> INEGALITES SCOLAIRES, MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE, OUVERTURE (...) > Ethnicité, Laïcité, Racisme, Immigration > Une circulaire de l’Intérieur invite les préfets à mettre en oeuvre des plans (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Une circulaire de l’Intérieur invite les préfets à mettre en oeuvre des plans locaux de lutte contre le racisme articulés avec les PEDT et en lien avec l’Education nationale

5 août 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

Commencer à mettre en œuvre des plans locaux de lutte contre le racisme et l’antisémitisme en les articulant étroitement avec les PEDT (Projets éducatifs territoriaux), ou encore expérimenter le parrainage citoyen pour amener des jeunes de 16 à 20 ans à s’impliquer dans la vie citoyenne, telles sont quelques-unes des injonctions faites aux préfets dans une circulaire qui leur a été envoyée ce 30 juillet 2015, en attendant la définition du cadre juridique et des modalités pratiques de mise en œuvre de l’ensemble des 40 actions opérationnelles décidées dans le cadre du Plan de lutte contre le racisme et l’antisémitisme 2015-2017. La circulaire, signée le 24 juillet par le ministre de l’intérieur, a été mise en ligne le 30 juillet. Elle précise que les "fiches pratiques" pour "faciliter la mise en œuvre du plan au niveau local" seront adressées "prochainement" par la DILCRA (Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme).

Le plan de lutte avait été présenté le 17 avril 2015, alors que le président de la République avait fait, lors de ses vœux le 31 décembre 2014, de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme "une grande cause nationale pour l’année 2015". Il introduit parmi ses quatre priorités, "l’éducation et la transmission des valeurs à l’école mais aussi dans l’ensemble des activités éducatives, sur les terrains de sport ou encore par le biais de la culture".

Expérimenter le parrainage citoyen en attendant la définition du cadre juridique
Parmi les premières "injonctions" faites aux préfets et relevant du domaine de l’éducation, figure en effet celle de mettre en œuvre, "dans des territoires où des problématiques auront été identifiées", des plans de lutte locaux contre le racisme et l’antisémitisme qui devront être signés avant le 31 décembre 2015, et qui devront être articulés avec les PEDT "dans le cadre d’un partenariat étroit avec les services de l’Éducation nationale". Les préfets pourront s’appuyer, pour ce faire, sur une documentation technique de la DILCRA proposant des "exemples de bonnes pratiques".

Les préfets sont également invités à expérimenter des formes de "parrainage citoyen" en s’appuyant sur des initiatives déjà prises dans le Rhône notamment, en attendant une "instruction" qui doit préciser prochainement son cadre juridique et ses modalités pratiques. La circulaire rappelle que ce dispositif, dont les préfets auront la charge du déploiement en associant services de l’État, collectivités locales, partenaires sociaux et principaux employeurs, vise à offrir à des jeunes de 16 à 20 ans "la possibilité de s’impliquer dans la vie citoyenne" (service civique, engagement associatif, participation aux conseils citoyens, bénévolat), en leur offrant l’aide d’un "parrain" issu de la "réserve citoyenne". Ce parrain les aidera durant deux ans dans leurs démarches (formations, visites d’institutions, stages d’immersion...) mais aussi "à surmonter les handicaps voire les discriminations dont ils peuvent faire l’objet du fait de leur origine ou de leur lieu de résidence".

Émettre un avis sur les associations pour confirmer qu’elles appliquent les valeurs de la République
Par ailleurs, la circulaire indique que les préfets seront consultés dans le cadre du label national que l’État s’est engagé à attribuer à toute association "qui respecte et applique les valeurs de la République" sur la base d’un cahier des charges que la DILCRA devra préciser. Ce label garantira notamment la "pérennité de financements" de ces dernières. La circulaire invite également les préfets à engager les associations en ce sens au travers, par exemple, de l’élaboration de chartes de valeurs républicaines à l’instar de celle qui a été signée récemment dans la région Aquitaine. Cette fonction d’observation attribuée aux préfets est d’autant plus importante, précise la circulaire, que "les associations jouent un rôle essentiel pour le vivre-ensemble, notamment dans les territoires et auprès des publics les plus fragilisés".

La circulaire reprend par ailleurs l’ensemble des 40 actions opérationnelles décidées dans le cadre du plan 2015-2017 et pour lesquelles une enveloppe de 100 millions d’euros a été fléchée sur trois ans. Parmi celles-ci, figurent, "à chaque étape de la scolarité" (primaire, collège, lycée), et "pour éduquer contre la racisme et l’antisémitisme", l’étude d’un lieu de mémoire (pour laquelle est prévue une cartographie interactive recensant ces lieux sur le site "Éduquer contre le racisme et l’antisémitisme"), ou encore d’une œuvre pouvant impliquer l’organisation d’une rencontre avec son artiste, le développement des "mesures de responsabilisation et de médiation par les pairs pour améliorer le climat scolaire", l’élaboration d’un "guide de référence de rappel du droit et des sanctions à destination de l’ensemble des acteurs éducatifs", ainsi que le renforcement et la structuration de l’offre de formation et des ressources consacrées à cette lutte.

La circulaire

Extrait de touteduc.fr du 03.08.15 : Lutte contre le racisme et l’antisémitisme : les préfets sont invités à expérimenter le parrainage citoyen et à mettre en place des plans locaux articulés avec les PEDT en attendant les fiches "pratiques" (circulaire)

Répondre à cet article