> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES (en EP) > DISCIPLINES (doc. généraux) > Disciplines : CITOYENNETE (doc. généraux) : Edd, Emc, Emi, Histoire-Géo, (...) > Citoyenneté (Etudes, Dossiers et Guides, Actes) > Du CP au CM2, se représenter l’ordre international : jeunes globe-trotters (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Du CP au CM2, se représenter l’ordre international : jeunes globe-trotters des écoles huppées et enfants d’immigrés maghrébins (France Culture)

23 décembre 2021

SÉRIE
PETITE GÉOPOLITIQUE DE L’ENFANCE (4 ÉPISODES)
Épisode 2 : Du CP au CM2 : se représenter l’ordre international
57mn
Déterminée par l’enseignement dispensé à l’école, les discours parentaux ou encore la couverture médiatique de l’actualité, la représentation enfantine du monde serait un miroir à peine déformant des conceptions géopolitiques qui traversent nos sociétés.

La question de la représentation enfantine du monde a longtemps été délaissée par les sciences sociales. Assignés par le regard adulte à un environnement limité, de l’ordre de l’intime, se réduisant à la famille, les amis et l’école, les enfants développent pourtant dès le plus jeune âge une conscience du monde qui les entoure. Conscience déterminée par l’enseignement dispensé à l’école, les discours parentaux ou encore la couverture médiatique de l’actualité.

Cette construction des premiers temps de la vie est d’autant plus essentielle qu’elle va durablement marquer la manière dont le futur adulte pensera le monde et son rapport aux autres.

Comment les enfants se représentent le monde ? Quel récit leur offrons-nous ? Quels biais sociologiques et politiques révèlent ces représentations ? Et quelles inégalités de classe transparaissent à travers ces visions parfois divergentes ?

La manière d’appréhender le monde dans l’institution française repose sur un paradoxe : il s’agit à la fois d’un espace mentionné comme devant être abordé mais qui ne vient jamais en premier lieu. Il y a un objectif de décentration : on part du local pour arriver au monde, l’insistance est encore aujourd’hui sur le local et le national. Anne-Cécile Ott

Florian Delorme reçoit Anne-Cécile Ott, doctorante en géographie à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Premier focus
Jeunes globe-trotters, futurs leaders

Si les représentations enfantines du monde se structurent autour de médias –discours familiaux, scolaires, cartes ou reportages- elles se forgent aussi par une expérience immédiate et directe : le voyage, voire le séjour à l’étranger. Expérience encore plus socialement marquée car inégalement accessible et pratiquée différemment selon les milieux. Plus qu’un plaisir ou un loisir, le voyage et la découverte de l’étranger sont même devenus un élément de distinction pour les familles du sommet de la pyramide sociale. Quelles stratégies éducatives internationalisées ces familles de l’élite déploient-elles pour assurer à leur progéniture un avenir prometteur ? Comment ce capital culturel international peut-il devenir une arme décisive dans le processus de reproduction sociale ? Et quels avantages les enfants issus de ces milieux retirent-ils de cette éducation ?

Dans les écoles très huppées, le fait que les voyages se diffusent oblige à créer des dispositifs encore plus distinctifs (…). De plus en plus, dans les écoles destinées aux enfants très privilégiés, il y a une vogue de voyages humanitaires et philanthropiques [pour] apprendre qu’on appartient à une élite globale, qui doit avoir un sentiment de responsabilité par rapport au monde. Anne-Catherine Wagner

Avec Anne-Catherine Wagner, professeure de sociologie à l’université Paris I.

Second focus
Enfants d’immigrés : se construire entre l’ici et l’ailleurs

De l’autre côté du spectre social, les enfants d’origine maghrébine qui grandissent dans les quartiers populaires de France construisent une perception du monde très différente de celle des élites. Si elle n’est pas moins internationalisée, elle se structure autour de l’ici –la France- et de l’ailleurs –le pays d’origine de leurs parents ou de leurs grands-parents. Comment les enfants construisent-ils leur rapport à ces deux territoires ? Quel rôle jouent la famille, l’école, les amis ou les médias dans ces représentations ? Asmaa Jaber, enseignante à Sciences Po Paris, a mené une enquête ethnographique de plusieurs années auprès de familles originaire du Maroc et de l’Algérie dans la cité des 3000, à Aulnay-sous-Bois.

La construction du rapport au monde de l’enfant est vraiment dans le quotidien, le domicile, les habitudes, les routines. Comme c’est la mère qui est ancrée dans cette routine et qui ancre l’enfant dans ce quotidien, elle a un rôle prépondérant. Et par le fait qu’elle s’inscrit plus dans l’ « ici », l’enfant se reconnaît lui aussi beaucoup plus dans l’ « ici ». Asmaa Jaber

Avec Asmaa Jaber, enseignante à Sciences Po Paris.

Références sonores
Archive RTS d’un enfant qui parle de la relation entre les Blancs et les Noirs
Archive RTS d’enfants qui parlent de la guerre du Vietnam
Jeune suisso-américain qui dénigre la politique US au Vietnam
Descendant de la lignée princière des Lobkowicz par son père et de la lignée des Bourbon par sa mère, qui parle de son enfance internationalisée

Références musicales
« Childhood » de BLANKA
« Forever Young » de Bob Dylan dans l’album Planet Waves (1988, Asylum Records)

Extrait de franceculture.fr du 21.12.21

 

En bas à gauche les mots-clés de l’article
et ci-dessous les 10 derniers articles de la rubrique Citoyenneté (Etudes, Dossiers et Guides, Actes) (chemin en haut de la page 🏠)

Répondre à cet article