> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES (par niveau et discipline) > Actions locales AU COLLEGE > Collège (Sport, EPS) > Le sport citoyen, par le biais de barèmes et de reportages sportifs, (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le sport citoyen, par le biais de barèmes et de reportages sportifs, portrait d’une professeure d’EPS du collège REP+ Doisneau de Clichy-sous-Bois (les Cahiers pédagogiques)

15 avril Version imprimable de cet article Version imprimable

Les portraits du jeudi, par Monique Royer
Le sport citoyen
Brenda Di Crescenzo

Donner à l’Éducation Physique et Sportive une coloration citoyenne et ouverte, c’est ainsi que Brenda Di Crescenzo envisage et vit ses pratiques pédagogiques par temps ordinaire comme par temps de confinement. Rencontre avec une professeure qui enseigne le sport sous l’angle d’une culture commune, tremplin vers les apprentissages.

Elle voulait devenir professeure des écoles mais les stages suivis pendant son parcours universitaire dans la filière STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives) lui donnent envie de passer le concours d’enseignante en Éducation physique et sportive, qu’elle réussit du premier coup. Elle est stagiaire dans un lycée de Montpellier puis, après sa titularisation, remplaçante pendant trois ans en Seine-Saint-Denis. Lorsqu’elle apprend sa nomination en poste au collège Robert Doisneau, classé en éducation prioritaire renforcé à Clichy sous Bois, elle est, dit-elle, désespérée. « J’avais peur de ne pas être à la hauteur, je craignais un peu les élèves ». Elle s’y est plu et y est même restée après avoir obtenu l’agrégation qui lui aurait permis de partir pour enseigner ailleurs, sans être perdante sur son avancement de carrière. Elle a perçu rapidement le lien entre le sport et la citoyenneté, le rôle qu’elle pouvait jouer pour tisser les fils entre les deux, en faisant de son enseignement une discipline ouverte vers le monde et vers l’avenir.

Prendre goût à l’effort
Elle le fait avec le support de deux projets ambitieux. Le premier, la classe sportive citoyenne, s’organise autour d’un permis basé sur un barème positif. « Nos collégiens issus à 71% de catégories socio-professionnelles défavorisées ont les difficultés habituelles de ce type de public : retards, mauvais résultats scolaires, désintérêt et ennui, manque d’estime de soi et de confiance en l’institution, pour un grand nombre. Mais aussi des codes et une culture souvent inadéquats avec les attendus scolaires. » L’idée est alors d’enclencher une persévérance scolaire et la volonté de faire des efforts à long terme, avec à la clé des activités culturelles motivantes. Des valeurs du sport sont mobilisées comme l’entraide, la solidarité, l’amitié, le respect des règles, de soi, des autres et de l’environnement, valorisées dans l’ensemble des disciplines par une mutualisation au sein de l’équipe pédagogique. Le permis est composé d’items rouges ou verts, selon leur tonalité négative ou positive, définis collectivement en début d’année mais qui peuvent évoluer et s’adapter à la classe. Le barème est inclus dans le carnet de correspondance et tous les enseignants détiennent la grille du permis lors des cours.
[...]

PRODUIRE DES REPORTAGES SPORTIFS
Le second projet « Reporters sportifs » est basé sur le volontariat et mise sur le développement de capacités en expression et en communication. L’attrait de la culture sportive amène les élèves à s’investir dans le milieu associatif et d’une façon un peu détournée à travailler sur l’écriture et l’oralisation. Ceux qui sont peu sportifs se familiarisent avec cette culture et ont parfois envie de prolonger cette découverte dans une pratique sportive.

Extrait de cahiers-pedagogiques.com du 03.04.20

Répondre à cet article