> ACTEURS et PARTENAIRES > Parents > Parents (Actions et Situations locales) > Après Conflans : - Témoignages d’enseignants sur les pressions pédagogiques ou (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Après Conflans : - Témoignages d’enseignants sur les pressions pédagogiques ou religieuses des parents (Le Monde) - Le point de vue de Philippe Meirieu (France-Culture)

21 octobre Version imprimable de cet article Version imprimable

« Aujourd’hui, l’enseignement est vu comme un service » : les professeurs témoignent de relations difficiles avec les parents d’élèves
En revendiquant une « liberté d’enseigner » lors des hommages à Samuel Paty, de nombreux enseignants témoignent d’une volonté d’indépendance face aux demandes des parents d’élèves, parfois jugées abusives.

[...] Tout en revendiquant une « liberté d’enseigner », de nombreux enseignants appellent l’entourage des enfants et des adolescents à plus « [leur] faire confiance ». « Je suis formée pour, j’ai l’expérience, je n’ai pas à devoir dire le pourquoi du comment à chacune de mes décisions », estime Virginie Hénon, 45 ans, enseignante d’EPS à Saint-Omer (Pas-de-Calais), pour qui il est pourtant impensable de rompre le dialogue avec les parents d’élèves : « On doit pouvoir trouver des solutions ensemble, mais je ne peux pas les laisser entrer dans mon enseignement. »

Extrait de lemonde.fr du 20.10.20

 

Dans l’académie de Versailles, la difficile gestion des pressions religieuses
Dans l’académie où enseignait Samuel Paty, des enseignants font face à des revendications d’élèves et de parents sans que le phénomène soit précisément chiffré.

[...] l y a cinq ans, quand la polémique sur la « théorie du genre » a touché son école, elle se souvient s’« en être sortie par le haut » en maintenant le dialogue avec les familles. « C’est ce dialogue qui est mis à mal aujourd’hui », redoute Bertrand Mesure, porte-parole du syndicat SNUipp-FSU dans les Yvelines. « Le religieux est de plus en plus présent dans certaines exigences parentales, explique cet enseignant spécialisé à Trappes (Yvelines). Il est question d’interdits alimentaires, de prescriptions vestimentaires… On le retrouve aussi dans le langage des enfants. »

Face à ces situations, la « réponse doit être collective », avance Benoît Kermoal, secrétaire national de l’UNSA-Education en charge du secteur laïcité. « On entend des enseignants dire qu’ils sont prêts à baisser les bras, qu’ils s’autocensurent… Mais dans les classes, je ne connais pas de collègues qui se résignent. »

Extrait de le monde.fr du 20.10.20

 

Philippe Meirieu : "Il faut dire clairement aux familles qu’elles n’ont pas de pouvoir sur les contenus"

Entretien |Les contestations d’un cours de Samuel Paty sont au coeur de l’enquête sur ce qui a abouti à la décapitation de l’enseignant. Un parent d’élève a été placé en garde à vue. Spécialiste des sciences de l’éducation et de la pédagogie et homme de gauche, Philippe Meirieu revient sur ce drame.

[...] Ces tensions existent malheureusement encore plus en zone d’éducation prioritaire où, on le sait, certains sujets sont compliqués à aborder. Par exemple la religion, la Shoah, la décolonisation. Comment peut-on mieux accompagner les enseignants, mais aussi les élèves et les parents, car les parents ont aussi un rôle à jouer ?

Bien sûr, la question d’abord est celle des familles. N’oublions pas que dans le cas qui nous occupe, ce sont les familles qui ont alerté l’opinion publique et qui ont provoqué cette vague de fond qui a abouti peut-être, en tout cas nous le supposons, à cet attentat terrible.

Il faut, je crois, dire clairement aux familles dans l’enseignement public qu’elles n’ont pas de pouvoir sur les contenus et les méthodes d’enseignement. Il faut le dire tout en les accueillant, parce que le risque existe réellement que ces familles, à ce moment-là, fuient vers l’enseignement privé hors contrat. Le président de la République lui-même l’a évoqué dans son discours il y a quelques jours.

Il faut les entendre, les accueillir, mais il faut être ferme. Et il faut être ferme sur le projet de l’école de la République et sur le fait que l’école de la République n’est pas au service des familles et a fortiori de l’idéologie des familles.

Extrait de franceculture.fr du 19.10.20

 

Voir en bas à gauche les mots-clés de l’article
et ci-dessous les 10 derniers articles de la sous-rubrique Parents (Actions et Situations locales)

Répondre à cet article