> 5 - TYPE DE DOCUMENT, ACTEUR, POSITION - PROTESTATION > ACTEUR > PROF. REFERENT et Assistant pédagogique > Prof. référent et AP (Communication gouvernementale et Position (...) > Polémique après la décision du rectorat de Lille de supprimer les postes (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Polémique après la décision du rectorat de Lille de supprimer les postes d’assistant d’éducation dans le primaire, même en RAR. Le rectorat parle de redéploiement de ces emplois dans le secondaire

6 juin 2011 Version imprimable de cet article Version imprimable

« Dans le cadre de la préparation de la rentrée scolaire 2011-2012, j’ai engagé un redéploiement de l’ensemble des postes d’assistants d’éducation dans les EPLE. A compter du 1er septembre 2011, les assistants d’éducation seront donc exclusivement employés dans le second degré […] Dans cette perspective, je vous demande de ne pas renouveler ou prendre de nouveaux contrats conduisant à l’exercice de fonctions d’assistant d’éducation dans le 1er degré au-delà du 30 juin 2011 ».

Le courrier émane du Rectorat de l’Académie de Lille et a été envoyé aux établissements responsables de l’emploi des Assistants d’Education affectés dans les écoles primaires, ces dernières n’employant pas directement leur personnel. Il date du 22 mars 2011. [...]

Voici plus de deux mois que la circulaire a été envoyée. Mais à qui ? Aux administrations qui s’occupent de l’emploi des Assistants d’Education affectés dans les écoles primaires. Ni les écoles dans lesquelles ces assistants exercent leur fonction ni, bien entendu, ces Assistants eux-mêmes n’ont été officiellement avertis de la décision à ce jour. [...]

Les Assistants d’Education employés dans le primaire assurent d’une manière générale des missions d’encadrement dans des écoles jugées difficiles et classées pour la plupart en REP (Réseau d’Education Prioritaire) : ils sont peu nombreux, et toutes les écoles n’en bénéficient pas.

Extrait de lepost.fr du 04.05.11 : Ecole primaire : suppression des assistants d’éducation

 

Claudie Jouvenot, secrétaire régionale en charge des précaires au Sgen CFDT, assure qu’on y a bien annoncé « la non reconduction de 300 contrats d’assistants d’éducation du 1er degré, la suppression de 448 postes de médiateur de la réussite scolaire et d’environ 780 contrats uniques d’insertion (contrats aidés, ndlr) dans le second degré : soit un total de 1 500 personnes mises en chômage dans la région sous couvert d’un "redéploiement" ».

 

[...] Pas de perdants » Pour Marc Gosselin, directeur de cabinet du recteur de Lille, pas question de laisser dire que 1 500 personnes vont se retrouver au chômage.
[...] « Et il confirme : ces 300 assistants d’éducation « seront redéployés dans le second degré.
Le directeur de cabinet ajoute que « 887 contrats uniques d’insertion (aidés, ndlr) » seront affectés au 1er degré, avec une priorité donnée à la prise en charge du handicap « et, potentiellement, à l’aide administrative au directeur d’école » . Au final, « il n’y a pas de perdants », assure Marc Gosselin. Le Sgen CFDT en doute.w

Extrait de nordeclair.fr du 04.06.111 : Assistants d’éducation et contrats aidés

Source touteduc.fr du 06.06.11 : AVS-EVS : le rectorat de Lille répond, partiellement, aux inquiétudes du SGEN

 

« Même ici [à l’école Viala, à Lille] i, en réseau ambition réussite, à 20-25 par classe, ce n’est pas évident si le maître est tout seul », « C’est l’éducation qui recule », « Et comment ils vont accompagner ceux qui ont du mal à lire ? » L’école possède une classe de primo-arrivants.

Extrait de lavoixdunord.fr du 09.06.11 : A Lille, Viala défend ses assistants d’éducation

 

Note du Quotidien des ZEP : Les postes d’assistants d’éducation sont à distinguer de ceux d’"assistants pédagogiques" créés dans les RAR.

Répondre à cet article