> VI- PÉDAGOGIE(S) (Innovation et CNR, Disciplines, Espaces, ACTIONS LOCALES) > ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES (par niveau et discipline) > Actions locales AU COLLEGE > Collège (Espaces scolaires : Aménagement) > B* Faire des maths à ciel ouvert pour préparer le brevet dans le collège (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Faire des maths à ciel ouvert pour préparer le brevet dans le collège REP+ Montgaillard à Saint-Denis de La Réunion (CNR)

18 avril

Math lé + gaillard à ciel ouvert
Projets innovants CNR Notre école, faisons la ensemble

Fonction du porteur de projet PROFESSEUR
Collège Robert J. ARDON - Montgaillard 97487 Saint-Denis

Nb élèves bénéficiaires du projet 216

Date de validation du projet 06/06/2023
Date de début du projet 7 janvier 2023 à 00:00

Descriptif du projet

Objectifs Nous souhaitons mettre en œuvre par ce projet N.E.F.L.E. des stratégies pédagogiques travailler autour des compétences ciblées du cycle 4 que nous déclinons ainsi, conformément à l’esprit du BO : « les situations choisies doivent autant que possible s’appuyer sur des données réelles. »

Concernant les élèves du Cycle 4.
1.Il s’agit d’amener quatre classes de troisième, en fin de cycle 4, travailler le DNB sur le site de l’Ecole Marron, pour permettre d’approfondir la compétence MODELISER, notamment l’attendu « Traduire en langage mathématique une situation réelle ». Le site PACOM (Problème A Ciel Ouvert Mathématique) propose des situations classiques d’exercices du DNB contextualisées afin d’illustrer par l’exemple les différents théorèmes de géométrie, des concepts de proportionnalité, les grandeurs et mesures, et donner du sens aux outils statistiques
2.Au sein de groupes hétérogènes, la confrontation des élèves à l’échelle du réel oblige le travail collaboratif des élèves (exemple mesurer de grandes distances pour mesurer un arbre, un tyrolienne) et amène à travailler la compétence COMMUNIQUER : chaque élève doit expliquer à l’oral sa démarche, son raisonnement, son calcul, son protocole de construction, voire un algorithme, mais aussi comprendre les explications d’un autre élève et argumenter dans l’échange pour arriver à une production commune.
3.Mécaniquement, impliquer les élèves de la sorte dans leurs apprentissages aura pour effet une meilleure maîtrise de ces compétences à la fin du cycle 4.
4.Le plus important pour nous reste que cette mise en œuvre des mathématiques contribue à faire percevoir aux élèves le plaisir et la nécessité de pratiquer les mathématiques.

Concernant les élèves de Cycle 3.
1. Il s’agira d’utiliser les mathématiques avec les élèves de 4 classes de 6e, en fin de cycle 3, et 1 classe de CM2 pour résoudre quelques problèmes issus de situations de la vie quotidienne, notamment à travers le « jardin des nombres ».
Nous proposons de décliner dans les activités extérieures la compétence CHERCHER. Les élèves devront prélever dans la nature les informations nécessaires à la résolution de problèmes donnés. Ils devront dès lors s’engager dans une démarche d’observation, de questionnement, et de manipulation en mobilisant des outils ou des procédures mathématiques déjà rencontrées en classe, et en élaborant un raisonnement adapté à cette situation nouvelle.

2. Ce travail se poursuivra au sein de la classe autour de la compétence REPRESENTER. Les élèves devront restituer ces informations prélevées dans des dessins, schémas, diagrammes, graphiques qui se complexifieront au cours de l’année scolaire.

Lutter contre les difficultés scolaires ;L’apprentissage des fondamentaux (plan maths et français) Lutter contre les assignations sociales et territoriales Aménagement des espaces (hors bâti scolaire)

Idées initiales
1. Introduction générale
Nous, professeurs engagés dans ce projet : "Math lé + gaillard à ciel ouvert", tenons tout d’abord à indiquer que notre collège Robert.J - Ardon de Montgaillard est
classé en zone d’Éducation Prioritaire renforcée. Les concertations entre professeurs sur des temps dédiés, facilitées par ce statut REP+, ont développé des stratégies pédagogiques en co-enseignement en mathématiques et en lettres sur les heures d’Accompagnement Personnalisé de l’élève, et ce depuis une dizaine d’années déjà.
Forts de cette cohésion d’équipe disciplinaire et transdisciplinaire, que nous cherchions à renforcer par différents projets menés dans l’établissement, nous avons créé des partenariats avec des forces externes à l’établissement, à travers l’IREM, pour soutenir notre « travailler ensemble » dans un climat scolaire qui cherche toujours à favoriser l’implication et l’engagement des élèves dans les apprentissages mathématiques.

2. Rappel des temps de concertations

De nos phases de réflexions (lors de notre auto-évaluation sur l’année scolaire précédente) et de nos négociations disciplinaires et intercatégorielles autour de la rédaction de notre nouveau projet d’établissement tout au long du premier semestre (jusqu’à la dernière le 6 décembre 2022) a émergé, comme une référence commune pour affronter les problèmes à résoudre autour des enseignements des mathématiques, une volonté d’inscrire dans notre plan d’actions, sous la forme d’un projet N.E.F.L.E., le dispositif déjà mené, lors de sa première édition, au sein de l’École Ouverte "Math lé + gaillard à Ciel Ouvert". Ce projet, qui « touche » aux savoirs fondamentaux, fédère au sein de l’équipe disciplinaire.

Madame Valérie VITRY, professeur de Lettres, membre de l’IREMI et référente « École ouverte » s’est chargée de prendre les premiers contacts avec les différents partenaires sollicités et travaille avec l’équipe de mathématiques à la rédaction et à l’évolution de ce projet en projet N.E.F.L.E. depuis le début de cette aventure mathématique.
Le dispositif " École buissonnière " avait permis depuis les premières vacances de cette année scolaire d’apprécier l’impact positif de « Maths en plein air - Grand Coude » auprès des élèves. Les professeurs de mathématiques, Messieurs Frédy TESTAN, Marius MOUTOUSSAMY, Benoît PAYET, Jérôme CAZANOVE et Mesdames Lorline VAUDRAN, Anne CASIMIR y ont fait tour à tour le déplacement avec leurs élèves de troisième.
Parallèlement, pour renforcer travail pédagogique en inter-degré de notre réseau, une classe de l’école Henry DUNAND, s’est également rendue, dans le cadre de l’École ouverte, à Grand Coude récemment.

Néanmoins, Mme Isabelle ROUDON, Conseillère IA-DAASEN-LES, précise dans son courriel du 25 février 2023, - annexé - que, si le GRP souligne la qualité des projets "Ecole Ouverte" que notre collège propose aux élèves, il ne peut cependant aller au delà de l’allocation financière déjà attribuée mais également déjà utilisée sur l’année en cours. Elle nous invite enfin à rechercher d’autres sources de financement pour poursuivre notre projet.

3. Démarches auprès des collectivités.

Notre collectivité de rattachement a été associée aux phases de concertation et d’échanges par la présence de Mme la conseillère départementale et 2ème adjointe au maire de Saint- Denis Brigitte ADAME.

Nous avons sollicité des subventions départementales pour le financement de nos projets NEFLE via la plate-forme du Département et l’équipe de direction a demandé audience au président du Département et au directeur de l’éducation. Elle a été reçue le 19 avril 2023 à 13h30 par Mme Sabrina TIONOHOUE, Vice Présidente du Département chargé de l’Éducation et M. OUDARD, directeur de l’Éducation.

Notre projet a retenu favorablement l’attention du Département qui nous accompagnera dans une certaine mesure, à hauteur de l’ensemble des projets N.E.F.L.E. engagés par les collèges sur le territoire.

Nous vous joignons en annexe la lettre du 10 mai 2023 du Président du Département.
Afficher moins

Plan d’action 1. Notre plan d’action
a. Constats tirés de l’expérimentation menée à travers "l’École buissonnière"
Au cours de deux "Ecoles ouvertes" de l’année 2022-2023, nous avons accompagnés nos élèves de troisième au PACOM, lieu imaginé et créé par Mr MOULAND pour apprécier les mathématiques dans une application concrète, in situ. Nous avons constaté une adéquation parfaite entre le site et notre projet : les élèves révisaient le programme de mathématiques en dehors d’une salle, à ciel ouvert, ensemble avec la présence de deux professeurs de mathématiques et d’un grand personnage des mathématiques réunionnais.
Sur le site, nous avons vu nos élèves changer, être animés d’une mission : comprendre et résoudre les différents problèmes qui se dressaient littéralement devant leurs yeux. Ils se déplaçaient pour feuilleter leur document, pour mesurer des angles, des hauteurs, ils nous appelaient fiers de montrer leur réussite. Nous les avons vu comprendre les différents théorèmes et propriétés du programme. Ils sont tous repartis avec l’envie de revenir faire des mathématiques à Grand Coude.

Au retour de ces sessions, nous avons remarqué une qualité d’implication et de participation en classe bien meilleure. Les élèves semblent avoir moins d’appréhension face à la discipline. Les cours ont gagné un véritable impact mémoriel car nous pouvons re mobiliser les savoirs grâce à cette expérience et nos souvenirs communs. Nous savons que cette nouvelle implication en cours ne peut qu’être bénéfique pour nos élèves et leur réussite.

Pour l’ensemble des professeurs accompagnateurs, il est évident que cette expérience doit être reproduite pour l’ensemble de nos élèves. Nous avons tous imaginé comment faire " venir Grand Coude " à Montgaillard. Nous avons continué à organiser nos "Maths en plein air" pour tous les niveaux, pendant des sessions d’École ouverte (déterminer la surface d’ombrage ou la hauteur d’un arbre etc), pendant nos séances d’AP 6e (re construire les unités de mesure de longueur en mesurant les espaces du collège avec des bambous, etc) ou pendant la Semaine des mathématiques.

b. Déclinaisons de notre plan d’action

A N+1, nous imaginons plusieurs projets en prolongement de ce voyage à Grand coude, dont certains en collaboration avec d’autres équipes disciplinaires de notre établissement.

 La création par nos élèves de structures qui feront l’objet d’exercices sous la forme d’ateliers de mathématiques en plein air, tout comme la construction d’une tyrolienne en collaboration avec les professeur d’EPS ou encore la construction de parterre de fleurs dont la structure serait liée à des situations mathématiques dans des formes de figures usuelles avec les professeurs de technologie.
Nous savons qu’ils sont les acteurs principaux de leur réussite et pour cela nous aimerions les aider à apprécier et à s’impliquer davantage dans cette matière qui en effraie plus d’un. Créer une dynamique nouvelle de réussite à l’intérieur de nos élèves permet de changer leurs habitudes de travail pour leur réussite. Nous voulons leur permettre de voir les mathématiques autrement pour que nous puissions créer ensemble les mathématiques qu’ils devront connaître.

 La co-construction de séances en plein air (une par niveau) qui nous permettrons d’expérimenter de nouveaux gestes d’enseignement autour de la manipulation des outils mathématiques et travailler différemment la verbalisation par l’élève de ses réussites et de ses hypothèses de travail pour mieux amener à l’abstraction du raisonnement attendu en mathématiques dans le cadre du cours en classe.
Il faut préciser, qu’à travers "Maths lé + gaillard à ciel ouvert", nous voulons engager nos élèves, surtout les plus fragiles, dans leur apprentissage mathématique, faire naître chez eux une énergie positive de travail qui perdurera jusque dans la classe. Ils pourront la mobiliser pour se sentir en compréhension et en réussite. Cette nouvelle motivation sera la racine d’un positionnement de travail personnel pérenne, du dehors, à la classe, à la maison.

 Ce projet N.E.F.L.E constituerait un excellent complément à une autre action menée par l’équipe de mathématiques en parallèle, à savoir l’Unité Apprenante . En effet, si l’Unité Apprenante a vocation à améliorer et à harmoniser les pratiques d’enseignement au sein de notre réseau, ce nouveau projet N.E.F.L.E. porte lui la focale sur la problématique de l’investissement de l’élève et de sa posture vis-à-vis de ses apprentissages.
Nous voyons à moyen et long terme car nous savons qu’il n’y a que par la répétition que ces savoirs, savoir-faire, automatismes et démarche de raisonnement s’ancreront dans l’esprit de nos élèves.

2. Notre priorité d’un point de vue enseignant

Au sein de notre Réseau d’Education prioritaire renforcé, nous souhaiterions faire des mathématiques l’objet d’un travail soutenu pour permettre le réinvestissement concret des compétences et des connaissances mathématiques en situation de résolution de problème,
1. sous la forme d’un projet liant le cycle 3 et la fin du cycle 4
2. qui consisterait à « filer » une la pratique mathématique de la classe vers l’extérieur de l’établissement, en collaboration avec l’IREM de La Réunion,
3. et d’ailleurs prendre appui sur l’expertise de l’IREMI (semaine des mathématiques / caravane de l’IREM en déclinaison locale).

3. Notre priorité pour les élèves

Les activités proposées seraient de :
1. rentrer dans les apprentissages autrement, par du concret, pour amener à l’abstraction attendue au DNB,
2. ainsi amener les élèves à une meilleure compréhension du programme de mathématique dans son ensemble ce qui aura un impact positif sur la suite de sa scolarité notamment dans le cadre de son entrée au lycée , en travaillant en partenariat avec "L’Ecole marron", dispositif ayant l’agrément de l’Education Nationale et créé par deux anciens membres de l’IREM,
3. amener les élèves à repenser aux notions abordées en classe par l’aménagement de lieux dédiés aux mathématiques au sein de l’établissement, selon leur niveau,
4. améliorer la transition pour l’élève au sein du cycle 3 en inter-catégoriel, en incluant les collègues CPE, dans l’accueil des élèves au collège.
Afficher moins

Type de prestation demandée dans le cadre de CNR Intervenant extérieur Déplacement Personnel EN

Extrait de cnr-nefle.gogocarto.fr du 07.01.23

Répondre à cet article