> 6 - DISPOSITIF > VIE SCOLAIRE (climat, décrochage, pauvreté, rythmes, santé) > SANTE en EP et en Quartier Prioritaire > Santé (Action nationale de prévention) > Le SNUipp-FSU lance une grande campagne pour réclamer une médecine de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le SNUipp-FSU lance une grande campagne pour réclamer une médecine de prévention de qualité, au service des enseignants et de leurs élèves

30 janvier Version imprimable de cet article Version imprimable

Reprenons la main sur notre santé

Une médecine de prévention de qualité, c’est ce que réclame le SNUipp-FSU pour les enseignants

Médecine du travail ? Quelle médecine du travail ? Les visites médicales, le suivi au fil des ans font partie des grands parents pauvres de l’éducation nationale. De nombreux PE ignorent leurs droits en la matière et pour cause les médecins sont en nombre insuffisant.
La santé des enseignants du premier degré est aussi un indicateur de la bonne santé du système scolaire. Or, les conditions de travail ne cessent de se dégrader, Les problèmes de santé liés à l’intensité du travail, au bruit, aux mauvaises postures, aux pressions, comme le fait que les enseignants du premier degré sont particulièrement exposés aux risques psychosociaux, sont reconnus par des études. Les situations de souffrance au travail ne sont plus l’exception et les démissions sont en hausse.

Un quatre pages spécial

Aujourd’hui le ministère de l’éducation nationale n’est pas en mesure de connaître l’état de santé des personnels placés sous son autorité. Pourtant il a pour obligation de préserver leur santé au travail. Agir sur les conditions de travail, prévenir les risques professionnels, garantir une bonne santé au travail, cela n’est possible qu’avec un service de médecine de prévention en capacité d’assurer toutes ces missions.

C’est pourquoi le SNUipp-FSU lance une grande campagne réclamant une médecine de prévention de qualité, au service des enseignants et de leurs élèves.

Lire

Extrait de snuipp.fr du 19.01.18 : Reprenons la main sur notre santé

Répondre à cet article