> EDUCATION PRIORITAIRE (251 SR) > POSITIONS (5 SR) > Positions politiques (ZEP) > Présidentielle. Le Front National supprimerait l’éducation prioritaire

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Présidentielle. Le Front National supprimerait l’éducation prioritaire

27 avril Version imprimable de cet article Version imprimable

Additif du 28.04.17

Parmi les 144 engagements de Marine Le Pen, une petite dizaine porte sur l’éducation, éparpillés dans plusieurs chapitres. « C’est un projet et non un programme », façon de dire que la liste est volontairement non exhaustive. « Le choix a été fait de rester à un certain niveau de généralité », explique Alain Avello, membre du comité stratégique de la campagne et en charge du volet éducation.

[...] « Rétablir une véritable égalité des chances en retrouvant la voie de la méritocratie républicaine »
Ainsi est formulé l’engagement 105 de la candidate FN. En pratique, cela se traduirait comment ? Mettre le paquet sur l’éducation prioritaire ? Non, répond Alain Avello, « ce chantier n’a pas été particulièrement travaillé », même s’il « nécessiterait d’être repensé en profondeur : aujourd’hui, des dépenses importantes sont faites sans amélioration palpable ». Pour le FN, l’égalité des chances passe d’abord par le moins d’autonomie possible. Dans le viseur : la liberté pédagogique des enseignants. « Au titre de l’égalité, il faut que les contenus soient les mêmes partout. » Il cite l’apprentissage de la lecture en guise d’exemple. « La méthode syllabique doit être la norme dans toutes les classes de CP, même si à la marge, on pourrait laisser l’enseignant compléter en utilisant d’autres méthodes. »

Extrait de liberation.fr du 28.04.17 : Marine Le Pen : ce qu’elle a (vraiment) en tête pour l’école

 

Avec moins de 10 propositions sur les 144 engagements pour la campagne présidentielle, l’éducation reste un point secondaire du Front national. C’est d’autant plus vrai que ces propositions relèvent davantage du slogan que de mesures tant elles sont peu construites voire pas du tout chiffrées. Elitiste, sélective, l’Ecole du FN limiterait l’accès du supérieur et orienterait dès la 4ème les élèves faibles leur bloquant définitivement l’accès au bac. L’Ecole que dessine le Front national est en contradiction avec les intérêts des milieux populaires qui sont la base de son électorat. C’est une bonne nouvelle ?

Méritocratie et tri social
Deuxième mesure phare : "rétablir une véritable égalité des chances en retrouvant la voie de la méritocratie républicaine", et passer à une sélection au mérite en université". De la même façon que l’autorité à l’Ecole s’appuie dans le programme du Front par une référence à Jean Zay, un ministre du Front populaire assassiné par la Milice, le Front récupère des éléments de langage républicain et se retranche derrière une citation de Paul Langevin, un scientifique proche du PCF et du GFEN à la Libération.

En fait d’égalité des chances, le FN veut limiter l’enseignement primaire aux fondamentaux et particulièrement au français qui utiliserait la moitié du temps d’école (et même 60% en CP, le calcul étant réduit d’autant). L’enseignement de langue vivante serait supprimé au primaire ainsi que les matières non fondamentales (français, maths, histoire). Les enfants entreraient au collège avec ce bagage réduit et seraient orientés en 4ème vers la fin du collège ou l’apprentissage.

[...] L’éducation prioritaire, une dépense inutile
"L’éducation prioritaire ? c’est un des chantiers les moins travaillés", nous a dit A Avello. Il s’avère qu’au nom de l’égalité républicaine, le Front est pour la suppression de toute discrimination positive. Les établissements Rep auraient les mêmes moyens que les autres et donc l’éducation prioritaire disparaitrait. Pour A Avello, l’éducation prioritaire c’est "une dépense sans compter d’argent sans amélioration visible". Quant à la réduction du nombre d’élèves, promise en Rep+ par l’autre candidat, "ce n’est pas une panacée". Le FN ne semble pas plus intéressé par la mixité sociale.

Extrait de cafepedagogique.net du 27.04.17 : Front National : Un programme éducatif ni fait, ni à faire

Répondre à cet article