> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIOR. Textes officiels > Affection prioritaire justifiant une valorisation (APV). BO du 4 novembre (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Affection prioritaire justifiant une valorisation (APV). BO du 4 novembre 2004

6 novembre 2004 Version imprimable de cet article Version imprimable

- Mouvement national à gestion déconcentrée : règles et procédures. Rentrée 2005. Note de service du 21.10.04 : BO spécial du 4 novembre 2004

Extrait : Une telle valorisation a pour but, d’une part de rendre plus attractives les affectations à caractère prioritaire auprès des participants au mouvement et, d’autre part, en favorisant la motivation des personnels qui auront obtenu ce type d’affectation, de les inciter à s’investir durablement pour une période d’au moins cinq ans dans le poste et dans l’établissement où se situe l’APV.
Le dispositif APV s’applique obligatoirement aux affectations prononcées dans les établissements situés dans les quartiers urbains où se posent des problèmes sociaux et de sécurité particulièrement difficiles (établissements relevant du plan de lutte contre la violence figurant notamment dans l’arrêté du 16 janvier 2001 publié au JO du 18 janvier 2001 cf. Légifrance ) afin d’assurer notamment le droit de mutation prioritaire reconnu aux agents affectés dans ces établissements en application de l’article 60 de la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984.
Il a également vocation à s’appliquer aux affectations prononcées dans les établissements classés sensibles, ZEP, ruraux isolés et à certains autres postes, dans la mesure où il est estimé que ces établissements ou ces postes sont fragilisés en raison de leur faible attractivité ou de leur forte instabilité. La liste des APV peut comporter des établissements ou des postes auparavant non concernés par ces dispositifs nationaux et peut faire l’objet d’une réactualisation annuelle.

[...] Le régime des bonifications relatif au dispositif APV se substituent obligatoirement aux précédentes bonifications liées à l’exercice en établissement relevant du plan de lutte contre la violence, en établissement sensible et éventuellement à celles attribuées en cas d’exercice en établissement ZEP, rural isolé et en PEP lorsque ces derniers ont fait l’objet d’une inscription dans la liste académique. ]

Répondre à cet article

1 Message

  • Depuis 11 ans au service d’un poste difficile, j’ai, naïvement pensé, lors de ma demande de mutation pour rapprochement de conjoint dans l’académie de Montpellier, que mes 11 années de service en établissement zep me donneraient droit à une bonification .
    Mon conjoint étant fonctionnaire de police soumis à des mutations fréquentes, nous attendions depuis plusieurs années le moment propice, afin que je puisse enfin espérer un poste dans un collège près de Nîmes.
    J’ai débuté en ZEP sensible, puis j’ai effectué des remplacements dans des lycées professionnels, j’ai même, bien que non formée, remplacé des postes en arts appliqués, dessin technique, industriel ; , et même la SEGPA.
    Aujourd’hui, je me retrouve avec seulement mes points de rapprochement de conjoint, car mon établissement ZEP comme beaucoup d’autres, n’a pas été reclassé APV.

    Beaucoup de collègues, engagés fortement comme moi-même pour des élèves en grande difficulté se retrouvent sacrifiés sur l’hôtel d’une administration inhumaine, j’ai le triste sentiment que mon employeur ne fait aucun différence entre un poste dans un collège classique, et ceux qui se sont engagés auprès des publics les plus fragiles.

    Quel désarroi de penser que son travail n’est pas reconnu. Quel déception que de penser que son engagement n’est même pas valorisé alors que cela était prévu.

    JE SUIS ECOEUREE.

    Répondre à ce message