> 6 - DISPOSITIF > MIXITE SOCIALE, CARTE SCOLAIRE > Mixité sociale, Carte scolaire (Communication gouvernementale) > B* Journée de travail du MEN : "Agir pour la mixité sociale et scolaire en (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Journée de travail du MEN : "Agir pour la mixité sociale et scolaire en collège". Un dossier du MEN avec des fiches pour les 82 projets. Deux dossiers du Café

13 décembre 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

Agir pour la mixité sociale et scolaire au collège : retours d’expériences et projets des territoires pilotes

Najat Vallaud-Belkacem organise, le mardi 13 décembre 2016, une journée de travail sur le thème de la mixité sociale et scolaire au collège et consacrée aux retours d’expériences et aux projets des territoires pilotes. Ces derniers ont été lancés conjointement par l’Éducation nationale et les collectivités locales. La ministre souligne que "ce n’est donc pas la carte qui changera le territoire mais le territoire qui fera évoluer la carte. La mixité sociale se construit, patiemment, collectivement, en concertation avec l’ensemble des personnes concernées".

"La mixité sociale ne se décrète pas. Elle ne s’impose pas. On peut le regretter. On ne peut pas l’ignorer. Sinon, on s’enferme dans des querelles idéologiques sur la carte scolaire : certains la veulent plus rigide, au risque de figer des situations de ségrégation et d’interdire la mobilité sociale ; d’autres veulent l’assouplir ou la supprimer, avec les conséquences qui ont été dénoncées par la Cour des Comptes sur l’aggravation des inégalités.

Ce n’est donc pas la carte qui changera le territoire mais le territoire qui fera évoluer la carte. La mixité sociale se construit, patiemment, collectivement, en concertation avec l’ensemble des personnes concernées. Cela va des personnels de l’Éducation nationale jusqu’aux élèves et à leur famille, en passant par les élus et tous les acteurs susceptibles d’être mobilisés sur le terrain, mais également par les chercheurs.

Telle est la conviction qui fonde la méthode que nous mettons en oeuvre, celle de l’expérimentation.
C’est en nous appuyant, concrètement, sur ce qui se fait sur le terrain et en diffusant les réussites que nous pourrons progresser sur ce sujet. Un sujet complexe qui, chaque fois qu’il est évoqué, charrie bien des craintes et divise alors qu’il devrait nous rassembler. Il le devrait et il le peut.
Nous avons lancé une expérimentation sur 25 territoires pilotes, grâce à l’engagement d’élus de droite comme de gauche, preuve qu’un consensus est possible quand on construit les politiques publiques à partir des réalités de terrain.

La ségrégation sociale n’est pas une abstraction. Ce n’est pas un "ressenti" ou un fantasme.
C’est, en France, une réalité dont nous connaissons l’ampleur et la cartographie. Les collèges sont très hétérogènes : si 10 % des collèges accueillent moins de 15 % d’élèves d’origine sociale défavorisée, 10 % en accueillent plus de 63 %. Pourtant, nous avons besoin de mixité sociale.
Nous en avons besoin, car l’École ne peut transmettre une appartenance commune à la République sur des processus plus ou moins conscients d’exclusion et de ségrégation. Nous en avons besoin car la mixité sociale améliore le niveau des élèves les plus fragiles, sans tirer les autres vers le bas.
Il n’y a donc aucun perdant.

Il est important de le dire et de le rappeler. Il est plus essentiel encore de le prouver. C’est une politique de la preuve, fondée sur l’expérimentation et l’évaluation des résultats, que nous développons aujourd’hui. Il est urgent que la mixité sociale ne soit plus un souhait ou une injonction pour devenir une réalité : nous cesserons alors d’instaurer, au coeur de cette École qui doit nous réunir, des frontières qui, pour être invisibles, n’en ont pas moins des conséquences bien réelles.
Nous mettrons ainsi un terme à cette situation scandaleuse qui conduit des générations d’élèves à grandir dans le même pays, à aller dans une même institution, sans jamais se rencontrer véritablement."
Najat Vallaud-Belkacem

Le dossier de présentation du MEN avec les fiches par site

SOMMAIRE
Programme
État des lieux de la mixité sociale et scolaire au collège
82 projets engagés pour la mixité sociale
Une démarche construite à partir des acteurs locaux et des besoins des territoires
Le repérage de territoires pertinents pour les actions pilotes de mixité sociale et scolaire au collège
6 retours d’expérience en 2016, 7 projets décryptés pour 2017
« Agir pour une mixité sociale et scolaire dans les collèges »
par Yann Algan
Biographies des scientifiques

Extrait de education.gouv.fr du 13.12.16 : Agir pour la mixité sociale et scolaire au collège : retours d’expériences et projets des territoires pilotes

 

La présentation de la Journée par le Café

Où en est la politique de mixité sociale amorcée dans les collèges par N Vallaud-Belkacem ? L’Education nationale réunit le 13 décembre à Paris une journée de travail et de retours d’expérience. Elle intervient après que Pisa 2015 ait montré une nouvelle fois l’éclatement du système éducatif. Objectif : montrer que la voie est bonne. Mais que peuvent peser 82 projets locaux face à un phénomène national d’aussi grande ampleur ?

[...] La ministre en appelle à "une politique de la preuve, fondée sur l’expérimentation et l’évaluation des résultats" pour juger de sa démarche. Et pour cela elle réunit à Paris le 13 décembre des porteurs de projets et des experts comme Elise Huillery, professeure d’économie à Paris Dauphine ou Axelle Charpentier, Sciences Po. Objectif : montrer que sa politique fonctionne et comment cela se passe concrètement dans les 82 projets retenus par le ministère.

Effectivement certains projets avancent bien. Début novembre, Véronique Soulé est allée à Redon constater ce qui se passait entre trois collèges dont un du privé. La nouvelle carte scolaire a permis de rééquilibrer en partie la population scolaire entre eux. Le ministère agit aussi en améliorant l’offre scolaire dans des collèges favorisés ou en signant des accords avec l’enseignement privé.

Reste que de nombreux projets n’avancent pas. C’est particulièrement le cas à Paris par exemple où rien ne bougera d’ici la rentrée 2017 et à condition que les réticence soient vaincues. Reste surtout que 82 projets pour un phénomène qui touche au moins 10% des collèges c’est très peu. Reste enfin que la ministre a au moins le courage politique d’associer son image politique à cette politique et de faire quelque chose dans un domaine où ses prédécesseurs ont brillé par leur absence.
F Jarraud

Extrait de cafepedagoqique.net du 13.12.16 : Mixité sociale : Etat des lieux par la ministre le 13 décembre

Dossier du Café : Pour une école de la fraternité

Dossier du Café : La mixité sociale à l’école (Cnesco)

Répondre à cet article