> III- INEGALITES : Mixité sociale, Pauvreté, Ethnicité, Laïcité... > Enseignement privé > Enseignement privé. Positions (et publications) militantes et Témoignages > Gabriel Attal et l’Ecole alsacienne : un "révélateur" de la formation des (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Gabriel Attal et l’Ecole alsacienne : un "révélateur" de la formation des élites (Le Monde)

24 juillet 2023

Gabriel Attal et l’Ecole alsacienne : l’éruptif débat autour du parcours scolaire des ministres de l’éducation
Si la nomination d’un ministre passé par les bancs du privé était rarissime jusqu’en 2004, ce fut le cas pour quatre des huit derniers locataires des lieux. M. Attal est, lui, passé par cet établissement privé élitiste du 6ᵉ arrondissement de Paris.
Par Sylvie Lecherbonnier

« Un révélateur » de la fabrique des élites
« Auparavant, nommer un ministre qui a fait au moins une partie de sa scolarité dans l’enseignement privé était rarissime et l’objet d’une conjoncture particulière », analyse l’historien de l’éducation Claude Lelièvre. « Entre 1958, date du début de la Ve République, et 2004, seuls deux ministres – Joseph Fontanet et Alain Savary – sur vingt et un ont eu ce parcours. Depuis 2005, c’est beaucoup plus fréquent : quatre des huit ministres de l’éducation – François Fillon, Gilles de Robien, Luc Chatel et Jean-Michel Blanquer – ont fréquenté un établissement privé lorsqu’ils étaient élèves, le plus souvent parmi les plus prestigieux », détaille l’universitaire. Claude Lelièvre y voit « un changement d’époque », où « ce qui était impossible n’est même plus un sujet dans la composition d’un gouvernement », « un révélateur » aussi de la fabrique des élites en France.

« C’est un faux débat au vu du nombre d’élèves qui fréquentent désormais le privé au cours de leur scolarité », rétorque un ancien recteur. Pour lui, la véritable question se situe davantage dans « l’entre-soi des établissements les plus élitistes qu’ils soient privés ou publics ». Il se rappelle toutefois comment, dans les années Mitterrand, il a organisé en urgence le transfert du privé vers le public des enfants d’un ministre de l’éducation nationale fraîchement nommé, preuve que la sensibilité au sujet n’est pas si nouvelle.

Lire aussi Chez les jeunes de l’Alsacienne, une « anormale tranquillité face au monde »

Lire aussi Mixité sociale à l’école ; un chantier inachevé

Extrait de lemonde.fr du 22.07.23

Répondre à cet article