> 10 - AGENDA > 51- Archives > Revue de presse : archiv. 2008-2001 (non classées en rubriques (...) > Revue de presse. Archives 2008 à 2004 > année 2004 > décembre > 08/12 - De la ZEP du Havre au lycée de Lorient (maville.com)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

08/12 - De la ZEP du Havre au lycée de Lorient (maville.com)

9 décembre 2004 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait de « maville.com » du 08.12.04 : de la ZEP du Havre au lycée de Lorient

« Nous ne gérons pas des casseroles » : assemblée le matin, opération tracts l’après-midi. Hier, les grévistes n’ont pas chômé.

Hier après-midi, le temps était frisquet sur la place de la Fnac à Lorient. Pourtant, Philippe Léaustic a tenu à distribuer des tracts au nombreux public de passage. Ce professeur enseigne depuis sept ans au lycée Colbert. Auparavant, il a goûté de la ZEP (zone d’éducation prioritaire au Havre). « Une belle école. »

Sa matière, ce sont les sciences et vie de la terre (SVT). Cet agrégé assure 15 heures de cours hebdomadaires devant les élèves. La loi Fillon, ça l’interroge. La question des remplacements par exemple. « Je vais bientôt avoir un congé paternité. Les quatre autres profs de SVT devront prendre le relais dans ma classe. Mais si ça ne peut pas se faire ? C’est un collègue enseignant les maths qui viendra me remplacer ? Cela se fera au détriment du programme. »

Il évoque un défaut de gestion de la « ressource humaine » de la communauté éducative. « Nous avons accueilli le dernier titulaire en zone de remplacement de l’académie au lycée Colbert. Il vient de Guingamp. » Une situation que le professeur a du mal à admettre. « Nous avons tous du goût à faire du bon travail. Nous ne gérons pas des casseroles. Nous gérons de l’humain. » Enfin, Philippe Léaustic a des questions toujours sans réponse sur la fin annoncée des dédoublements en lycée, « qui seront maintenus s’il y a justification pédagogique. Je suis prof de sciences expérimentales. Les activités pratiques sont indispensables. Et je ne sais pas aujourd’hui que deviendront les séances de travaux pratiques. »

Répondre à cet article