> AGENDA > 51- Archives > Revue de presse : archiv. 2008-2001 (non classées en rubriques (...) > Revue de presse. Archives 2008 à 2004 > année 2005 > juin > 05/06 - Moins de livres pour les enfants d’ouvriers

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

05/06 - Moins de livres pour les enfants d’ouvriers

5 juin 2005 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait de la « Lettre de l’Observatoire des inégalités » n°21 du 04.06.05 : les catégories sociales face à la lecture

Un tiers de la population de plus de 15 ans ne lit aucun livre. 55 % en lit 4 par an au maximum. Et encore, les livres les plus lus sont des livres de cuisine, de bricolage ou des guides de voyages. Une part considérable des adultes n’ont plus de contact avec les romans ou les essais.

Les écarts entre catégories sociales sont conséquents : 59 % des agriculteurs et 47 % des ouvriers ne lisent pas de livres. Les trois quarts des ouvriers lisent moins de quatre livres par an contre 27 % des cadres. Parmi les ouvriers, seuls 7 % ont lu un livre politique, religieux, économique ou de sciences humaines.

L’importance prise par l’image masque le fait que nos sociétés accordent une place considérable au texte. La richesse du vocabulaire, la maîtrise de la lecture et de l’écriture sont de puissants éléments de distinction sociale, à l’école comme dans le monde du travail. Les inégalités se forment dès la petite enfance : on entre ici au coeur des processus de reproduction sociale des catégories sociales. Plus on a de livres à la maison, plus on a de chance d’en lire... Et finalement d’en avoir à la maison à l’âge adulte.

Lire les statistiques

Répondre à cet article