> VIE SCOLAIRE : Climat, Décroch., Internats, Rythmes, Santé > Internats > Internats (Positions) > Dans une tribune du Monde, les deux économistes Philippe Aghion et Emmanuel (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Dans une tribune du Monde, les deux économistes Philippe Aghion et Emmanuel Combe proposent la création d’externats d’excellence pour les écoliers de milieu défavorisé

20 mai

Philippe Aghion et Emmanuel Combe : « L’avenir des enfants issus de milieux défavorisés se joue aussi en dehors du temps scolaire »

TRIBUNE
Philippe Aghion
Economiste, professeur au Collège de France
Emmanuel Combe
Economiste, professeur des universités à Skema Business School

Pour réduire les inégalités à l’école, les deux économistes proposent, en complément des internats d’excellence, qui ciblent seulement les collégiens et les lycéens, des externats d’excellence à destination des plus jeunes.

[...] Concrètement, cela revient à élargir leur journée scolaire : le petit déjeuner serait par exemple pris sur place ; les devoirs seraient obligatoirement faits à l’école, après le temps de cours et sous la supervision d’un professeur ; des règles de vie strictes seraient appliquées et des activités sportives et culturelles obligatoires organisées. La contrepartie pour les professeurs serait une meilleure rémunération.

Lire aussi l’entretien : Article réservé à nos abonnés Inégalités scolaires : « Il semble non seulement essentiel mais inévitable que les politiques s’en emparent »

A cet égard, il est intéressant d’observer l’expérience des « no-excuses charter schools », lancées dans les années 1990 aux Etats-Unis et dans d’autres pays. Il s’agit d’écoles publiques dans lesquelles se rendent chaque matin les élèves de milieux défavorisés, et ce dès leur plus jeune âge, avec une journée scolaire prolongée et un code de conduite strict. Ainsi, dans la ville de New York, les « charter schools » demandent douze jours de présence en plus par an et quatre-vingt-dix minutes de plus par jour, par rapport aux autres écoles.

Plusieurs études empiriques – et notamment celles de Caroline M. Hoxby, Sonali Murarka et du Prix Nobel d’économie Joashua Angrist (Massachusetts Institute of Technology) – ont montré que ce type d’établissement améliorait les résultats scolaires des élèves, notamment en mathématiques, et tout particulièrement chez les plus défavorisés.

Miser sur les externats d’excellence nous semble constituer un bon compromis entre le jeune âge des élèves et la nécessité de les faire évoluer, dans un environnement de réussite scolaire aussi large que possible. Ce système d’externat présente également l’avantage d’être reproductible à grande échelle, à la mesure du problème. Les externats d’excellence ne sont sans doute pas la recette miracle à notre système éducatif inégalitaire. Mais ils constituent une piste qui mériterait d’être sérieusement analysée.

Extrait de lmeonde.fr du 20.05.22

Répondre à cet article