> 9 - POLITIQUE VILLE > DISPOSITIFS VACANCES > VVV (Ville-Vie-Vacances) > Le dispositif "Ville Vie Vacances" : la police au contact des enfants qui (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le dispositif "Ville Vie Vacances" : la police au contact des enfants qui ne partent pas en vacances

28 juillet 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

Donner une autre image de la police en animant des ateliers sportifs, ludiques et citoyens : voilà le but du dispositif "Ville Vie Vacances" en place à Paris depuis 1982, grâce à un partenariat entre le ministère de la Ville, la mairie de Paris, la préfecture de police de Paris et l’UCPA. "Dans ce moment de gravité que nous vivons, voir ces enfants heureux, ces policiers au service des enfants, c’est un privilège", salue le ministre de la Ville, Patrick Kanner, venu visiter le dispositif dans le XIIe arrondissement, le 26 juillet.

Pour ce site, 210 000 euros ont été investis pour l’été 2016. L’objectif cette année : tendre vers davantage de mixité. En 2014, les centres comptaient 41% de filles, le ministère espère faire mieux. Les enfants accueillis peuvent à la fois s’initier à des sports divers : tir à l’arc, capoeira et escalade, encadrés par des moniteurs de l’UCPA, ou à des activités de prévention.

Faire de la prévention

Au détour de la visite, dans l’atelier prévention sur les usages d’Internet, Valentin n’a pas le courage de dire au ministre ce qu’il vient de partager avec ses camarades : un de ses amis a posté sur Facebook un message de soutien au tueur de Nice, il l’a immédiatement supprimé. Encadré par un policier, les enfants apprennent donc quelle conduite à tenir lorsqu’ils voient des images choquantes ou des propos violents sur Internet. "Il faut en parler aux parents, ne pas le garder pour soi", explique Ryan, félicité par le ministre.

Un peu plus loin, atelier défibrillateur : une adolescente timide s’initie au secourisme et certains de ses camarades apprennent, eux, comment se mettre à l’abri en cas de panne de leur voiture sur l’autoroute. Cet été, 4 000 jeunes bénéficieront de ces formations. "On apprend également aux adolescents les conduites à tenir quand leurs copains ou eux-mêmes sont victimes de consommation d’alcool ou de produits stupéfiants", explique le policier en charge d’un des ateliers, membre de la cellule de prévention des addictions et de la sécurité routière. "On vise essentiellement les quartiers dits ’en difficulté’, pour donner une autre image qu’uniquement le caractère répressif de la police", souligne Serge Boulanger, directeur de cabinet adjoint du préfet de Paris.

Un partenariat voué à s’étendre ?

Dans la distribution des rôles, l’UCPA 75 pilote les projets sur Paris et met à disposition moniteurs et matériel. Dans les autres départements d’Ile-de-France et à Marseille, l’UCPA prête uniquement ses infrastructures et moniteurs. La préfecture de police, la commune et le ministère de la Ville se partagent le financement. Mais le dispositif, présent dans de grandes villes comme Marseille ou Lille, n’a pas la même ampleur qu’à Paris.

"Le ministère de l’Intérieur encourage vivement les partenariats", explique Serge Boulanger, directeur de cabinet adjoint du préfet de Paris. Patrick Kanner ne dit pas autre chose, si ce n’est qu’il espère que la volonté politique poussera certaines villes à prendre exemple sur Paris. "Ce qu’on investit aujourd’hui, c’est ce qu’on n’aura pas à investir demain en terme de réparation sociale", estime le ministre.

Extrait de touteduc.fr du 27.07.16 : Le dispositif "Ville Vie Vacances" : la police au contact des enfants qui ne partent pas en vacances

Répondre à cet article