> 6 - DISPOSITIF > DISCRIM. / ETHNICITE > Ethnicité / Enfants d’immigrés en ZEP > Tout Educ : débat juridique sur l’accueil des mineurs isolés étrangers à (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Tout Educ : débat juridique sur l’accueil des mineurs isolés étrangers à Paris, avec interview du directeur du Casnav

30 septembre 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

Note du QZ :  : cette question, qui ne concerne l’éducation prioritaire qu’à la marge, a fait l’objet de deux longs articles de Tout Educ
Nous les reproduisons ici intégralement avec son aimable autorisation.

 

Additif du 6 octobre 2015

ToutEduc a posé, à plusieurs reprises, la question de la scolarisation des MIE, les mineurs isolés étrangers. Nous nous sommes ainsi récemment fait l’écho des critiques que le Journal du droit des Jeunes adresse aux conseils départementaux et au Casnav de Paris depuis quelques mois (ici) et des réponses apportées par le directeur du Casnav de Paris (ici). Le professeur de droit, ancien recteur, ancien directeur d’administration centrale André Legrand nous a proposé une analyse de la jurisprudence administrative existant sur la question (ici).
Le directeur de publication du journal du droit des jeunes a souhaité faire deux remarques sur cette analyse. Il conteste une des affirmations d’André Legrand. Celui-ci fait remarquer que l’impossibilité d’expulser un étranger de moins de 18 ans "n’interdit pas que les autorités, et en particulier le juge des enfants, disposent de certaines possibilités de frapper d’une mesure d’éloignement des mineurs dépourvus de titre de séjour", même si "cela ne constitue jamais une obligation pour le juge, qui doit exclusivement statuer en fonction de l’intérêt supérieur de l’enfant". Pour Jean-Luc Rongé, "le JE (juge des enfants) pourrait éventuellement décider de renvoyer l’enfant auprès de sa famille pour autant qu’il s’assure que la situation de danger est écartée", mais il peut difficilement le faire quand n’existent pas dans le pays d’origine de services de protection de l’enfance, ce qui est le cas "dans certains pays de l’Est de l’Europe... ou en Afrique". Il ajoute que "le Conseil constitutionnel a d’ailleurs annulé la loi ratifiant un accord franco-roumain qui permettait au parquet de renvoyer un enfant en Roumanie".
Par ailleurs, si les liens créés en France pèsent peu face à la volonté des préfectures d’éloigner un jeune devenu majeur,Jean-Luc Rongé souhaite préciser que deux dispositions du Ceseda (Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile) ouvrent la possibilités aux jeunes accueillis par l’aide sociale à l’enfance d’obtenir un droit au séjour à leur majorité.
La réponse d’André Legrand :
La formule que j’ai utilisée était effectivement trop elliptique et elle est de ce fait fausse. Je faisais allusion à une décision de la Cour d’Appel de Paris du 7 décembre 2004, qui relevait que "au vu des garanties apportées par le projet de suivi éducatif, social et sanitaire, le JE peut ordonner la mainlevée du placement judiciaire du mineur concerné afin de permettre son retour. Cette mainlevée n’est pas une obligation pour le juge, qui doit d’ailleurs ... se prononcer en stricte considération de l’intérêt de l’enfant." Il est cependant évident qu’en n’entrant pas dans le détail et en mettant de fait, par ma formulation, sur le même pied le JE et les autorités administratives, j’ai commis une erreur. Ce qui m’intéressait, c’était surtout de montrer les deux grandes tendances du contentieux administratif existant. S’agissant de l’examen des cas individuels d’éloignement, les débats ne portent pas exclusivement sur l’âge des enfants concernés, mais aussi sur la réalité de leur caractère isolé : d’où les discussions sur le maintien ou non des liens affectifs et familiaux familiaux avec le pays d’origine. Et par ailleurs, un des éléments importants du dossier concerne le conflit entre l’Etat et les départements, qui constitue, à sa manière, une illustration des ambiguïtés et des difficultés de la décentralisation à la française.

Extrait de [touteduc.fr du 05.10.15 : Mineurs isolés étrangers : les précisions juridiques de J-L Rongé et d’A. Legrand

 

"Nous serons conviés à nous exprimer devant le Défenseur des droits", indique Alain Seksig à ToutEduc. Le responsable du CASNAV de Paris recevait hier Najat Vallaud-Belkacem et la presse pour présenter le dispositif de scolarisation des enfants de migrants et de réfugiés. Mais la politique du "centre académique pour la scolarisation des enfants allophones nouvellement arrivés et des enfants issus de familles itinérantes et de voyageurs" en matière d’accueil des MIE (mineurs isolés étrangers) a été mise en cause par plusieurs associations et son directeur a tenu à nous présenter le travail effectué par le CASNAV.

Celui-ci, nous dit-il, a reçu l’an dernier (entre le 26 août 2014 et le 30 juin 2015) 1745 jeunes, dont 349 MIE. Sur les 1 396 qui ont été reçus avec leur famille, 1 339 ont été scolarisés dans le second degré à Paris, 11 dans le premier degré et 6 dans une autre académie. Pour les autres, les dossiers étaient incomplets ou les enfants ne se sont pas rendus dans l’établissement auquel ils étaient affectés.

"Personne n’y allait voir de trop près"

En ce qui concerne les MIE qui sont scolarisés dès lors qu’ils ont moins de 18 ans, Alain Seksig fait d’abord remarquer que les problèmes qu’ils posent sont relativement nouveaux. "Il y a une dizaine d’années, quand le centre en recevait une trentaine, personne n’y allait voir de trop près." Interrogé par ailleurs par ToutEduc, l’entourage de la ministre souligne que l’Education nationale a subi une certaine pression du ministère de l’Intérieur qui estimait qu’elle "scolarisait trop rapidement" des jeunes qui n’étaient pas nécessairement mineurs. Or s’il s’avère qu’ils sont en réalité des majeurs expulsables, les reconduites à la frontières deviennent difficiles quand les enseignants qui les ont eus en classe prennent leur parti. Par ailleurs, un ancien chef d’établissement nous rapporte le cas d’un "mineur" scolarisé en 5ème alors qu’il avait "manifestement une trentaine d’années", ce qui a créé des difficultés avec les parents d’élèves que cette présence inquiétait, et ce qui posait un problème juridique puisque ce supposé mineur n’avait aucun adulte qui réponde de lui, ni famille, ni référent désigné par l’ASE.

Alain Seksig souligne qu’en ce qui concerne les MIE, leur accueil dépend de la reconnaissance de leur minorité par la PAOMIE (permanence d’accueil et d’orientation des mineurs isolés étrangers), un service que l’ASE (aide sociale à l’enfance) de Paris a confié à l’association France Terre d’asile. Sur les 349 MIE de l’an dernier, 256 (soit les trois quarts)ont été reconnus comme étant mineurs et donc aussitôt affectés dans des établissements du second degré, 42 ont été considérés comme des majeurs. Pour les 51 autres, 31 sont "inconnus" pour l’aide sociale à l’enfance et ils sont 20 à attendre une décision du juge des enfants, laquelle peut intervenir au bout de plusieurs mois. "Nous avons pourtant scolarisé une douzaine de ces jeunes" ("inconnus" ou en attente d’une décision de justice, ndlr) ajoute Alain Seksig qui évoque des "solutions bricolées" et l’usage des fonds sociaux pour que ces jeunes soient non seulement scolarisés, mais aussi nourris et hébergés dans une académie qui dispose de très peu de places d’internats. Il nous raconte aussi l’histoire d’un mineur qui, dans le cadre de la péréquation nationale, a été envoyé en Côte-d’Or, n’y a pas été scolarisé, est revenu à Paris, a été mis à l’abri par l’ASE et scolarisé par le CASNAV dans un établissement parisien, bien qu’il ait à présent plus de 18 ans.

"Un différend" et "énormément d’améliorations"

Interrogé par ToutEduc, Toufik Abdeli, représentant de l’ADJIE (Accompagnement et soutien des jeunes isolés étrangers, un collectif d’associations) estime qu’ "il y a eu énormément d’améliorations", après "un différend" lors de l’arrivée d’Alain Seksig au CASNAV, au mois de février 2014. "La politique de l’ASE est très restrictive. Quand la PAOMIE estimait qu’un jeune n’était pas mineur, nous faisions appel et on finissait par avoir gain de cause devant le juge, mais au bout de plusieurs mois pendant lesquels le jeune était à la rue, et la proie des mafias. M. Seksig a pris sur lui de scolariser des jeunes dont le dossier était en cours, je considère qu’il a fait énormément d’efforts, mais j’admets que ce n’est pas une position unanime au sein de notre collectif."

Pour Alain Seksig, la plupart des associations tout comme les syndicats enseignants "ont relativisé leurs propos" à son encontre ; "ils se rendent compte de la complexité de la question et ils reconnaissent les efforts concrets que nous faisons". Il dénonce l’outrance d’un tract distribué au mois de juin qui l’accusait de "refuser de scolariser" des jeunes "rejetés par le système scolaire". Pour lui, l’Education nationale, qui doit travailler dans un cadre interministériel, "n’est pas outillée pour résoudre" tous les problèmes de ces jeunes, ce qui ne signifie évidemment pas qu’il souhaite qu’ils quittent le territoire. Il travaille d’ailleurs avec des associations à la mise en place, ce trimestre, de formations professionnelles pour ceux qui ne peuvent être scolarisés.

Sur les MIE à Paris, voir ToutEduc ici (Sévère rappel à l’ordre du Défenseur des droits pour le traitement des mineurs isolés étrangers (MIE) à Paris... et ailleurs), ici (Scolarisation des mineurs isolés étrangers à Paris : vers une saisine du Défenseur des droits ? exclusif) et ici ("Mineurs isolés étrangers : méthodes de dingues… ou de voyous ?" Journal du droit des jeunes). A noter que selon le Journal du droit des jeunes, le taux de scolarisation des MIE à Paris a "brutalement changé" à partir de janvier 2015, passant de "90%" à "un peu plus de 20%".

Extrait de toutduc.fr du 22.09.15 : Mineurs isolés étrangers à Paris : le directeur du CASNAV estime faire tout son possible dans le cadre de l’Education nationale

 

"L’afflux actuel de migrants, même s’il touche moins la France que d’autres pays voisins, pourrait rende encore plus aiguë une question qui s’est déjà ravivée dans les derniers mois, celui du traitement des mineurs étrangers isolés", estime André Legrand. Ancien recteur, ancien président de Paris-X, professeur de droit, il propose aux lecteurs de ToutEduc une analyse juridique de la situaton des MIE.

"On connaît la règle de principe posée par le code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile : l’étranger mineur de 18 ans ne peut pas faire l’objet d’une obligation de quitter le territoire français ni d’une décision d’expulsion. Cela n’interdit pas que les autorités, et en particulier le juge des enfants, disposent de certaines possibilités de frapper d’une mesure d’éloignement des mineurs dépourvus de titre de séjour, mais, indique la jurisprudence, cela ne constitue jamais une obligation pour le juge, qui doit exclusivement statuer en fonction de l’intérêt supérieur de l’enfant.

Le dispositif français de protection de l’enfance est intégralement applicable aux mineurs de nationalité étrangère présents sur le territoire, sans condition de nationalité ni de régularité du séjour. Ce principe se heurte cependant à de nombreuses difficultés d’application liées aux fortes réticences des autorités compétentes devant les charges financières de l’accueil. Les principales complications créées prennent appui sur l’âge réel des intéressés, souvent suspect d’être minoré, ou la réalité des risques encourus dans leur pays d’origine.

Peu de décisions favorables aux MIE
Les difficultés rencontrées nourrissent un contentieux qui, sans être pléthorique, n’en revêt pas moins une certaine importance. Sur les vingt-six décisions rendues sur le sujet entre 2009 et 2015 et citées au site Légifrance, une vingtaine, émanant pour la plupart de cours administratives d’appel, concernent des situations individuelles ; peu se concluent de manière favorable. La plupart du temps, les juridictions saisies rejettent les recours présentés contre les mesures d’éloignement (trois des décisions citées ayant seules connu une issue favorable)..Ce sont parfois des arguments tirés de la réalité de l’âge invoqué ou de la durée du séjour en France qui justifient le rejet. Le plus souvent, cependant, les arguments justifiant le rejet sont tirés du maintien de relations affectives et familiales dans le pays d’origine ou de l’absence de liens réels en France. Les décisions sont souvent prononcées en dépit de résultats très positifs de la scolarisation en France et de la constatation d’une intégration réussie, les intéressés suivant avec succès des formations professionnelles.

Les décisions de portée générale concernent pour l’essentiel les relations entre l’Etat et les collectivités territoriales. Ce sont en effet les conseils généraux qui assument la charge financière des enfants concernés. C’est ainsi qu’en 2009, la CAA de Bordeaux a rejeté un recours du département de l’Ariège tendant à faire mettre à la charge de l’Etat le remboursement de dépenses engagées pour la prise en charge de jeunes mineurs isolés de nationalité étrangère. Les intéressés avaient été placés par l’autorité judiciaire sous la tutelle de l’aide sociale à l’enfance ou fait l’objet d’un jugement en assistance éducative. La Cour rappelle que, dans ces conditions, la prise en charge des dépenses engagées au profit des jeunes mineurs, fussent-ils étrangers et dépourvus de famille, relève de la compétence de principe du département, dès lors qu’il n’est pas établi que les mineurs concernés auraient été accueillis en France en vertu de décisions gouvernementales prises pour tenir compte de situations exceptionnelles.

La Seine-Saint-Denis et la Mayenne
Les difficultés lies à l’accueil ont amené certains départements à adopter des attitudes de refus. En juillet 2011, le département de la Seine Saint Denis s’est déclaré hors d’état d’accueillir tous les mineurs identifiés sur son territoire. En juillet 2013, le président du conseil général de la Mayenne a décidé de mettre fin à tout nouvel accueil de jeunes étrangers isolés par son service d’aide à l’enfance. Face à ces difficultés, des efforts ont été mis en œuvre tendant à organiser une coopération entre les services de l’Etat et les instances départementales. Ils se sont en particulier traduits par la conclusion d’un protocole d’accord, en mai 2013, entre le ministère de la Justice et l’Assemblée des Départements de France. Mais l’écart entre les prévisions d’accueil et la réalité de l’afflux (4000 arrivants au lieu des 1500 estimés) ont mis en péril l’équilibre financier recherché et conforté les départements dans des attitudes de refus.

Dans ce cadre, la ministre de la Justice a souhaité mettre en place, par circulaire du 31 mai 2013, un dispositif d’orientation nationale dans le choix du département d’accueil : en effet, lorsque le juge des enfants ou, à titre provisoire, le procureur de la République, ordonnent le placement dans un service départemental d’aide à l’enfance d’un mineur étranger isolé, ils ne sont pas tenus de le confier au service du département dans lequel il a été identifié. Ils ont la liberté de choisir le lieu d’accueil en fonction de l’intérêt supérieur de l’enfant. Dans une instruction au Parquet, placé sous son autorité, la garde des Sceaux recommandait donc aux procureurs de la République, pour guider le choix des départements d’accueil, une clé de répartition correspondant à la part de la population de moins de 19 ans dans chaque département.

Le Conseil d’Etat saisi
Un premier recours en référé présenté par cinq départements contre cette circulaire, pour obtenir la suspension de son application, a été rejeté par le Conseil d’Etat en mars 2014, la condition d’urgence n’étant pas remplie. En revanche, dans un arrêt sur le fond, rendu le 30 janvier 2015 sur le recours de neuf départements, le Conseil d’Etat a annulé une partie de la circulaire. Le Conseil d’Etat a d’abord rappelé que certains critères de choix prévus par la loi ne pouvaient s’appliquer aux mineurs isolés (par ex. le souci de maintenir les liens avec les parents), le Conseil d’Etat a admis que la recommandation faite aux procureurs de tenir compte des capacités d’accueil et du nombre de mineurs déjà accueillis correspondait bien au souci de l’intérêt supérieur de l’enfant, puisqu’ils conditionnaient la capacité du département à assurer l’accueil dans des conditions satisfaisantes.

La Haute juridiction ajoute que l’information sur les capacités d’accueil et l’autorisation donnée au Parquet de confier un mineur étranger isolé à un département distinct de celui où il a été repéré ne portent pas atteinte au principe de libre administration des collectivités territoriales ; ces mesures ne font que rappeler des possibilités prévues par la loi ; elles ne transfèrent donc pas aux départements une compétence qui aurait antérieurement été exercée par l’Etat et elles n’étendent pas leurs compétences.

Lui donner une base juridique plus solide
En revanche, l’établissement d’une clé de répartition entre départements introduit une disposition nouvelle non prévue par la loi. La garde des Sceaux n’avait pas le pouvoir d’établir par circulaire une telle disposition, qui présente un caractère réglementaire. C’est sur ce seul point qu’une annulation est prononcée. Considérant que celle-ci ne remet pas en cause le principe que la garde des Sceaux avait souhaité poser, le gouvernement a donc annoncé, dès la décision du juge connue, qu’il maintiendrait le dispositif d’orientation nationale mis en place depuis 2013 et en particulier la cellule d’appui, mais qu’il saisirait le Parlement pour lui donner une base juridique plus solide.

Pendant ce temps, les contentieux continuent. La CAA de Versailles a ainsi rejeté un recours du département de la Seine-Saint-Denis fin juillet 2015. Celui-ci se plaignait d’une augmentation qu’il jugeait excessive du flux de mineurs isolés, qui dépassait le chiffre de mille en 2011, alors qu’il était, selon lui, de moins de cent dans la quasi-totalité des autres départements. Il demandait donc la mise en jeu de la responsabilité de l’Etat sur plusieurs fondements, tous rejetés par la Cour. Celle-ci a rappelé que la prise en charge des dépenses engagées au profit des jeunes mineurs relève de la compétence de principe du département, dès lors qu’il n’est pas établi que les mineurs concernés auraient été accueillis en France en vertu de décisions gouvernementales prises pour tenir compte de situations exceptionnelles. Elle a refusé de considérer que la Seine-Saint-Denis était victime d’une rupture d’égalité devant les charges publique, dans la mesure où ce principe, qui impose de traiter de la même façon les personnes se trouvant dans une même situation, ne s’applique pas aux départements, hétérogènes par leur composition démographique et leur potentiel fiscal et qui bénéficient de mesures de péréquation financière.

Le droit à l’éducation
Ces problèmes, liées à la nécessité de concilier les exigences de la politique gouvernementale et les contraintes juridiques et financières pesant sur les départements, se retrouvent dans un des secteurs où se focalisent certaines controverses concerne la scolarisation et, de manière plus générale, l’éducation de ces mineurs : en principe, en vertu des conventions internationales ratifiées par la France et de l’article L. 111-1 al. 5 du code de l’éducation, les mineurs isolés étrangers bénéficient du droit à l’éducation. Mis en œuvre en particulier, mais pas exclusivement, par le biais de l’aide sociale à l’enfance, service placé sous la responsabilité des départements, ce droit s’exerce dans le cadre des centres académiques pour la solarisation des enfants allophones nouvellement arrivés et des enfants issus de familles itinérantes et de voyageurs (CASNAV), ce qui pose d’emblée la question des rapports entre services départementaux et services de l’Etat. Si l’efficacité de ce dispositif a un temps semblé assurée, la plupart des enfants présentés faisant l’objet d’une affectation effective dans des établissements scolaires dans des délais raisonnables, la situation s’est dégradée depuis trois ans et, plus encore depuis le début de l’année 2015, et le taux d’accueil a très fortement diminué.

La situation existant à Paris a provoqué une saisine du Défenseur des droits par une quinzaine d’associations. Sans entrer dans l’ensemble des arguments présentés, on notera qu’y est entre autres mis en cause, comme source des difficultés, le partenariat obligé avec les départements. Les associations signataires citent en particulier des déclarations du recteur de Paris indiquant que "ses services ne scolariseraient que les mineurs pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance ou en mesure de présenter un jugement du Tribunal pour enfants les confiant à ce service". Elles constatent que "c’est désormais l’immense majorité des enfants en difficulté avec les services de l’Aide sociale à l’enfance de Paris qui sont exclus du service de l’Education".

Une prise de position préalable des services sociaux ?
Cela pose bien sûr une question fondamentale : est-ce que la mise en œuvre du droit à l’éducation peut dépendre d’une prise de position préalable des services sociaux ? C’est le débat qui oppose le directeur du CASNAV de Paris, qui subordonne l’accueil à une reconnaissance préalable de la minorité par la permanence d’accueil et d’orientation des mineurs isolés étrangers au directeur du Journal du droit des enfants qui s’indigne au contraire dans une prise de position récente auprès de Touteduc : "depuis quand l’inscription d’un élève dépend-elle de l’avis du service social chargé de la protection de l’enfance ? Depuis quand les règles inscrites dans le code de l’éducation doivent-elles céder devant les instructions d’un service départemental ?"

Affaire à suivre avec attention."

Extrait de touteduc.fr du : Migrants, mineurs isolés étrangers et scolarisation : une analyse juridique (exclusive) d’A. Legrand

Répondre à cet article