> AGENDA > 51- Archives > Revue de presse : archiv. 2008-2001 (non classées en rubriques (...) > Revue de presse. Archives 2008 à 2004 > année 2006 > septembre 2006 > 28.09.06 - Dans la ZEP RAR de Lavelanet (11)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

28.09.06 - Dans la ZEP RAR de Lavelanet (11)

28 septembre 2006 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait de « Ariègenews » du 27.09.06 : ZEP, PPRE, « ambition réussite » : collège Pasteur à Lavelanet

ZEP : déjà le nom annonce la couleur. Zone Education Prioritaire. Avec PPRE, on va mieux : Projet Personnalisé de Réussite Education.

« Ambition réussite » : un réseau choisi par la loi d’orientation 2005.

Priorité aux élèves en difficulté, des moyens en plus, des solutions à trouver afin de leur donner un maximum de chances pour réussir. Ou quelque chose comme ça.

Quand l’Inspecteur d’Académie, Gilles Amat, déboule dans un de ces établissements, c’est pour écouter, comprendre, évaluer et apporter son aide aux enseignants.
Pas à Fermat ou au lycée International de Pibrac. Au collège Pasteur de Lavelanet.

Dans ce collège, les profs sont souriants, il semble régner une atmosphère de sérénité.

Ils y ont même élaboré, ensemble, un « Contrat d’objectif », pour « débusquer les difficultés des gamins et réagir » : améliorer les performances des entrants en 6ème, mettre au travail les élèves de 4ème repérés en décrochage, permettre aux élèves juste à la moyenne en 3ème d’entrer en seconde.

Poser la question : « pourquoi ? »

Facile de répondre : « 74% des élèves proviennent de milieux socioprofessionnels en difficulté, enfants d’ouvriers en zone économique problématique, inactifs, chômeurs... »

Les enseignants travaillent sur d’autres pistes : donner une signification au mot « sens ».
Revitaliser l’image que les ados ont d’eux-mêmes. Dépasser le « passes ton bac d’abord tu verras après ! »

Depuis quelques temps, à Pasteur, ça bouge. Les résultats sont encourageants pour les profs : 86 % de réussite contre 70 % auparavant.

L’attitude de « faire la chrysanthème » disparaît. Des mots nouveaux apparaissent : « les devoirs communs, évaluation et groupes de besoin, gestion ouverte des conflits ».

Des travaux, en parallèle de la pédagogie, sont organisés : théâtre, atelier météo...pourquoi pas construire une fusée dans la cour, ou établir un partenariat avec la Chine.
Autant de sujets qui, hier, paraissaient utopiques, et qui sont aujourd’hui réalisables.

Redonner une valeur au mot « sens », revaloriser l’image que l’élève a de lui-même...

Les parents deviennent également des acteurs de l’éducation de leurs enfants. Avec un « Espace-Parents », les envies d’échanger, de s’informer, d’écouter, ce que vivent et pensent les autres parents.

Autour d’un café, d’un thé ou d’un jus d’orange, les problèmes de vie des gamins sont évoquer tous les mois : l’autorité, les devoirs scolaires, le phénomène de groupe, les conduites à risques (tabac, alcool, drogues), les orientations des élèves, la puberté, la sexualité, les nouvelles technologies (internet, msn, blogs...), les jeunes consommateurs ( portables, mp3, marques...)

Un vrai travail de fond avec l’ensemble des partenaires concernés par l’éducation.

Bien loin des coups de règle sur le bout des doigts. Le monde change, les profs, l’enseignement, les résultats aussi.

Répondre à cet article