> TYPES DE DOCUMENTS : Textes et Rapports officiels, Etudes, Déclarations (...) > ETUDES (UNIVERSITAIRES) > En Europe, les immigrés de la seconde génération atteignent en général un (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

En Europe, les immigrés de la seconde génération atteignent en général un niveau scolaire plus élevé que les non immigrés, y compris en France (Eurostats)

31 octobre 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

213/2016 -
28 octobre 2016 Communiqué de presse
Caractéristiques de la population migrante
Les immigrés de la 2ème génération dans l’UE sont en général bien intégrés sur le marché du travail... ... et affichent un niveau d’études élevé

Quels sont les résultats obtenus en matière d’éducation et d’emploi par l
a deuxième génération d’immigrés dans l’Union européenne (UE) ?
Comment se situent les immigrés de deuxième génération nés dans leur pays d’accueil par rapport à ceux nés de parents originaires du pays ? Comment se développent-ils par rapport aux immigrés de première génération ? L’origine de leurs parents nés à l’étranger a-t-elle une influence sur leur réussite ?

Les réponses à ces questions et à bien d’autres figurent dans la série d’articles "Statistics Explained » sur les immigrés de deuxième génération qui viennent d’être publiées par Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne.
Un éventail de données plus vaste est disponible dans la base de données d’Eurostat.
En 2014, 82,4% de la population de l’UE âgée de 15 à 64 ans (soit 251,7 millions de personnes) étaient nés de parents originaires du pays, 11,5% (36,5 millions de personnes) étaient nés à l’étranger et 6,1% (18,4 millions de personnes) étaient reconnus comme immigrés de deuxième génération, car 4,4% (13,3 millions de personnes) avaient au moins un parent né dans l’UE et 1,7% (5,1 millions de personnes) avaient leurs deux parents nés en dehors de l’UE.

Parmi les États membres pour lesquels des données sont disponibles, les plus fortes proportions d’immigrés de la deuxième génération dans le total de la population résidente ont été enregistrées en Estonie (21,4%), en Lettonie (19,1%), au Luxembourg (16,2%), en France (14,3%), en Suède (11,2%), en Belgique
(11,0%), en Slovénie(10,6%) et en Croatie (10,3%).

Tableau. Diplômés de l’enseignement supérieur dans les États membres de l’UE*, 25-54 ans, par statut migratoire et origine, 2014 (en % de la population résidente totale de la classe d’âge correspondante) :
FRANCE
- Nés dans le pays de parents qui en sont originaires : 36,5%
- Immigrés de la deuxième génération : 40,7%
- Immigrés de la première génération : 35,2%

 

Taux d’emploi des immigrés de 2ème génération dans l’UE similaires à ceux des personnes nées dans le pays de parents qui en sont originaires
En 2014, dans l’UE dans son ensemble, 81,1% des immigrés de deuxième génération âgés de 25 à 54 ans et ayant au moins un parent né dans l’UE occupaient un emploi. Ce taux était légèrement supérieur à celui des
personnes originaires du pays concerné (78,6%, soit un écart de 2,5 points) et
7,1 pp plus élevé que celui des immigrés de deuxième génération dont les deux parents étaient nés en dehors de l’UE (74,0%).
Les immigrés de deuxième génération originaires de l’UE affichaient également des taux d’emploi supérieurs à ceux des immigrés de première génération nés dans un autre État membre de l’UE (écart de 4,0 pp) ou dans un pays tiers (15,6 pp).

Taux d’emploi des immigrés de la 2ème génération supérieurs à ceux des personnes originaires du pays en Bulgarie, au Luxembourg, au Portugal et en Hongrie.
En 2014, parmi les États membres pour lesquels des données sont disponibles, les immigrés de deuxième génération présentaient un taux d’emploi similaire ou même supérieur à celui des personnes originaires du pays en Bulgarie
, au Luxembourg, au Portugal, en Hongrie, en Finlande ainsi qu’en Pologne.
À l’inverse, le taux d’emploi des immigrés de deuxième génération accusait un déficit d’au moins 5 points de pourcentage sur celui des personnes originaires du pays en Belgique, en Croatie, en Lettonie, à Malte, en Slovénie, en Autriche et en
Allemagne.
Lorsque les taux d’emploi des immigrés de la deuxième génération âgés de 25 à 54 ans sont comparés aux taux d’emploi des immigrés de la première génération, les différences les plus fortes (10 points de pourcentage ou plus en faveur des immigrés
de deuxième génération) sont observées en France, en Suède, en Finlande, en
Bulgarie et en Autriche.
À l’inverse, le taux d’emploi des immigrés de deuxième génération s’établissait à au moins 5 points de pourcentage en dessous de celui des immigrés de première génération en Lettonie et en Lituanie.

Tableau.
FRANCE
Taux d’emploi des personnes âgées de 25 à 54 ans dans les États membres de l’UE*, par statut migratoire et origine, 2014 (en % de la population résidente totale de la classe d’âge correspondante)
- Nés de parents originaires du pays concerné : 83,9%
- Immigrés de la deuxième génération : 80,2%
- Immigrés de la première génération : 66,6%

[...]

Extrait de eec.europa.eu/eurostat du 28.10.16 : Caractéristiques de la population migrante

Répondre à cet article