> INEGALITES SCOLAIRES (et Lutte contre les) > RURAL > Les problèmes scolaires des territoires ruraux, qui sont hors-ZEP, sont (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les problèmes scolaires des territoires ruraux, qui sont hors-ZEP, sont amoindris par les solidarités locales (interview de Rémi Rouault, auteur de l’"Atlas des fractures sociales")

12 avril 2014 Version imprimable de cet article Version imprimable

La politique prioritaire de l’Education nationale met de côté des territoires en difficulté qui trouvent leur salut dans les solidarités locales. Une mesure drastique qui évite que l’éducation prioritaire ne devienne un droit commun.

[...] De nombreuses zones rurales sont oubliées mais le problème n’est pas traité de la même manière. Les élèves en difficulté dans ces zones ne sont pas confrontés au rejet de leur société locale. Bien au contraire, leurs problèmes sont amoindris par les solidarités locales qui arrivent à résoudre à elles seules ces problématiques.
En Bretagne, par exemple, il y a beaucoup moins d’enseignements spécialisés mais il y a davantage de prise en charge locale dans chaque établissement. Ces sont des combinaisons locales qui se suffisent à elles-mêmes. De plus, la proportion des élèves est bien plus faible, iL faut pouvoir gérer tout d’abord les zones de gravité qui sont aujourd’hui les zones d’éducation prioritaires. L’absence d’effet de masse dans ces régions limite le champ d’action, ce ne sont par définition pas des priorités.

[...] Les enfants d’agriculteurs ne sont pas particulièrement en difficultés scolaires...

[...] La petite taille de la plupart des établissements ruraux permet aux enseignants de mieux connaître les enfants en difficulté et d’être mieux connus d’eux. Les phénomènes de groupes ou de bandes sont bien moins fréquents et il n’y pas de remise en cause grave de « l’ordre scolaire ».

Extrait de atlantico.fr du 10.04.14 ; Hors ZEP : ces territoires eux aussi en difficulté mais abandonnés de l’Education nationale

Répondre à cet article