> 4 - Débats/Product. OZP > TOUT SAVOIR SUR LES ZEP. Une série de fiches OZP (2004-2012) > Les principes de l’éducation prioritaire

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les principes de l’éducation prioritaire

juin 2006 Version imprimable de cet article Version imprimable

Des fiches pour tout savoir sur l’éducation prioritaire

 

1 - LES PRINCIPES DE l’EDUCATION PRIORITAIRE

L’éducation prioritaire vise à rétablir l’égalité des chances en poursuivant un objectif d’équité. Elle renforce l’action éducative là où les conditions sociales et culturelles constituent un obstacle à la réussite scolaire.

 

Les ZEP (zones d’éducation prioritaire) ont été créées en 1981 :
"Pour la première fois dans l’Éducation nationale, et même dans le service public, une stratégie inégalitaire était employée dans un objectif d’équité" [1]

Cette création s’inscrit dans le contexte des politiques de discrimination positive du début des années quatre-vingt, politiques de prévention qui s’orientaient selon plusieurs axes : actions en faveur de l’intégration par des politiques de prévention sociale suite au rapport Bonnemaison [2]d’insertion par l’économique suite au rapport Schwartz [3] et de développement social urbain suite au rapport Dubedout [4].

Dans l’Éducation nationale, le grand mouvement de "massification" initié depuis plusieurs décennies mettait en évidence certaines situations : le constat, d’ordre sociologique, de "poches" de pauvreté et en même temps d’échec scolaire faisait apparaître un creuset d’inégalités. La notion d’équité s’est ainsi substituée au principe d’égalité : plus les écarts sont grands entre une zone de non-réussite et une zone banale, plus les efforts d’adaptation du service public pour réduire la situation d’inégalité doivent être importants.

En 1981, Alain Savary écrivait : "Autant que l’inadaptation de l’appareil scolaire, c’est la conjonction des difficultés dues aux insuffisances constatées dans différents domaines, et notamment ceux du travail, des loisirs, de l’habitat, de la sécurité, qui caractérise la zone prioritaire." [5]
Le choix d’une zone se fait donc par une approche globale, étendue à des "domaines" extérieurs à l’éducation. En référence à la réalité sociale des territoires (communes, quartiers, cités), le principe est donc de différencier d’une manière maîtrisée et équitable le système éducatif.
Prendre en compte la géographie sociale de notre pays tout en maintenant la référence aux principes républicains est la nouveauté introduite par la politique de l’éducation prioritaire. C’est parce que l’École prend en charge les traits spécifiques de tel ou tel territoire dans ses composantes humaine, sociale, culturelle et économique qu’elle est et reste porteuse d’universalité.

Comment, concrètement, maintenir le principe d’égalité entre citoyens ?

La politique de l’éducation prioritaire oblige les collectivités locales à investir davantage dans le fonctionnement des écoles et des collèges classés en ZEP. Elles deviennent alors partie prenante du fait éducatif. C’est ainsi que politique de la ville et politique de l’éducation prioritaire doivent être en constante concertation, en constante coordination, tant au niveau ministériel qu’au niveau local. Ces politiques incitent donc à développer les partenariats avec les associations et institutions, qu’elles soient nationales ou locales, qu’elles soient culturelles, sociales ou d’animation de quartier. Cet élan partenarial permet à chacun de s’approprier l’École et de la considérer comme une chance de développement personnel et collectif.
Enfin la mise en réseau des écoles d’une même zone, du collège et des écoles d’un même secteur, met en synergie l’ensemble du système.

 

Documents

- Une présentation en ligne (site de Daniel Calin) : L’éducation prioritaire (ZEP, REP, “ambition réussite”...)

- Education prioritaire, le site national du ministère de l’Education nationale

 

Retour au sommaire des Fiches

Notes

[1Rapport Moisan-Simon : « Les déterminants de la réussite scolaire en zone d’éducation prioritaire », 1997

[2Bonnemaison, Gilbert. Commission des maires sur la sécurité (France). Face à la délinquance : prévention, répression, solidarité :rapport au Premier ministre, Paris, la Documentation française,1983, 219 p.

[3Schwartz, Bertrand, L’insertion des jeunes en difficulté : rapport au premier ministre, Paris, La Documentation française, 1981

[4Dubedout, Hubert, Ensemble, refaire la ville, coll. "Les rapports officiels", Paris, La Documentation française, 1983.

[5Lettre d’Alain Savary adressée à Pierre Bérégovoy, ministre des Affaires sociales et de la Solidarité nationale,carton n° 930203 article 2, A.N.

Répondre à cet article