> 6 - DISPOSITIF > MIXITE SOCIALE, CARTE SCOLAIRE > Mixité sociale, Carte scolaire (Texte officiel ) > Carte scolaire et internats (d’excellence) : deux thèmes brièvement traités (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Carte scolaire et internats (d’excellence) : deux thèmes brièvement traités dans la circulaire de rentrée 2013 mais largement développés dans la presse

13 avril 2013 Version imprimable de cet article Version imprimable

LES DEUX THEMES DANS LA CIRCULAIRE DE RENTREE

Assouplissement de la carte scolaire
Depuis 2008, des dérogations peuvent être demandées à la règle de l’affectation au collège ou au lycée correspondant à la zone de desserte, dans la limite des places disponibles, après avis d’une commission et sur décision du DASEN, lesquels se prononcent sur le fondement de sept critères énumérés dans la circulaire n° 2008-42 du 4 avril 2008.
Afin d’introduire dès à présent plus d’équité dans l’affectation des élèves, les directeurs académiques des services de l’éducation nationale ne traiteront plus prioritairement les demandes de dérogation formulées sur la base du motif « parcours scolaire particulier », qui servent trop souvent à éviter l’établissement de secteur. Les demandes à examiner en priorité restent, d’une part, celles des élèves en situation de handicap et nécessitant une prise en charge médicale importante, d’autre part, celles émanant de boursiers au mérite ou de boursiers sociaux. Les demandes liées à des rapprochements de fratrie ou de proximité de l’établissement seront désormais examinées elles aussi avant celles relatives à des « parcours scolaires particuliers ». Cette modification de l’ordre des critères de dérogation ne doit toutefois pas s’opérer au détriment de la continuité des parcours pédagogiques linguistiques entre l’école et le collège.
Ces dérogations font d’ailleurs actuellement l’objet d’une réflexion globale, afin de garantir la mixité sociale des établissements, en particulier ceux les plus exposés aux phénomènes d’évitement.

 

Internats (internats d’excellence, internats relais, ERS)
De la même manière, pour favoriser la réussite de chacun, tous les internats, dans leur diversité, doivent proposer l’excellence scolaire et éducative aux élèves accueillis. Ils sont accessibles prioritairement aux élèves relevant de l’éducation prioritaire et de zones urbaines sensibles (ZUS). Les établissements qui ont un internat doivent inclure dans leur projet d’établissement un projet pédagogique et éducatif pour les élèves internes.

[...] Les dispositifs relais de l’académie seront enrichis par des internats relais (voir aussi I. 4.) destinés à des élèves relevant de l’obligation scolaire, dont le comportement (absentéisme persistant, exclusions par mesure disciplinaire, etc.) signale un risque de décrochage. La scolarisation en internat devra leur permettre de bénéficier d’un accompagnement individualisé jusqu’à la reprise d’un parcours de formation. Ces nouveaux internats ont vocation à se substituer aux établissements de réinsertion scolaire (ERS).

NOTE : Le terme d’"internat d’excellence" ne figure pas dans la circulaire de rentrée.

Extrait du BO du 11.04.13 : Circulaire de rentrée

 

DANS LA PRESSE (Sélection)

Ce document prévoit la fin des établissements de réinsertion scolaire, des internats d’excellence, et recommande d’octroyer avec plus de parcimonie les dérogations à la carte scolaire.

Extrait de lacroix.fr du 09.04.13 (la veille de la publication de la circulaire) : La circulaire pour la rentrée scolaire gomme des réformes de Sarkozy

 

La " priorité au primaire ", slogan que M. Peillon martèle depuis son arrivée rue de Grenelle, trouvera ses premières traductions concrètes avec la relance de la scolarisation des moins de 3 ans et la mise en place du dispositif " plus de maîtres que de classes ", essentiellement dans les écoles défavorisées. Environ 1 500 emplois seront consacrés à ces deux dispositifs... sur plus de 50 000 écoles.

[...] La relance de l’éducation prioritaire attendra elle aussi. Elle sera précédée d’assises organisées à l’automne.

Extrait de lemonde.fr du 11.04.13 : Plusieurs chantiers de M. Peillon attendront 2014 et 2015

 

Pour réduire l’échec scolaire, des Assises de l’éducation prioritaire seront organisées à l’automne, et le ministère prévoit de relancer des "internats-relais", où des élèves en difficulté pourront être envoyés temporairement avant de regagner leur établissement d’origine.

AFP du 11.05.12 : Rentrée 2013 : du nouveau en primaire, année de "transition" au secondaire

 

Carte scolaire (dans la presse)

Le ministère annonce une « réflexion globale » sur le sujet [de la carte scolaire] « afin de garantir la mixité sociale des établissements », sans autre proposition concrète pour le moment. Seule certitude : « la carte scolaire restera ». Mais elle n’avait de toute façon pas été supprimée…

Extrait de lefigaro.fr du 11.04.13 : Carte scolaire. Le pas en arrière de VincentPeillon

 

Lutter contre l’échec scolaire
« L’éducation prioritaire devra bénéficier d’une attention particulière dès la rentrée 2013, indique la circulaire. Les établissements les plus en difficulté devront continuer à être soutenus par des moyens importants. » En pratique, cela se traduira à la rentrée par la relance de la scolarisation avant l’âge de trois ans dans les zones défavorisés. Et la mise en oeuvre de la règle « plus de maîtres que de classes », qui permettra de faire intervenir par exemple deux maîtres dans une classe en même temps, ou de travailler par moments en petits groupes.

Concernant la lutte contre le décrochage scolaire, l’objectif pour la rentrée 2013, est d’aider « 20 000 jeunes à s’inscrire dans un parcours de réussite ». Un référent « décrochage scolaire » sera par ailleurs désigné dans chaque établissement connaissant un fort taux d’absentéisme.

Extrait de mobile.liberation.fr du 11/04.13 : Education. Ce qui va changer à la rentrée

 

Après un assouplissement il y a quatre ans, les possibilités de déroger à la carte scolaire se réduisent. Notre contributeur Marc Serrand s’en réjouit - et montre du doigt les effets "désastreux" selon lui de l’action du précédent gouvernement.

Extrait de lexpress.fr du 11.04.13 : Carte scolaire : "Sarkozy a favorisé la ségrégation"

Conclusion relativisée le même jour par lexpress.fr avec la reprise du rapport de l’Ecole d’économie de Paris (janvier 2012) : Carte scolaire : pourquoi toutes les réformes ne changeront (presque) rien ]

 

Plusieurs rapports ont dénoncé ces dernières années l’assouplissement de la carte scolaire. Ainsi, en septembre 2010, l’Observatoire des inégalités estimait que cette mesure avait "réduit la mixité sociale à l’école". En juin 2012, un rapport d’information du Sénat allait dans le même sens, indiquant que le but initial de "lutte contre la ségrégation scolaire issue de la ségrégation urbaine" n’avait pas été rempli. L’assouplissement "n’a pas généré de bouleversement au niveau national très important" mais a eu "des effets pervers" avec des "établissements défavorisés encore plus ghettoïsés", expliquait à l’époque à l’AFP le rapporteur du texte, la sénatrice Françoise Carton (PS). "L’hétérogénéité dans les classes est source de réussite", ajoutait-elle alors.

[Le Jdd du 11.04.13 :Peillon veut modifier la carte scolaire

 

Voir aussi

Site vousnousils.fr du 11.04.13 : Carte scolaire : des dérogations plus difficiles à obtenir à la rentrée

Site profsencampagne du 12.04.13 : Carte scolaire : Après "l’assouplissement", l’ajustement

 

Sur le site de l’OZP : La rubrique "Reforme de la carte scolaire"

 

Internats d’excellence (dans la presse)

 

Quatre économistes ont suivi durant deux ans 258 élèves admis à l’internat d’excellence de Sourdun (Seine-et-Marne) en 2009 et 2010, et 137 élèves qui, faute d’y avoir trouvé une place, sont scolarisés dans les collèges et lycées de leur secteur.
"Au bout de deux ans, les élèves de Sourdun n’ont pas plus progressé en français que ceux du groupe témoin, alors qu’en mathématiques, ils sont loin devant", explique Marc Gurgand, de l’Ecole d’économie de Paris, coauteur du rapport avec Luc Behaghel, Clément de Chaisemartin et Axelle Charpentier. En mathématiques, "c’est comme si ces élèves initialement classés 50e dans un groupe de 100 s’étaient hissés à la 35e place", ajoute le chercheur.
Commentaire du ministère : "Quand on sélectionne les élèves et les enseignants, quand on met des moyens qui sortent de l’ordinaire, on obtient quelques résultats, heureusement... Mais c’est une réponse non généralisable. Vous imaginez bien qu’on ne peut pas avoir dans tous les établissements un manège à cheval, un terrain d’escrime, un théâtre...", en allusion à l’équipement exceptionnel dont bénéficie Sourdun, le premier internat à avoir été créé.

Extrait de lemonde.fr du 11.04.13 : Les internats d’excellence, trop coûteux, ont vécu

 

[...] C’est généralement considéré comme un effet élevé pour une intervention scolaire. C’est la progression qu’on pense pouvoir obtenir en dédoublant tous les cours. On ne l’a jamais testé grandeur nature, mais c’est ce qu’on modélise d’après les résultats des travaux de Piketty et Valdenaire sur la réduction des effectifs des classes.
Qu’est ce qui coûte le moins cher ? Le coût est du même ordre à Sourdun ou en divisant par deux les classes. Dans les deux cas on multiplie environ par deux le coût de la scolarité.

[...] Les charter schools comme les internats d’excellence ciblent des bons élèves méritants. Est-ce que ces mêmes dispositifs donneraient des résultats avec des élèves plus faibles, c’est-à-dire avec ceux qui posent vraiment problème dans le système ? L’enquête ne permet pas de conclure ni dans un sens ni dans l’autre.

Voir aussi lemonde.fr du 11.04.13 : Marc Gurgand : "L’internat d’excellence fait progresser les élèves en mathématiques, pas en français"

 

En France, les jeunes sont plus de 220.000 à dormir en internat. Mais les familles ne veulent plus seulement le gite et le couvert, avec une simple étude. Elles veulent désormais un internat "différent", avec un projet pédagogique fort, explique Sophie de Tarlé, de "l’Etudiant".

Extrait de franceinfo.fr du 10.04.13 : Des internats plus attractifs

 

Sortir l’élève du milieu « ordinaire ». Tel était le principe commun aux établissements de réinsertion scolaire (ERS), s’adressant aux collégiens « perturbateurs », et aux internats d’excellence, ouverts aux élèves méritants de milieux défavorisés. Deux structures mises en place par le gouvernement précédent et dont l’actuelle circulaire de rentrée prévoit l’extinction progressive.

Extrait de lefigaro.fr du 11.04.13 : Vers la fin des internats d’excellence

 

Les élèves défavorisés de l’internat d’excellence de Sourdun (Seine-et-Marne) ont fortement augmenté leurs résultats en mathématiques

Extrait de lefigaro.fr du 11.04.13 : Les internats d’excellence, démantelés par Peillon, sont glorifiés dans une étude

 

Voir aussi lenouvelsobs.fr du 11.04.13 : Internat d’excellence de Sourdun : efficace mais cher

 

On est « très inquiets » à l’internat d’excellence de Sourdun. Elèves comme professeurs ne savent pas ce que l’avenir leur réserve pour la rentrée.

[...] Bien que le rapport [étude financée par le Fonds d’expérimentation pour la jeunesse] souligne « un bilan positif », le gouvernement annonce qu’il va mettre fin à cette expérience lancée en 2009 par Nicolas Sarkozy et déclinée dans 44 autres établissements scolaires. « Nous ne les fermerons pas, rassure le ministère de l’Education nationale. Ils rejoindront progressivement les autres internats français. »

Extrait de leparisien.fr du 12.04.13 : L’internat d’excellence de Sourdun jugé trop coûteux

 

[...] Les 12.000 places offertes dans les 40 internats d’excellence mis en place par le gouvernement précédent ont des « résultats positifs » mais leur coût, estimé au minimum à 50.000 euros par élève, est jugé très élevé au cabinet du ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon. Où l’on indique que « la continuité sera assurée » pour les élèves qui y sont aujourd’hui, mais que le dispositif sera « revu ».

Extrait de [lesechos.fr du 12.04.13 : Les internats vont être revus à la baisse

 

Voir aussi sur les internats d’excellence

En ligne sur le site du MEN / Refondation : le texte intégral du rapport confidentiel de l’Ecole d’économie de Paris (janvier 2012, 173 p.) sur l’assouplissement de la carte scolaire : Des effets limités sauf pour les collèges en éducation prioritaire

L’UMP dénonce dans deux communiqués successifs la fin des internats d’excellence"qui étaient pébliscités" et le retour à une carte scolaire "renforçant l’apartheid éducatif". Le communiqué du PS sur la circulaire

Sur le site de l’OZP
La rubrique "Internats d’excellence"

La sous-rubrique "Rapports officiels et études"

Répondre à cet article