> ACTEURS /POSITIONS > ACTEURS > Enseignants > Enseignants (Témoignages, Portraits) > Replay de l’émission Infrarouge (France 2) du 8 septembre, 2 reportages en (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Replay de l’émission Infrarouge (France 2) du 8 septembre, 2 reportages en REP : une journaliste devient institutrice stagiaire en CP pendant 21 jours ; un instituteur stagiaire raconte avoir été frappé en CM2

10 septembre 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

21 jours à l’école

Mardi 8 septembre à 22h40

Infrarouge
Une série documentaire incarnée par Alexandra Alévêque
Réalisée par Stéphane Jacques
Produit par Guylaine Loquet
Une production Capa Presse
Avec la participation de France Télévisions
Unité de programmes documentaires : Fabrice Puchault, Barbara Hurel et Anne Roucan

Résumé
Elle était bonne élève et fille d’instituteur, la salle de classe, c’est sa Madeleine de Proust à elle et pourtant, à 42 ans, Alexandra Alévêque n’a pas senti l’odeur de la craie depuis bien longtemps.

Pour mesurer les difficultés du métier d’enseignant en 2015, elle est allée travailler avec Annabelle, professeur des écoles au Mans, auprès d’élèves de Classe Préparatoire.

Son rôle : apprendre la lecture, l’écriture et les bases du calcul à des enfants de 6 ans.
Auprès des enseignants de cette école, elle a rencontré des humains à part entière et plus des fonctionnaires anonymes. Avec naturel et entrain, les enfants ont adopté leur nouvelle maîtresse stagiaire durant 21 jours.

Note d’intention
En tant qu’adultes, parents ou non, nous avons le souvenir de nos instituteurs, terme désuet désormais disparu et pourtant, la fonction est bel et bien la même. Les profs ont un rôle primordial dans notre société : l’éducation des générations à venir.

Il y a en France plus de 6,7 millions d’écoliers.
La collection 21 Jours s’est demandée qui sont les professeurs des écoles en 2015.

La base de l’enseignement en CP passe par l’apprentissage de la lecture, de l’écriture et du calcul. Mais apprend-on aujourd’hui comme il y 20 ou 30 ans ?

Que se passe t-il réellement dans une salle de classe, quand les parents restent cantonnés au portail et que la porte se ferme, quand le professeur se retrouve seul devant 20 à 30 enfants ?

Pour 21 Jours et France 2, Alexandra Alévêque a secondé Annabelle, une professeur des écoles au Mans, auprès d’une classe de 20 élèves de CP.

Pendant 21 jours, elle a observé, elle a enseigné et la tâche est rude, elle a fait réciter des poésies, a inculqué les notions de double et moitié à des enfants de 6 ans dubitatifs face à cette maîtresse peu expérimentée.

Elle a soigné les bobos dans la cour de récréation, est allée découvrir les animaux de la ferme avec les enfants, mais surtout, elle a mesuré la difficulté d’être prof.

Que faire des programmes officiels, en permanence remaniés, comment enseigner à des élèves réunis dans la même classe mais avec des niveaux radicalement différents ?

Comment apprend-on à apprendre ? Pour le savoir, Alexandra Alévêque s’est rendu dans un ESPE (Ecole Supérieure du professorat et de l’Education), organisme remplaçant les anciens IUFM.

Durant ces 21 jours, Alexandra a partagé le quotidien de l’école [RRS] Michel-Ange du Mans, un établissement du sud de la ville, regroupant 176 élèves de primaire.

Elle a principalement travaillé avec Annabelle, 35 ans, professeur de CP, une instit à poigne et éperdument éprise de son travail. Alexandra a appris auprès d’elle l’autorité, un passage obligé face à 20 enfants, mais elle a aussi découvert la patience et la pédagogie, nécessaires pour un bon apprentissage.

Durant son séjour au Mans, elle a également partagé les expériences d’Amélie, la jeune directrice de l’école, ainsi que de tous les autres profs de l’école. Entre coups de gueule et amour des enfants, les enseignants se sont ouverts à elle, devenant des humains à part entière et plus des fonctionnaires anonymes.

Et bien sûr, Alexandra Alévêque a observé les enfants, elle a souvent souri auprès de Mehdi, Lina, Grace, Neslie, Mattew, Nawel, Lou Ann et tous les autres.

Alexandra Alévêque et Stéphane Jacques

Extrait de france2.fr : 21 jours à l’école

Le replay de l’émission

 

L’école, on croit la connaître mais ça fait longtemps qu’on l’a quittée. La réflexion que s’est faite la journaliste Alexandra Alévêque est à l’origine du documentaire diffusé ce mardi à 22h40 sur France 2. Prenant son courage à deux mains, elle s’est fondue dans la peau d’une maîtresse d’école. Non sans quelques difficultés. Elle raconte.

D’énormes différences de niveau
Il n’a pas été facile de trouver une classe qui m’accepte comme stagiaire pour ces 21 jours. Nous voulions filmer une école "normale", située ni en pleine cité ni au centre de Paris, une école avec des petits Français "normaux".
Nous avons finalement atterri au Mans. Il se trouve que c’est une REP, mais nous ne l’avons pas choisie pour ça.
La première chose qui m’a sauté aux yeux, c’est la différence de niveau entre les élèves. Il suffit de 10 minutes pour s’en rendre compte. C’est dur de voir que le fossé se creuse si tôt entre les gamins…
Annabelle, l’enseignante de la classe que je suivais, m’a un peu rassurée en me disant que le déclic pouvait intervenir plus tard. Le tournage ayant eu lieu quatre mois après la rentrée, c’est encore tôt pour certains. Mais il n’empêche que d’autres pigent tout tout de suite…

Extrait de nouvelobs.com du 08.09.15 : J’ai été maîtresse pendant 3 semaines : le plus beau métier du monde

 

Extrait de francetvinfo.fr du 09.09.15 : Vidéo. Quand un professeur raconte avoir été frappé par un élève de CM2

Répondre à cet article