31.03.07 - Le Sgen-CFDT a interrogé les candidats sur la carte scolaire

septembre 2007 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extraits du site du Sgen-CFDT, le 30.03.07 : Esquisse d’une nouvelle politique éducative

 Ségolène Royal

Quelle est votre opinion sur les ZEP, l’apprentissage junior, la note de vie scolaire, la carte scolaire ?

Les établissements situés en zone d’éducation prioritaire bénéficieront de moyens nettement plus importants qu’actuellement, de l’ordre de 25 % de plus que la dotation ordinaire.

Toujours dans les ZEP, les effectifs des classes de CP et CE1 seront limités à dix-sept élèves par classe. Chaque établissement sera doté d’une infirmière et d’une assistante sociale à temps plein.

Mon objectif est de diversifier et d’enrichir l’offre de formation dans les écoles et les établissements situés dans les quartiers populaires et en zone rurale isolée avec la création, dans tous les établissements, ou groupes d’établissements concernés, de pôles d’excellence.

La carte scolaire sera reformée pour supprimer les ghettos scolaires et donner le choix entre deux établissements car une mixité sociale effective est un facteur d’équilibre et fait progresser l’ensemble des élèves.

 Dominique Voynet

Quelle est votre opinion sur les ZEP, l’apprentissage junior, la note de vie scolaire, la carte scolaire ?

En ce qui concerne la mixité sociale, en l’état le système actuel n’est pas seulement imparfait, il est hypocrite ; il défend ce qu’il ne fait pas. Nous sommes contre le système des dérogations réservé à quelques uns qui est un des outils de « l’évitement de la mixité sociale », comme le montrent les travaux d’Éric Maurin.

On peut toujours chercher des solutions techniques ou administratives, tant qu’il y aura des écoles dans lesquelles le niveau national n’est plus de fait la référence à atteindre, alors les familles les plus aisées fuiront ces écoles. Il faut donc retrouver un niveau satisfaisant dans toutes les écoles de ce pays en distribuant inégalement les moyens scolaires sur le territoire. La carte scolaire redeviendra alors ce quelle devrait être : une simple technique de gestion.

En plus du maintien de la carte scolaire, je veux la renforcer pour assurer une réelle mixité sociale en l’étendant au secteur privé. Les financements doivent être limités aux dépenses de fonctionnement (hors activités périscolaires). Je veux rappeler la non obligation de financement d’une école hors commune de résidence, en cas d’existence de structures publiques suffisantes dans la commune de résidence.

 François Bayrou

Quelle est votre opinion sur les Zep, l’apprentissage junior, la note de vie scolaire, la carte scolaire ?

Je garantirai les moyens des Zep, je l’ai dit. Ce sera dans le cadre d’un contrat entre l’école et la nation, qui, en échange de ces moyens, définira les résultats que le système scolaire devra obtenir, des résultats chiffrables et vérifiables, en particulier la diminution de la moitié des sorties du système scolaire sans diplôme.

Les Zep auront donc dans ce dispositif une place importante : présence renforcée d’éducateurs, parcours d’excellence dans tous les établissements. Tout sera mis en œuvre pour que les Zep ne soient pas des établissements ghettos, mais le lieu de l’égalité des chances effective.

Je ne veux pas que la voie de l’apprentissage soit considérée comme la voie réservée aux élèves en difficulté. Il faut faire très attention à l’apprentissage dès 14 ans. Est-ce un âge où l’on sait ce que l’on veut faire dans la vie ? Je crois qu’au contraire des élèves trop tôt orientés vers un métier sont des élèves qui ratent leur orientation.

Je suis contre la suppression de la carte scolaire. Si on supprime la carte scolaire, on renforce la ghetthoïsation de certains établissements. Et il y aurait des problèmes insolubles : qu’est-ce qu’on fait s’il y a cinq fois plus d’inscription dans le collège et le lycée de centre-ville qu’il n’y a de place disponible ?

À qui donne-t-on la priorité ? La carte scolaire, ce n’est pas une obligation pour les familles, c’est d’abord une obligation pour l’État. C’est l’obligation d’offrir les mêmes chances à tous les élèves, quel que soit l’établissement où ils sont scolarisés.

L’égalité des chances, c’est le chantier qui est devant nous : c’est pourquoi je propose d’instaurer des parcours d’excellence dans chaque établissement, ainsi que de permettre à un même pourcentage d’élèves, dans tous les établissements de France, d’accéder aux classes prépas.

 Marie-Georges Buffet

Quelle est votre opinion sur les ZEP, l’apprentissage junior, la note de vie scolaire, la carte scolaire ?

Il faut une relance de la stratégie de l’éducation prioritaire prenant en compte le bilan des expériences passées, et assortie, cette fois réellement, des moyens nécessaires pour qu’elle ne soit pas formelle.

Pas d’orientation vers une voie professionnelle de formation avant la fin du collège. L’apprentissage junior concrétise un abandon de toute véritable ambition pour le système éducatif.

On ne règle pas les problèmes éducatifs par des « notes ». Nous proposons pour l’école une vision citoyenne de l’éducation radicalement différente, mise en œuvre par des équipes éducatives pluriconfessionnelles travaillant en partenariat avec les parents et les élèves eux mêmes (proposition d’un statut de l’élève comme « citoyen en formation »).

Il faut absolument maintenir la carte scolaire, ce qui n’exclut pas des révisions ponctuelles répondant à des situations évolutives (urbanisme, etc.). L’essentiel est dans la démarche de mixité sociale à préserver.

 Nicolas Sarkozy

Quelle est votre opinion sur les ZEP, l’apprentissage junior, la note de vie scolaire, la carte scolaire ?

Les Zep. Je veux revoir en profondeur la politique d’éducation prioritaire, dont personne ne conteste qu’elle a échoué. Nous avons trop saupoudré les crédits et sacrifié les exigences. Ce n’est pas ma conception de l’école républicaine. Je veux donner plus à ceux qui ont moins, car l’école est leur seul patrimoine. Je diviserai par deux les effectifs des Zep en commençant par les établissements les plus en difficulté et je renforcerai les équipes avec des enseignants volontaires, expérimentés et bien rémunérés qui pourront mettre en œuvre des méthodes nouvelles.

L’apprentissage junior. Je n’y suis pas favorable. L’apprentissage est une voie parfaitement respectable, mais un élève qui n’a pas seize ans est-il en mesure de choisir en toute connaissance de cause une orientation de nature professionnelle ? Je ne le pense pas.

La carte scolaire. Elle ne protège aujourd’hui que ceux qui ont les moyens ou les relations nécessaires pour la contourner. Je veux la supprimer progressivement afin que la mixité sociale pèse sur les établissements plutôt que sur les familles. Je propose donc que chaque établissement ait l’obligation de respecter une mixité sociale et géographique dans la composition de ses effectifs et puisse augmenter progressivement la proportion d’élèves hors secteur.

 --------------

Le même site publie aussi les réponses de ces cinq candidats à la question : « Quelles actions pour la réussite de tous les élèves ? ».

Répondre à cet article