> VIE SCOLAIRE : Climat, Décroch., Internats, Rythmes, Santé > Climat scolaire, Harcèlement > Climat, Harcèlement (Positions autres : observateurs, assoc., (...) > Ecouter la souffrance des élèves avec "des espaces du dire" et aussi celle (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Ecouter la souffrance des élèves avec "des espaces du dire" et aussi celle des professionnels (Journal de bord d’un CPE en REP+)

14 décembre 2020 Version imprimable de cet article Version imprimable

JOURNAL DE BORD D’UN CPE EN REP +
Maelstrom
Subissons-nous les conséquences de la crise sanitaire ? J’ai le sentiment d’être pris dans un maelstrom et je peine à m’en sortir. Les situations complexes s’enchaînent les unes après les autres et les faits de violence sont quasi quotidiens. Plusieurs élèves « fragiles » ne parviennent pas à contenir leur frustration, leur colère.

[...] Richard Delorme précise aussi que la crise frappe davantage les catégories sociales les moins favorisées comme celles qui fréquentent mon collège : « Comme à chaque crise, les populations socialement défavorisées sont les plus touchées. Les études montrent qu’une hausse du chômage de 5 % entraîne une augmentation de 30 % à 50 % de maladies psychiatriques chez l’enfant…Et on estime que20 % à 30 % des enfants, pendant cette crise, ont été hyperanxieux à l’idée que leurs parents puissent être au chômage. Les petits sont très proches de leurs parents. Ils sont en prise directe avec leur souffrance ». Pour ma part, je ressens une forte anxiété et angoisse chez certains de mes élèves. Il semble y avoir « une forme d’exacerbation » des sentiments. Les conséquences du confinement sur les violences intra-familiales commencent à émerger. Chaque semaine nous devons rédiger des informations préoccupantes ou des signalements sur des situations de violences ou d’abus sexuel.

Dans ce contexte, il apparaît indispensable d’instaurer ce que Pierre Délion appelle des « espaces du dire » afin que l’enfant puisse être accepté, accueilli dans sa souffrance. Il rappelle aussi que nous avons, en tant qu’éducateur, une « responsabilité pour autrui » selon l’expression de Lévinas, puisque nous rencontrons le visage en souffrance de l’autre5. Mais cette rencontre avec la souffrance produit des conséquences sur les personnels qui y font face, et une aide psychologique, ainsi que des formations, devraient leur être apportées

Extrait de éducateurequitable.fr du 13.12.20

Répondre à cet article