP, désirant harmoniser le temps scolaire pour toutes les écoles concernées. (...)

Bruno Thiebergien

Répondre à cet article