> 9 - POLITIQUE DE LA VILLE > TEXTES, RAPPORTS OFFICIELS, ETUDES... (Politique de la Ville) > Politique Ville (Positions) > Après la démission du maire de Sevran, 4 maires de villes périphériques (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Après la démission du maire de Sevran, 4 maires de villes périphériques dénoncent à Libération l’inaction de l’Etat : Chanteloup-les Vignes (Yvelines), Val-de-Reuil (Eure), Roubaix (Nord), Grigny (Essonne)

31 mars 2018 Version imprimable de cet article Version imprimable

Après la démission du maire de Sevran, Stéphane Gatignon, « Libération » a recueilli la parole de quatre élus de villes périphériques. Tous parlent de « burn-out » et dénoncent l’inaction de l’Etat.

Extrait de liberation.fr du 30.03.18 : Les banlieues au bord de la crise

 

Le maire de Sevran démissionne pour protester contre l’insuffisance des politiques publiques en banlieue

[...] Pourquoi renoncez-vous à votre mandat de maire de Sevran avant son terme ?
J’ai été élu à 31 ans, cela fait donc dix-sept ans que j’exerce cette fonction. Dix-sept ans durant lesquels on s’est battus comme des fous pour transformer Sevran, attirer de grands projets, comme l’arrivée du métro, faire exister la ville en dehors de la rubrique faits divers. Mon but a toujours été de péter le ghetto, mais je crois que, malgré les déclarations qui vont dans ce sens, les gouvernements successifs ne partagent pas cet objectif. On continue à faire de la banlieue un monde parallèle, structuré comme une société précaire qui ne s’en sort que grâce aux solidarités, à la débrouille, à la démerde. Je pense aujourd’hui que cette situation arrange tout le monde. Alors, à un moment, on fatigue, on perd le jus…

Extrait de lemonde.fr du : Le maire de Sevran démissionne pour protester contre l’insuffisance des politiques publiques en banlieue

 

Le ras-le-bol des maires de banlieues

Mardi, Stéphane Gatignon, maire de Sevran depuis dix-sept ans, a démissionné de son mandat pour dénoncer le manque d’intérêt des politiques pour les banlieues. Un geste que comprennent de nombreux maires des périphéries urbaines.

Extrait de lacroix.fr du 29.03.18 : Le ras-le-bol des maires de banlieues

Répondre à cet article